Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Stéphane Michaka : Cité 19, tome 1 Ville Noire

Cité 19, tome 1 Ville Noire de Stéphane Michaka     4/5 (31-10-2015)

Cité 19, tome 1 Ville Noire (349 pages) est paru le 15 octobre 2015 chez Pocket.

Site de l’auteur  ici et le livre version feuilleton ici  

 

9782266241410 (108x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Paris, 2013 ; Faustine, la fille du gardien-chef du musée d’Orsay, vit son adolescence entre ses amis de lycée et le musée où elle flâne le soir après la fermeture. Quand des policiers frappent à sa porte pour lui annoncer la mort de son père, son univers s’écroule. Après avoir dû l’identifier à la morgue, Faustine, assaillie de doutes et de questions décide de mener l’enquête. Inconsciente du danger qui la guette, elle va mettre le pied dans une redoutable machination : un groupe de savants capture en effet des cobayes et les envoie dans le passé pour s’en approprier les richesses !
Faustine se laisse kidnapper volontairement car elle est sûre que son père est prisonnier de cette expérience terrifiante. La voilà en route pour le Paris du 19ème siècle et une aventure palpitante où elle devra traquer un assassin sanguinaire. Aidée par ses amis, elle tentera de déjouer la machination aux confins de la science-fiction, qui la changera à jamais.

 

Mon avis :

 

Bonne surprise ce Cité 19 ! Plonger avec Faustine dans le 19ème siècle m’a bien plu. D’abord parce que Faustine a la particularité de venir du 21ème siècle, et parce que l’auteur sème quelques mystères qui donnent un aspect thriller encore plus intéressant. Et pourtant ce n’était pas gagné….

Le début, même s’il commence fort par la mort de Louis Treussard, gardien chef du musée d’Orsay et père de Faustine, et qu’il répand quelques énigmes (liées entre autres à une étrange secte), il ne m’a pas vraiment ravie. Non pas qu’il soit particulièrement désagréable, mais toute la partie centrée sur Faustine, qui de manière indispensable sert à la présenter et à la cerner, n’a pas réussi à me captiver plus que ça. Un peu trop jeunesse, un poil caricatural (le triangle amoureux et les mauvaises fréquentations). Bon, je chipote peut être un peu… on est dans de la lecture jeunesse et de ce point de vue ce n’est pas un passage si mauvais que ça non plus.

La suite, c’est tout autre chose. On est précipité dans le Second Empire avec brusquerie et l’intérêt est pour le coup brutalement mais superbement relancé.
Pif, paf, pouf, Faustine « tombe » dans le Paris du 19ème. Sans bien comprendre (ni elle ni nous), elle fait un bon de 150 ans (sans que l’on puisse véritablement déterminer la date) et doit très vite s’adapter. C’est ce qu’elle fait d’ailleurs assez bien (sa passion pour ce siècle lui donnent les connaissances nécessaires pour se fondre dans le décor) et fait preuve d’une capacité d’acclimations étonnante en devenant Faustin, un jeune journaliste enquêtant sur une série de meurtres monstrueux qui ont lieu dans la capitale. L’immersion dans ce siècle est très bonne et se fait avec une grande facilité. Le travail de reproduction est appréciable. C’est visuel sans avoir besoin de longues descriptions grâce à l’utilisation de vocabulaire d’époque.

Cité 19, livre noire est étonnant. Vous croyez lire une simple (voire banale) histoire de voyage dans le temps mais Stéphane Michaka y installe un côté policier qui apporte du suspens et de la tension. De plus, il fait prendre à l’intrigue un tournant science-fiction très surprenant qui enrichie vraiment bien cette histoire, sans donne l’impression de partir dans tous les sens. L’évolution se fait parfaitement bien, on intègre facilement les nouveaux éléments (pas si évidents que ça) et on dévore alors cette nouvelle partie que j’ai trouvé vraiment originale et de plus en plus trépidante.

J’espère, j’espère, j’espère que la suite sera à la hauteur parce que l’auteur met quand même le paquet en terme de rebondissements dans ce premier tome. J’espère que le développement du dernier tome de ce diptyque suivra bien la lancée et ne perdra ni de sa vitesse ni de son originalité… Pour le savoir, il faudra attendre février 2016.

Stéphane Michaka réussit donc à surprendre avec ce premier livre. Après un début un peu laborieux, il enchaîne avec une suite, riche reproduction du 19ème, visuelle et palpitante, puis s’accorde un twist ambitieux qui m’a vraiment séduite.

 

DSC_0274 (141x250).jpg



11/11/2015
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 271 autres membres