Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Chris Debien : Black Rain S01 // E1-2

Black Rain S01 // E1-2 de Chris Debien   4/5  (23-10-2012) 

 

Black Rain S01 // E1-2 (318 pages) est disponible  depuis le 4 janvier 2012 dans la collection Grands Formats chez Flammarion. J'ai longtemps hésité avant de classer ce livre est Thriller, car principalement destiné au 15-25 ans, il paraissait logique de le mettre en YAL.

 

 

 

L’histoire (éditeur) :


Adam vit dans une réalité peuplée de voix et de bruits qui n’existent pas. Comment savoir ce qui est réel ? Les meurtres auxquels il assiste sont-ils le fruit de son imagination ?


Mon avis :


Black Rain a la faculté de vous transporter dans un univers futuriste à la Matrix avec une note d’Identity. C’est assez sombre, parfois effrayant et surtout très très bien conçu.


Je ne comprenais pas bien où je m’aventurais en lisant les première pages de Black Rain. On y trouve des dessins mangas, un découpage en séquences (comme une série TV, Black Rain S01 // E1-2 signifiant Saison 1 Episode 1 et 2) et des premiers chapitres très Science-Fiction, un domaine littéraire dont je suis loin d’être fan et loin de vraiment connaître. Mais on fait, j’ai tout de suite accroché, et j’ai passé un très bon moment avec ce premier volet.


Chris Debien entraine le lecteur avec Adam et son ami Vince dans l’Inside, un monde parallèle virtuel. Cette première partie est très haletante, avec beaucoup de rebondissements de de tension. La seconde partie se déroule dans Le Centre, un complexe destiné à guérir ou du moins aider les enfants atteints de troubles psychologiques sévères. A noter : le générique du premier épisode donne une définition très claire de la psychose et de la schizophrénie.


Pourquoi ai-je tant aimé ?  Parce que c’est un roman jeunesse, donc simple et accessible pour quelqu’un qui a tant de mal avec tous ces termes loufoques du futur (tout autant extravagant). Non, pas vraiment car déjà l’histoire est conseillée à partir de 15 ans (pas avant, c’est certain). En fait,  Black Rain mêle éléments futuristes, un monde parallèle virtuel psycho-informatique (ça, c’est de mon invention !), un intrigue qui s’étoffe et se complexifie au fil de la lecture, des personnages fragiles et forts, et beaucoup de références musicales, télé, ciné… C’est « futurement-réaliste » et vivant. Et puis surtout, merci Chris Debien de ne pas avoir assassiné le texte de vocabulaire imaginaire.

L’écriture est vive, les séquences sont courtes, l’intrigue est intéressante et intelligemment ficelée, avec pas mal d’action et surtout beaucoup de suspens. Tout cela fait qu’une fois commencé, le roman se lit  avec une grande fluidité et facilité (exit mes phobies du monde littéraire SF). La construction du premier épisode en compte à rebours accentue l’effet de tension déjà bien présent.  Vous commencez Black Rain S01 // E1-2, vous ne le lâchez plus.

  

Chris Debien m’aurait-il réconciliée avec un genre qui ne me plaisait pas ? Possible…en tout cas, il a réussi à me plonger avec beaucoup de plaisir dans le Centre,  l’Inside, et le monde d’Adam. D’autant que ce jeune homme est sympathique, schizo mais pas cinglé (ça peut sembler étrange, mais si si je vous assure), il est attachant, troublant (par l’intervention des différentes personnalités) et en même temps c’est un ado comme tant d’autres (des amis, des attachements amoureux, des passions…).

 

Acheté sur un coup de tête en croisant l’auteur (et ses sucettes Chupa Chups) au salon du livre de Paris, je suis conquise. La suite est prévue pour le 7 novembre prochain, je ne pense pas résister bien longtemps. 

 

 



23/10/2012
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres