Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Claire Castillon : Cucu

Cucu de Claire Castillon  3/5 (27-03-2015)

 

Cucu (179 pages) sort le 1er avril 2015 chez Neuf en Poche des Editions L’École des Loisirs.

 

  9782211221245_1_75 (114x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Je m'appelle Lilas Fleury, j'ai onze ans, j'entre en sixième et je ne suis plus un bébé.
J'ai un grand frère un peu fleur bleue, une soeur qui s'habille d'un tutu et des parents qui se chicanent; à la maison ce n'est pas toujours joli-joli.
Je suis amoureuse en secret de Clovis Buzenval, le fils de la gardienne, mais je ne suis pas du tout gnangnan.
J'ai des amies à épater, et je vais organiser en février un dîner de classe exceptionnel qui changera ma vie sans chichis.
Parce que les choses doivent changer. Parce que je vais grandir. Alors surtout, surtout, n'allez pas croire que je sois cucu.

 

Mon avis :

 

« Je dois me rendre à l’évidence : à la maison, nous sommes cucus. » Page 8

Lilas Fleury est cucu. Comme sa famille (dont les filles portent un nom de fleur), comme la déco chez elle, comme son caractère (quelle essaye de corriger)…Bref, Cucu c’est la vie de Lilas, 11 ans, une collégienne qui grandit et qui a décidé de changer pour ne plus être gnangnan.

 « Dans la famille, seul Claude n’est pas cucu. Sans doute parce qu’il est concon. » Page 10

 

L’arrivée en sixième 2 implique de grands changements. Déjà parce qu’un diner de classe semestriel est traditionnellement organisé par un des élèves de la classe et que Lilas s’est engagé (comme son amie Toscane) à recevoir ses camarades chez elle pour évoquer et échanger sur les problèmes de la classe. Et parce que Lilas vient de tomber amoureuse du fils de la gardienne Clovis Buzenval….

 

Cucu aborde avec bon sens et humour les problèmes de personnalité des enfants entrant dans e monde de l’adolescence. Le roman parle des problèmes d’ado principalement axés sur les questionnements et les remises en question que peuvent avoir bon nombre de jeunes. Lilas a une chambre de princesse qu’elle adorait et un comportement de fillette tout à fait normal et adorable jusqu’à ce qu’elle se rende compte que c’est tellement mieux chez Toscane, sa meilleure amie, où tout est tellement plus pointu (blanc, épuré, net et tellement pas cucu !). Lilas veut grandir et n’accepte plus  ce qui a trait à son enfance et le comportement un peu excessif de sa famille. L’idée que l’on se fait faussement qu’il fait toujours meilleur vivre chez  autres est très bien mise en avant et correspond bien aux problématiques des jeunes filles qui cherchent leur personnalité.

« Ma mère vient me chercher et j’ai honte d’avoir honte d’elle. Mais j’ai d’abord honte tout court. Elle est tellement peu pointue dans le décor. Quelle idée de s’habiller en mauve quand tout le monde est en noir et blanc ! Plongée dans le bain pointu des amis de Greta et de Peter, ma mère ressemble à un jouet flottant fluorescent. Elle est une orchidée platée dans une forêt de troncs morts. Et bien sûr qu’il vaut mieux ressembler à un tronc mort qu’à une orchidée ! » Page 75

 

Lilas est une fille intelligente et son récit à la première personne donne facilement à réfléchir. Il permet de projeter ses tracas et ses réflexions dans la tête des jeunes lecteurs, car, en plus de cet axe principal (l’affirmation de soi), Claire Castillon aborde également des sujets secondaires qui collent encore très bien aux préoccupations des lecteurs : les rapports des parents parfois conflictuels (traité ici avec humour sans pour autant détourner la gravité), les copines et évidemment le premier amour.

 

Voilà un roman destiné aux 9-12 ans (et principalement les filles) plaisant. Humour et réalisme sont au rendez-vous pour une lecture sympathique et utile : on n’est pas forcément si mal dans sa famille cucue, mais vraie !



31/03/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres