Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Shaké Mouradian : Jude R.

Jude R. de Shaké Mouradian   5/5 (20-11-2011)

 



Aujourd’hui je vous présente un livre un peu spécial. Jude R. (288 pages) vient de sortir ce 3 novembre 2011 aux Editions XO.

Tout d’abord, il s’agit de mon premier partenariat littéraire. Je remercie d’ailleurs les éditions XO qui m’ont fait parvenir cet ouvrage.

De plus, ce livre a bénéficié d’un financement assez original puisque son auteure Shaké Mouradian s’est inscrite sur le site participatif dédié aux livres (my major company books) et elle a ainsi pu voir son roman Jude R. publié grâce au soutien des internautes (453 exactement) qui ont participé à son financement.

Enfin, je dois dire que pour mon premier partenariat je ne pouvais pas tomber mieux, ce roman est une belle surprise… mais je vous laisse lire mon billet et vous faire une opinion.

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

1970. Jude R. traverse les Etats-Unis d’est en ouest. Poursuivi par la haine d’individus vengeurs, il rencontre Lipi, une gamine de quinze ans aussi perdue que lui, ombrageuse et torturée, surnommée « la main d’or » pour sa chance insolente au poker. Commence alors une violente course-poursuite. Partout où le couple improbable passe, il laisse des morts derrière lui... Lipi s’attache malgré tout à ce drôle de personnage qu’est Jude R. alors même que la violence qui sommeillait en lui ne cesse de grandir...


Mon avis :


Autant vous le dire tout de suite, j’ai adoré ! Le style de Shaké Mouradian est percutant. Elle mélange à la perfection violence et poésie, à l’image de ses personnages : Jude et Lipi. J’ai été très sensible à l’ambiance qu’elle instaure dans ce roman, à la fois fascinante  et cruelle. Ce mélange de sensations qui fait que je n’ai pas voulu abandonner la lecture tant que les protagonistes n’aient pas atteint leur destination finale et que je comprenne qui était vraiment Jude R. Son écriture entraine le lecteur dans une histoire relativement complexe, qu'elle nous dévoile au fil des pages où la tension et le suspens augmentent à mesure que les événements s’accélèrent pour finir en apothéose.


L’histoire commence par une improbable rencontre : Jude Ray (jeune homme de 27 ans, silencieux et énigmatique) se retrouve un peu malgré lui à devoir conduire accompagné de Lipi (adolescente de 15 ans, pipelette imprévisible et plumeuse de joueurs de poker). On suit son trajet qu’il fait depuis deux ans de manière obsessionnelle sans trop savoir pourquoi et on apprend petit à petit qu’il n’est autre que le fils de l’assassin de Martin Luther King, tué il y a deux ans et que depuis ce jour il semble dicté par l’esprit de la vengeance.

Jude et Lipi, personnages peu communs, sont l’un des points forts du roman. On apprend petit à petit à connaitre ces deux caractères forts abimés par leur passé et comprendre les relations qui lient Jude au reste des acteurs. Au fil des pages, on en découvre de nouveaux, qui marchent d’ailleurs pour la plupart en binômes, et l’histoire prend de nouveaux tournants. Tout le monde court après tout le monde, chacun habité par l’esprit de haine et de vengeance. Si dès les premiers chapitres, le ton est donné (solitude et souffrance sont les décors de road movie), les briques s’assemblent et finissent par dévoiler le tableau d’un complot plus compliqué qu’il n’y parait que la haine et la mort animent.


La narration de Shaké Mouradian est intelligente et vive. Pas une minute on ne détourne son attention de l’histoire et au fil des mots on finit par éprouver une certaine affection pour ce curieux couple. On espère au final que Jude finisse par se délivrer de ses origines pour enfin connaitre la paix.

 

En conclusion, je dirai : Quelle découverte ! Encore merci aux Editions XO pour cet envoi et un grand Bravo à Shaké Mouradian à qui je souhaite autant de succès que mérite son talent  !

 

 

 

Quelques citations qui m’ont marquées :

 « D’un pas nonchalant, le policier s’approche d’eux. Il a la tête de ceux qu’on a envie de défenestrer avant même qu’ils ouvrent la bouche. La connerie satisfaite s’étale comme une huile sur ses traits. »

« Elle lève les yeux au ciel. Marvin croit les voir briller. C’est le reflet de la voûte, et les étoiles se sont emmêlées dans ses cils »

« Jude R. y a cru un bon moment. (…)Et puis, la désillusion. La naïveté massacrée. En apprenant quel sang grimait ses artères »

 

 

 

 

Je vous laisse faire un tour sur le blog de Plume de Cajou qui a également publié son avis (assez différent du mien) sur ce roman.

 

 

 

 



20/11/2011
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres