Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Jane Robins : Les illusions

Les illusions de Jane Robins  4/5 (04-11-2018)

 

Les illusions (360 pages) est sorti le 4 octobre 2018 chez  Sonatine Editions (traduction : Caroline Nicolas). 

 

1.jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Jusqu’où peut-on s’immiscer dans la vie de ses proches ?
Callie a toujours vécu dans l’ombre de sa sœur, Tilda, à qui tout réussit. Celle-ci est actrice et forme un couple heureux avec Felix, un riche banquier, alors que Callie vit seule et végète dans la librairie où elle travaille. Si elle admire toujours autant sa sœur, elle ne peut néanmoins s’empêcher de penser que quelque chose se cache sous ce vernis de perfection. Tilda ne serait-elle pas sous l’emprise de Felix, dont les comportements obsessionnels sont de plus en plus inquiétants ? Ou bien Callie se fait-elle des illusions ? N’est-ce pas plutôt elle qui a un problème avec la réussite de Tilda ? Lorsque Felix décède d’une crise cardiaque, les relations entre les deux sœurs prennent un tour complètement inattendu.
La jalousie, la culpabilité, le remords… dans ce roman au suspense hitchcockien, Jane Robins joue sur tous les registres des liens familiaux. D’une étonnante acuité psychologique, elle dessine des personnages à l’humanité poignante, jusque dans leurs failles et leurs excès, pris dans une intrigue où il est impossible jusqu’à la fin de démêler le vrai du faux.

 

 

Mon avis :

 

Callie et Tilda Farrow sont jumelles, proches mais très différentes. L’une, très réservée et un peu ronde, travaille dans une petite librairie tandis que l’autre est une actrice glamour reconnue. Alors, depuis toujours, Callie a toujours eu le sentiment de ne pas faire le poids, d’être inférieure. Et pourtant, elle n’a jamais cessé de veiller sur sa sœur, de manière particulièrement obsessionnelle.

Les deux sœurs ont habitude de se retrouver chez Callie pour des soirées ciné, mais ce soir c’est Tilda qui reçoit parce qu’elle tient à présenter son nouveau compagnon à sa sœur. Felix Nordberg est un jeune homme beau, riche, intelligent et  obsédé par l’ordre. Son arrivée dans la vie de Tilda sonne comme un véritable bouleversement et Callie soupçonne très vite un comportement de tyrannie domestique (Félix étant sans aucun doute un pervers narcissique) alors elle veille, note scrupuleusement Ses soupçons et commence dangereusement à s’intéresser à la question en naviguant sur le site tyrandomestiques.com où elle fait connaissance d’autres jeunes femmes très proches de la question….

 

Les illusions a la bonne idée de nous entraîner dans une affaire de maltraitance domestique d’un point de vue externe. Alors, même si Callie est sûre de son coup et que tout semble incriminer Felix, les doutes restent de mise car à travers différents flashbacks sur l’enfance des deux sœurs la narration laisse entrevoir une personnalité troublée, une personne fragile souffrant même de handicapes psychologiques. Impossible de ne pas remettre les choses en causes, doutant de son jugement.

Mais  Jane Robins travaille méticuleusement son scénarios et nous immisce peu à peu les yeux fermés dans son intrigue qui évidement se révèle être une belle supercherie ! Les illusions

 

Arrivée au bout, je me suis dit que ce bouquin était rondement bien mené ! Je me suis laissée bernée évidement mais sans qu’il y ait besoin d’un coup de théâtre monumentale vienne  tout bousculer, non c’est progressif et tellement plus intelligent.

 Il y a dans l’écriture quelque chose de plat et monotone qui sert à merveille à la tension. On ne s’ennuie pas une minute pour autant car l’écriture est fluide mais l’auteure n’a pas surchargé son style, n’a pas misé sur la passion et sur la mise en avant particulière des différents événements inattendus ou majeurs qui auraient pu modifier radicalement l’histoire. Et pourtant, malgré cette écriture uniforme (du point de vue de Callie), Les illusions est un très bon page-turner qui laisse au lecteur un sentiment continue de doute sur  tout, sur la narratrice et sa perception des choses et sur sa santé mentale. Il y a une forme de malaise constant particulièrement agréable (quand on aime ce genre de lecture) : les profils se construisent et la manipulation est partout… Qui est la plus malade des deux sœurs ?

« Comme si en écrivant sur Tilda, j’atténuais son emprise sur moi. »

 

Jane Robins utilise les dérives d’internet, le narcissisme (psychiatrique) et la relation obsessionnelle entre sœurs  comme  thèmes porteurs pour nous entrainer dans une intrigue dont elle-seule tient les ficelles. Les illusions est une excellente lecture qui joue sur la fiabilité de ses protagonistes et sur une écriture particulièrement obsédante au final, totalement à l’image de Callie.



02/12/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres