Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Marc Levy : Elle et Lui

Elle et Lui de Marc Levy   3,5/5 (21-01-2015)

 

Elle et Lui (396 pages) sort le 5 février aux Editions Robert Laffont/Versilio.

 

Capture d’écran 2015-01-16 à 14.35.20 (110x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Un site de rencontres les a réunis. 
Ils ne sont pas devenus amants, mais amis. 
Et ils comptent bien en rester là… 

Elle est actrice. Lui écrivain. 
Elle s’appelle Mia. Lui Paul. 
Elle est anglaise. Lui américain. 
Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais. 
Elle a beaucoup de succès. Lui pas vraiment. 
Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas. 
Elle se sent seule. Lui aussi. 
Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses. 
Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus. 

 

Mon avis :

 

Quand le nouveau roman de Marc Levy est arrivé dans ma boite aux lettres, j’étais tellement curieuse de le découvrir que j’ai délaissé ma lecture en cours pour le commencer. Une centaine de pages avalées sans même m’en rendre compte et me voilà déconnectée du monde extérieur et déjà rudement attachée aux protagonistes. Bon, mes enfants me rappelant à l’ordre (l’heure du goûter sonnant, puis des devoirs, puis celle du bain, puis du dîner…), j’ai dû poser le livre pour retrouver mon costume de maman. Une fois tout ce petit monde couché, je n’ai évidemment pas traîné pour y retourner et le lendemain matin, Elle et lui était déjà refermé.

 

Bon alors, que donne ce nouveau Marc Levy ? En quelques mots : le retour de l’auteur à la comédie romantique. 

Et alors ? Et bien, franchement, Elle et Lui est un bon moment de lecture. C’est touchant, il n’y a pas de temps morts, les dialogues sont frais et font sourire, les personnages sont attachants. Que demander de plus ? Le style de Marc Levy est au rendez-vous. Aucune prise de tête, pas de réflexions profondes ni de descriptions de 3 pages. Il va à l’essentiel dans un style alerte, simple et plaisant. Les amoureux des comédies romantiques devraient y trouver leur compte avec Paul et Mia. Pour les autres, pas de panique. Je ne suis pas fleur bleue et ça n’a pas empêché de me passionner pour cette belle histoire. Et même si elle débute de façon un peu prévisible, on se prête au jeu, parce qu’il y a un petit quelque chose qui se crée entre les protagonistes et nous, un peu plus que de l’intérêt, un sentiment d’attachement pour deux êtres solitaires (et pourtant bien entourés) et tellement sympathiques.

 

Elle et Lui est l’histoire de Paul et Mia.

Paul  a quitté San Francisco après le succès (auquel il n’était pas du tout préparé) de son premier roman. Installé depuis 7 ans à Paris, il continue d’écrire pour un public étrangement essentiellement coréen, et à mener une vie tranquille en compagnie de ses personnages.

« La nuit, Paul rejoignait un monde imaginaire où il se sentait heureux en compagnie de personnages devenus des amis. Sous sa plume, tout devenait possible. » Page 31

Mia, elle, vient tout juste de débarquer à Paris. En pleine promotion de son nouveau film à gros budget, elle n’arrive plus à jouer la comédie. Les rapports avec son compagnon (qui est aussi son partenaire à l’écran) ne sont pas au beau fixe et elle n’en peut plus de faire semblant devant les journalistes, alors elle choisit de fuir Londres pour se réfugie chez Daisy, son amie de toujours, qui possède un  petit restaurant sur la butte Montmartre.

« - Creston, j’aimerais partir à l’étranger, loin de Londres et sa grisaille, jouer un rôle intelligent, sensible, entendre des choses qui me touchent, qui me fassent rire, partager un peu de tendresse, même dans un tout petit film. » Page 13

Rien ne prédispose Paul et Mia à se rencontrer et pourtant… Il suffit d’un site de rencontre pour qu’une belle amitié voit le jour, et plus si affinité. Mais ça, ça ne compte pas…

 

Une telle ébauche d’intrigue semble couru d’avance penserez-vous, mais c’est sans compter des amis entremetteurs inquiets (Lauren et Arthur, les héros de Et si c’était vrai), une ferveur coréenne un peu folle, un imbroglio qui sert de point de départ à leur aventure, et des êtres qui ont un peu de mal à trouver le bonheur. Pas plus de suspens que ça évidemment, juste du bon temps en compagnie de ces charmants personnages qui nous réservent toutefois quelques surprises par leurs étonnantes réactions. Paul,  homme désarmé face à son succès, sincère et doux, m’a particulièrement touchée, autant dans sa douce relation avec Mia, qu’avec sa traductrice. Marc Levy complète cette intrigue sentimentale de personnages secondaires tout aussi plaisants (Lauren et Arthur, les agents Creston et Gaetano) et seuls (Lyong,  Daisy, et un charmant caricaturiste de la place Montmartre), et de coups de théâtre surprenants.

« - Mon éditeur français est italien, je suis un écrivain américain venu vivre à paris et mon principal lectorat se trouve en Corée. Qu’est ce qui rend ma vie si compliquée ? » Page 100

« - Kyong est un océan dans ma vie et moi un homme qui a peur de nager, c’est grotesque, n’est –ce pas ? »  Page 97

 

Elle et Lui est un joli roman léger, plaisant, touchant et  suffisamment réaliste pour nous prendre aisément dans les mailles de son intrigue. Quand on sait à quoi s’attendre avec le style de l’auteur, ce n’est que du plaisir. Et oui, parce que parfois, simplicité rime aussi avec efficacité ! C’est le cas ici, l’intrigue coule toute seule et on se laisse tout simplement et efficacement embarquer par sa douceur, sa spontanéité et ses quelques surprises qui viennent l’agrémenter.

 

Merci donc Monsieur Levy pour ce bon moment de détente, de sourires, de tendresse et de bons sentiments. Et quel plaisir de finir un livre avec des papillons dans le ventre !

 

« - Vous trouverez qu’il n’y a pas assez de drames dans la vraie vie, que les gens ne sont pas suffisamment accablés de malheurs, de mensonges, de lâchetés et de mesquineries, vous voulez en rajouter ? Perdre leur temps à leur raconter des histoires qui finissent mal ?

- Les romans se doivent de coller à une certaines réalité, au risque de paraître fleur bleue.

- Mais on leur dit merde, à ceux qui n’aiment pas les histoires heureuses, qu’ils aillent patauger dans leur sinistrose, ils nous font déjà assez suer comme ça, on ne va pas en plus leur laisser le mot de la fin. » Page 152



22/01/2015
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres