Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Laura Kasischke : À moi pour toujours

À moi pour toujours  de Laura Kasischke    3,75/5 (01-01-2014)

 

À moi pour toujours (401 pages), publié initialement chez Christian Bourgois Editeur le 12 avril 2007, est disponible depuis le 14 mars 2008 chez Le Livre de Poche (376 pages).

 

couv51414350 (104x173).jpg   images (106x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

« À moi pour toujours » : tel est le billet anonyme que trouve Sherry Seymour dans son casier de professeur à l’université un jour de Saint-Valentin. Elle est d’abord flattée par ce message qui tombe à point nommé dans son existence un peu morne. Mais cet admirateur secret obsède Sherry. Une situation d’autant plus troublante qu’elle est alimentée par le double jeu de son mari. Sherry perd vite le contrôle de sa vie, dont l’équilibre n’était qu’apparent, et la tension monte jusqu’à l’irréparable...

 

Mon avis :

 

Nouvelle lecture de Laura Kasischke,  A moi pour toujours a été moins percutante que sa dernière publication Esprit d’Hiver (roman lent, au dénouement tragique et surprenant) mais a toutefois été un bon moment.

 

Dans ce roman, nous suivons le quotidien de Sherry Seymour. Cette professeur d’anglais mène une vie bien rangée et routinière, entre son mari (depuis 20 ans), sa grande maison dans une zone résidentielle tranquille, les visites de son fils Chad (parti fais ses études à l’université en Californie) et son travail en ville. Jusqu’à ce qu’elle reçoive pour la Saint Valentin un billet anonyme déposé dans son casier. Les interrogations s’amplifient à mesure que les mots se succèdent et, même si son époux trouve ça drôle et même follement excitant, son bonheur presque parfait se craquèle finalement pour remettre en cause ce sur quoi elle avait construit ses 15 dernières années. Les soupçons vont bon train jusqu’au moment où on l’a persuadé de l’origine de ces déclarations d’amour et qu’elle cède aux conseils de son époux. La crise de la quarantaine  expliquerait-elle ce brusque changement de comportement et ce besoin de pimenter son existence ? Toujours est-il que lorsque la vérité se dévoile, l’édifice de cette fausse perfection vole en éclats : mariage, relation avec son fils, lien avec sa meilleure amie et même avec ce prétendant, plus rien ne sera comme avant.

 

Laura Kasischke  dissèque là encore ce monde de perfection qu’est la Middle Class américaine, en construisant son scénario presque anodin en thriller psychologique. J’ai lu A moi pour toujours d’une traite, attendant impatiemment ce petit grain de sable qui ferait basculer  tout l’histoire (c’est que je commence à la connaitre !).  L’adultère, pièce centrale du démantèlement de l’édifice, révèle finalement des mensonges et des faux-semblants plus profonds. Dans un contexte terriblement sensuel (assez chaud quand même !), l’auteure tisse  sa trame jusqu’au drame (que l’on pourrait presque deviner en rassemblant tous les symboles qu’elle sème tout du long).

L’identification a Sherry est assez simple je trouve tant c’est un personnage classique de femme quarantenaire stable (bien que je ne partage pas ses petits jeux d’avec son homme) et du coup on aurait presque plus envie qu’elle de savoir qui se cache derrière ces billets. Aurais-je eu le même comportement ensuite ? Je ne crois pas (j’en suis même sûre). Et pourtant, je me suis laissée prendre aux jeux de ses fantasmes et j’ai continué avec autant de plaisir à la suivre (l’écriture fluide et parsemée de rebondissement-sans trop en faire non plus-y a contribué). Bon, il faut reconnaître que cette perfection de façade agace un peu, que certains événements sont un peu gros et que le personnage est un peu stéréotypé, mais j’apprécie  les décors que plante l’auteure autant que cette manière d’imposer un double regard sur ce monde, et sur ces gens (souvent loin d’être ce qu’ils sont).

 

A moi pour toujours est à la fois simple (dans les faits) et complexe (dans la forme et dans l’intimité des rapports), et avec une part d’obscure comme j’aime. Il me tarde de retrouver l’auteure avec Les revenants, qui attend son tour dans ma biblio.

 

Ici l’avis de Natiora, avec qui j’ai partagé cette lecture.



09/01/2014
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres