Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Marie-Aude Murail : Simple

Simple de Marie-Aude Murail      5/5 (05-11-2012)

 

Simple (206 pages) est disponible depuis le 20 août 2004 à l’École des loisirs dans la collection Médium. Il a reçu de nombreux prix, dont le Prix SNCF 2005 du Livre Jeunesse et le Prix des lycéens allemands de la foire de Leipzig 2006.



Ce titre est celui que j’ai choisi pour participer au Challenge de Philippe du Blog D’un livre à l’autre : Lire sous la contrainte, dont le principe est de lire (et chroniquer) un livre de sa PAL comportant (vous l’aurez compris) une contrainte.  Pour cette deuxième cession la contrainte était un titre avec un  prénom. Mon choix s’est porté sur un livre qui était dans ma bibliothèque depuis la naissance de mon grand garçon : 6 ans. Il était temps !


 


 

L’histoire (éditeur) :


Simple dit " oh, oh, vilain mot " quand Kléber, son frère, jure et peste. Il dit " j'aime personne, ici " quand il n'aime personne, ici. Il sait compter à toute vitesse : 7, 9, 12, B, mille, cent. Il joue avec des Playmobil, et les beaud'hommes cachés dans les téphélones, les réveils et les feux rouges. Il a trois ans et vingt-deux ans. Vingt-deux d'âge civil. Trois d'âge mental. Kléber, lui, est en terminale, il est très très courageux et très très fatigué de s'occuper de Simple. Simple a un autre ami que son frère. C'est Monsieur Pinpin, un lapin en peluche. Monsieur Pinpin est son allié, à la vie à la mort. Il va tuer Malicroix, l'institution pour débiles où le père de Simple a voulu l'enfermer, où Simple a failli mourir de chagrin. Monsieur Pinpin, dans ces cas-là, il pète la gueule. Rien n'est simple, non, dans la vie de Simple et Kléber. Mais le jour où Kléber a l'idée d'habiter en colocation avec des étudiants, trois garçons et une fille, pour sauver Simple de Malicroix, alors là, tout devient compliqué.


Mon avis :


Quelle belle surprise ! Je ne m’attendais pas du tout à un roman aussi touchant et sympathique. J’avais peur de m’embarquer dans une lecture jeunesse (un peu niaise) et bien pas du tout car Marie-Aude Murail a très bien su aborder le sujet de façon simple mais juste.


Simple est l’histoire de…….Simple. Barnabé (de son vrai prénom) est un homme de 22 ans, à l’âge mental d’un enfant de 3 ans, qui croit que tous les lapins en peluche sont vivants. Envoyé dans un institut spécialisé par son père (dans lequel il régresse et se renferme), il est récupéré par son petit frère Kléber, qui décide de le prendre sous sa responsabilité. Vivant chez leur tante à Paris, les deux garçons décident d’emménager dans leur propre chez eux (grâce à l’héritage de leur mère décédée il y a quelques années). Les choses s’annoncent évidement bien difficiles quand il s’agit de visiter appartement et chambre meublée, avec un déficient mental qui est en plus sensé représenter l’autorité (parce que Kléber n’a que 17 ans). Le choix de Kléber s’arrête sur une collocation et, après un entretien avec les autres habitants du logis, ils emménagent avec Enzo, Corentin, Aria et son copain Emmanuel. Tout n’est pas tout rose, car vivre avec Simple est plein de surprises, de contraintes, de stress, de coups de gueule…

Mais à côté il y a, dans cette histoire, une bonne dose d’humour, très bien rendue dans les dialogues. Chapeau à Marie-Aude Murail pour le choix des mots qui sortent de la bouche de Simple. En plus de rendre l’histoire plus fluide, ils font beaucoup sourire.


Simple est un petit livre plein de situations et dialogues cocasses et d’autres stupéfiantes d’émotions. Il ne s’agit pas juste d’un roman sur un « simplet » mais un roman d’amitié entre des colocataires (avec un peu d’amour) et de fraternité (le lien entre lui et Kléber est vraiment très très fort). On a envie de saluer le courage et la patience de Kléber (même si certains faits sont difficilement crédibles au niveau administratif notamment), la gentillesse de la famille de Zahra et la tolérance de nombreux personnages.


L’auteure parle de façon touchante d’un sujet délicat (le handicap) sans  tomber dans le pathos. Oui c’est sensible, mais surtout très positif. Simple est un joli livre jeunesse (à partir de 12 ans) qui se lit avec une grande facilité.




06/11/2012
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres