Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Collectif : La Machine à écrire la mort

La Machine à écrire la mort - Textes recueillis par R. North, M. Bennardo et D. Maliki     4/5 (08-11-2012)

 

La machine à écrire la mort (510 pages) est disponible depuis le 11 octobre 2012 aux Editions Fleuve Noir.

 


 

L’histoire (éditeur) :


Elle est capable de prédire la façon dont vous allez mourir à partir d'un échantillon de votre sang. Elle ne se trompe jamais et manie l'ironie avec un sadisme inouï. Elle, c'est la Machine de la Mort. Celle qui, depuis son invention, a bouleversé la face du monde. D'un simple mot imprimé sur un morceau de carton, elle délivre sa sentence : « cancer », « accident », « amande », « piano »...
Outil de pression pour les patrons qui ne souhaitent pas garder des employés destinés à mourir d'une overdose, instrument politique pour évincer son concurrent, critère sélectif pour choisir son mari ou ses amis à l'école (il faut avouer que certaines morts sont beaucoup plus cool que d'autres), la Machine soumet tout le monde à la même tyrannie. 
Car s'il est bien une chose difficile, c'est de continuer à vivre quand on connaît la fin, de faire confiance à ses amis quand on sait qu'on finira assassiné, de s'acharner à vouloir déjouer la fatalité... en vain.

 

Mon avis :

 

Matthew Bennardo (auteur de science-fiction), Ryan North (programmateur informatique et auteur dessinateur de BD) et David Malki (auteur, réalisateur, dessinateur et designer. Rien que ça !) ont lancé un concours de nouvelles autour d’une idée fascinante, effrayante et originale « une machine à écrire la mort ». La machine à écrire la mort regroupe 34 chroniques tournant autour du sujet directeur énoncé dans l’introduction.

 

Les histoires sont variées. C’est agréable de passer de nouvelles en nouvelles sans tomber dans le répétitif. Elles ont des idées, des personnages principaux et des styles très différents. On découvre des nouvelles allant de la simple phrase (autosuffisante et excellente !), conçues sur le modèle d’une scène de théâtre, sous la forme de petites annonces, d’autres plus science-fiction, futuriste voir dystopique, à la manière d’un décompte… La machine à explorer la mort réserve pas mal de surprises aussi bien au niveau de la forme que du contenu.

 

Même si elles sont contrastées, ces nouvelles ont la particularité d’être bien organisées autour d’un fil conducteur et d’une idée qui est merveilleusement bien respectés. Excepté pour une nouvelle (En essayant de sauver quelqu’un), la machine n’est pas censée donner de date exacte de votre mort. Le concept de la machine est simplement de donner un ou plusieurs mots décrivant votre mort. Ses billets peuvent aussi bien être directs (cancer, suicide…) qu’énigmatiques. Le souci c’est que cette machine est parfois pleine d’humour (ou d’ironie, allez savoir).  Si vous tombez sur Météorite, n’allez pas croire bêtement que vous allez vous prendre une météorite tombée de l’espace, ce n’est pas aussi simple que ça, juste plus vicieux. En fait, tout est fait pour que vous ne puissiez de toute manière y échapper. Fatalisme et libre arbitre, quelle est la part de chacun d’eux dans nos prises de décisions ?

 

Les personnages mis en scène vont de l’ado au vieillard, du tueur au héros, des infirmières aux soldats. On retrouve même les créateurs de la machine. La machine annonce leur mort (ou celle de leurs proches) et c’est tout une vie qui est influencée, au niveau des choix, de la perception de l’avenir, de l’entourage, de la peur. Le gouvernement même a dû s’adapter, en créant de nouvelles lois. Le test devient ludique, une obsession, ou un moyen d’engager une discussion et passer une bonne soirée. Le champ des possibles est vaste, c’est ce qui fait la richesse de La machine à écrire la mort.

 

Il y a des nouvelles meilleures que d’autres mais dans l’ensemble il y a une homogénéité dans la qualité du recueil.  Sans longueur, il se lit vite et surtout, je n’ai pas ressenti de frustration à la fin des histoires. L’écriture de chacune est plaisante et aboutie. La terre recèle de nombreux auteurs inconnus qui ont du talent, ou du moins une imagination débordante. Ce livre en est la preuve. Il y a beaucoup d’originalité dans certains textes, une pointe d’humour, de cynisme, de l’émotion et surtout de la réflexion. Vous ne pouvez pas refermer le livre sans vous posez de nombreuses questions. Feriez-vous le test ? Êtes-vous prêts à connaître votre mort ? Comment réagiriez-vous à la découverte du message ?  

 

Vous avez la possibilité de vous prêter au jeu ici.

 

 

 

 

 



08/11/2012
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres