Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Jean-Sébastien Hongre : Un père en colère

Un père en colère de Jean-Sébastien Hongre 4,5/5 (21-04-2013)

 

Un père en colère (222 pages) est sorti le 21 mars 2013 chez Max Milo Editions

Site du livre ici 

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

Et si c’était au tour des parents de se rebeller ?
« Un père en colère » : la révolte d’un homme dépassé par le comportement de ses enfants. Sa lutte pour reconstruire sa famille et renouer avec sa femme. Son cri pour raviver la tendresse dans le cœur de ses deux adolescents en dérive.
Une fiction à l'intrigue implacable, qui ne triche pas avec la réalité et qui creuse au fond de notre époque pour en extraire la voie de l’espérance.

 

Mon avis

 

Un père en colère est un roman tellement réaliste, tellement vrai qu’il en devient dérangeant et effrayant.

 

« Aujourd’hui, je ne veux pas m’autoflageller. Je veux témoigner de tous les sacrifices que nous avons faits, malgré tout, pour nos enfants. Et en retour, qu’avons-nous eu ? Des revendications sans limites, la surenchère permanente de la consommation à outrance, la violence verbale, les reproches, et tout au bout, la haine. (…) Je me demande si depuis des années notre société ne mélange pas le haut et le bas, le mal et le bien, de sorte que tout est devenu relatif, discutable, ambigu, subjectif. Cela arrange les affaires. » Page 74

 

Dans notre monde en crise où l’argent facile (malheureusement lié au sexe, à la drogue et à la violence) est la tentation  pour la jeunesse des quartiers difficiles, il devient difficilement envisageable de travailler dur pour acquérir le moindre bien (trop contraignant et humiliant !). Dans ces quartiers de banlieue où le rapport de force est perpétuel et où il devient parfois indispensable de choisir le camp des plus forts en devenant bourreau pour ne plus être victime, c’est toute une jeunesse qui est à la dérive.  Et c’est précisément dans une de ces banlieues, que Stéphane a sa famille. Stéphane est un homme et surtout un père en colère.

A l’appel de sa femme, impuissante, dépassée face à l’attitude de leurs enfants (pourtant devenus adultes), il prend conscience de ce qu’est sa vie de père, des relations devenues improbables avec Fred et Léa. Et quand Nathalie en vient à projeter sa voiture à 120 km/heure contre un mur, c’est le déclic. Il choisit de parler de sa souffrance sur internet. A travers son blog, Stéphane se livre, dénonce et tente de sortir de sa solitude. Il parle sans pudeur et avec franchise de son désespoir. C’est un homme plein d’amertume, qui ne voit pas de solution dans cette violence quotidienne devenu banale. Cependant, avec ce blog, il transgresse la loi du silence et les conséquences sur sa vie et celles de son entourage s’en trouvent bouleversées. Alors qu’il avait perdu le contrôle de ses enfants, il perd maintenant celui de sa vie.

 

Un homme en colère est un roman triste parque qu’il raconte la vie d’une famille qui sombre. Mais c’est avant tout un roman inquiétant tant il reflète notre société actuelle. Je me suis retrouvée dans le récit de Stéphane en tant que parent, à sans cesse me dire combien c’était différente avant, comment le respect que l’on nous inculquait était naturel et sans conteste. Mes enfants sont encore jeunes, mais vivant en pleine banlieue parisienne (dans le 9.3. comme ils disent !) je suis confrontée à la violence (verbales, physiques, du regard…) et je suis inquiète de ce que sera leur avenir. Stéphane est comme beaucoup de parents, entre culpabilité et impuissante, conscient du dérèglement.

 

«  J’ai été aveugle. Je n’ai rien vu des affreuses valeurs naissantes de ces nouvelles générations, dont mes enfants allaient faire partie. » Page 95

 

Je ne pense pas oublier de si tôt ce livre et de ces deux ingrats d’enfants, dont l’image que l’on se fait d’eux évolue au fil du roman. Jean-Sébastien Hongre a écrit un roman qui l’on n’a pas envie de lâcher. Son intrigue crédible tient en haleine et son l’écriture est précise et pleine d’émotions (la colère et l’affliction sont palpables).  Il aborde avec beaucoup de bon sens un sujet délicat qu’est la ghettoïsation, sans tomber dans le documentaire ou l’essai, ni caricaturer ses personnages. Un homme en colère est un récit douloureux, un cri de révolte, un constat affligeant de notre société à la dérive, un témoignage romancé qui donne à réfléchir (entre autres) sur la parentalité, les dérives des médias, la misère sociale et affective, et malgré tout un message d’espoir. Bref, une excellente lecture !

 

« Maintenant, je comprends beaucoup de choses. Je crois que je pourrais moi aussi oser un cri, comme Stéphane, oui, oser un cri de résistance, ne plus être seulement une victime, ne plus me sentir à la fois victime et coupable. » Page 211 



22/04/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres