Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Matthew F. Jones : Une semaine en enfer

Une semaine en enfer de Matthew F. Jones    3,5/5  (19-01-2013)

 

Une semaine en enfer (256 pages), disponible en librairie depuis le 17 janvier 2013,  est un des deux titres choisis par les Editions Denoël pour relancer leur collection créée il y a 50 ans : « Sueurs Froides ».

 

 

L’histoire (éditeur) :


Abandonné par sa femme et leur jeune fils, John Moon vit dans une misérable caravane en lisière de la forêt, désabusé et aigri : son père, ruiné, a vendu la ferme, et depuis John survit de petit boulot en petit boulot. Un jour, il part braconner et, croyant tirer sur un daim qui s'enfuit à travers les bois, il abat une jeune fille. C'est sa première faute, les autres suivront... Pourtant, cette fois-ci, John ne se laissera pas faire. Il se lance dans une fuite en avant désespérée, bien décidé à prouver à tous qu'il peut s'en sortir. Mais depuis quand les losers auraient-ils une seconde chance ?


Mon avis :


Une semaine en enfer est l’histoire de John Moon. John Moon vit seul (avec son chien) dans sa caravane, en pleine forêt. Entre deux emplois il subvient à ses besoins (et ceux de sa femme et son tout jeune fils qui l’ont quitté il y a peu de temps) en braconnant. Ce dimanche  matin, alors qui traque un sert blessé, il tire sur ce qu’il croit être une bête et abat une jeune fille.  La panique, la culpabilité et la bêtise le submergent. Il choisit de cacher le corps dans la carrière où elle avait installé ses affaires et y découvre une grosse quantité d’argent. Quelle aubaine pour cet homme qui a tout perdu (ferme familiale, épouse, fierté…). C’est en fait une promesse d’espoir qui devient une source d’ennuis. Car cette inconnue n’était seule et que l’homme qui l’accompagnait (plus proche du criminel que du gentleman) sait ce que John a fait. Commence alors une semaine en enfer durant laquelle des personnes antipathiques, au passé chargé d’erreurs et cabossées, vont croiser sa route marquée par l’alcoolisme et la solitude.


Une semaine en enfer est une histoire très sombre. Un scénario où le sexe et la violence ont une place importante et où le protagoniste ne prend à aucun moment conscience de la menace qui plane sur lui (ou bien l’ignore).  John Moon est un homme simple, qui souhaite simplement vivre une vie tranquille et retrouver sa famille. Je n’ai pas réussi à m’attacher à lui tant ses réactions étaient parfois incompréhensibles et dénouées de logique (la mienne en tout cas),  mais je ai souvent été désolée pour lui, du choix de ses décisions, de ses rencontres, de son manque de chance tout simplement.


Le livre s’ouvre sur un coup fort mais perd peu à peu de rythme  ensuite.  L’écriture très visuelle,  est faite de longues descriptions de la nature (trop poussées à mon goût) qui apportent un peu de longueurs à l’histoire. La nature prenant plus de place que l’action durant une bonne moitié du livre accentue l’effet d’isolement de John Moon et l’inquiétude quant à son éventuelle chance de s’en sortir. La tension guide la lecture, entre des personnages mauvais, un contexte social et économique précaire et un protagoniste pris dans une spirale tragique.


Découpée en sept chapitres (un pour chaque jour de cette terrible semaine), l’intrigue avance donc doucement, assénée de rebondissements effrayants qui heureusement relancent l’intérêt. Une semaine en enfer est une roman noir intéressant et au dénouement  percutant et salvateur (sans doute inévitable d’ailleurs). 

 




20/01/2013
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres