Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Gena Showalter : Chroniques de Zombieland 1, Alice au pays des zombies

Chroniques de Zombieland 1, Alice au pays des zombies de Gena Showalter  3,5/5 (28-05-2013)

-

Alice au pays des zombies  (528 pages), premier tome des Chroniques de Zombieland, sort le 3 juin 2013 aux Editions Harlequin dans la collection Darkiss.

 

 

L’histoire (éditeur) :

-

Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde... Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies. "

-

Mon avis :

-

Alice au pays des zombies voilà un titre  qui ne pouvait que m’attirer. Ma lubie zombie reprend du service alors ce roman ne pouvait pas mieux tomber ! Mais quel est le rapport Lewis Carroll ? Et bien Alice pour commencer, le lapin que l’héroïne va croiser plusieurs fois et quelques titres de chapitres  qui rappellent la chronologie du conte (Le retour du lapin tueur, Conseils d’une chenille mourante, un thé chez les fou sanguinaires, Qu’on lui coupe la tête…). Pour le reste, on est loin de texte original. Il ne s’agit finalement pas du tout d’une version d’Alice transposé dans un monde zombiesque.

 

Alice au pays des zombies est une lecture fantastique destinée à un public jeune adulte. A ce titre, on est loin de The Walking Dead et autres Zombie Story. L’histoire de ce roman tourne autour d’Alice, une adolescente qui, le jour de ses 16 ans, voit mourir ses parent et sa jeune sœur Emma, tués par des zombies. Recueillie par ses grands-parents, elle prend conscience que la paranoïa de son père était justifiée : il y a bien des monstres qui errent la nuit, s’attaquant aux humains. Comment se fait –il alors que le reste de la population n’en ait pas conscience ? Dans son nouveau lycée, Ali fait la connaissance de camarades fascinants, effrayants, intrigants et surtout surprenants. Elle va apprendre à se connaitre et recevoir les réponses qui lui manquaient, grâce au groupe qu’elle intègre (pas sans peine), celui des tueurs de zombies.

 

Très axé jeunesse (et ce n’est en rien une critique !), ce livre ne vous plongera pas vite et bien dans la boucherie. L’auteure a préféré mettre l’accent sur la vie d’Ali. Si j’ai  trouvé le début long (un livre de zombie sans scènes sanguinolentes, ce n’est pas possible. Alors attendre presque 200 pages pour entrevoir un peu de sang, ça semble forcément un peu long…), mon intérêt a tout de même été agréablement détourné au profit de cette ado et de ses camarades. L’auteur réussit à peindre des personnalités attachantes. Le couple Cole-Ali apporte une bonne dose de sensualité qui m’a beaucoup rappelé les lectures vampires à la mode (Bone et Cat de Chasseuse de la nuit par exemple). J’ai trouvé ça très agréable. De plus, on croise pas mal de personnages secondaires qui  permettent de ne pas s’ennuyer durant cette première partie, jusqu’à l’arrivée dans le vif du sujet où combats et scènes d’action donne un bon coup de peps.

-

Bon page-turner, Alice au pays des zombies ne m’a absolument pas déplu. J’ai été prise par l’écriture et dans l’histoire qui  mélange les genres : la romance croise le fantastique, pimenté par des dialogues vifs. Et puis, même si certaines choses sont courues d’avance, on a quand même droit à de vraies surprises. Gena Showalter traite les monstres de façon totalement nouvelle en mettant l’accent sur le côté spirituel (sans tomber dans la religion). Les zombies sont des incarnations du Mal, loin d’être de simples enveloppes de chair putride dont il suffit de faire exploser la tête pour les voir tomber. Ils possèdent ici une once d’intelligence (organisés et réfléchis) et seuls les esprits peuvent les vaincre. Encore faut –il vouloir les vaincre et non vouloir les utiliser à mauvais escient….

-

En bref : un livre YAL assez classique dans sa construction mais qui se révèle original dans le traitement de son thème. Un bon premier tome prometteur pour la suite.

 

 



28/05/2013
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres