Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Angélique Barbérat : Lola ou l'apprentissage du bonheur

Lola ou l'apprentissage du bonheur d’Angélique Barbérat   3/5 (20-02-2016)

 

Lola ou l'apprentissage du bonheur (511 pages) est sorti le 11 février 2016 chez Michel Lafon.

 

1.jpg
 

L’histoire (éditeur) :

 

Tout semble facile et tout devrait l’être, Bertrand et Lola se sont retrouvés.

Bertrand a survécu à ces terribles mois où il a été otage en Afrique, seul, déplacé de cache en cache. Lola, depuis son divorce, a décidé de ne plus mentir à personne, et surtout pas à elle-même. Désormais, ils vont former une famille et plus rien ne les éloignera l’un de l’autre.

Pourtant, peu à peu, le passé s’incruste dans leur quotidien et perturbe leur bonheur. Des flashs, de plus en plus nombreux, saisissent Bertrand et le ramènent entre les mains de ses geôliers. Il s’enfonce, et occulte sa souffrance. Lola ne perçoit pas son mal-être, elle qui s’efforce pourtant d’agir au mieux, pour ses enfants, pour lui, pour son ex-mari.

Et puis, un jour, une étincelle, et la vérité explose au grand jour…

Peut-on se reconstruire en homme libre quand on a été une victime ?

Par-delà leurs cicatrices, Bertrand et Lola arriveront-ils à vivre leur amour, tout simplement ?

 

Mon avis :

 

Parce qu’aucun résumé ne  vient remettre en mémoire l’histoire de Bertrand et Lola, j’ai été un peu inquiète en commençant le livre. Même si je gardais en mémoire un vague souvenir de leur vécu, beaucoup de détails  et d’éléments importants s’étaient un peu éloignés de mon esprit.  Etonnement, sans qu’Angélique Barbérat  ait besoin d’inonder son texte de flash-back ou de récurrents faits antérieurs, tout doucement le Bertrand et Lola a repris forme, toute leur histoire s’est reconstruite  et je me suis très vite laissée attrapée par la suite (3 ans après leur rencontre).

 

Tandis que le Nous de Bertrand et Lola se construit, délicatement et passionnément, la rancœur et la rancune s’attachent à ceux qui ont été écartés et, tout comme les épreuves de la vie, viennent gâter leur relation.

C’est dans les détails que se construisent les romans d’Angélique Barbérat et donnent tant de force aux émotions. C’est beau dans le fond et dans la forme parce que le quotidien et le banal prennent des airs de grandiose et d’infiniment puissant. Cependant, même si l’auteure sait parfaitement évoquer la complexité des sentiments humains, j’ai trouvé cette suite longue et lassante. En vérité, je voulais et j’attendais tant de belles choses  pour ces deux personnages que tous les obstacles à leur bonheur m’ont agacée et en particuliers le mal être tenace de Bertrand, sans cesse assailli par les doutes et la peur de perdre celle qu’il aime. J’ai trouvé que ces perpétuels questionnements et défiances ont plombé le récit, qui ma semblé pesant. Le fait qu’il passe à coté de sa vie et du bonheur, si lourdement gagné, m’a contrariée et empêché de pleinement apprécier cette suite. D’autant que la forme du récit qui mélange narration et pensées a beau très bien nous entraîner dans leurs esprits, a aussi tendance à accentuer cette impression de tourner en rond.

 

Il y a beaucoup de justesse dans les propos des uns et des autres, et une vraie étude psychologique des personnages et de l’amour. Le tout est manié avec autant de simplicité que de subtilité. Mais ça été trop long…Heureusement la fin a réussi à faire palpiter mon petit cœur et à réveiller de fortes émotions.

 

« Ma bague contre sa liberté…Mon histoire contre sa vie…Ma vie pour sa vie…Ma vie c’est Lola. Il avait peur qu’on l’enlève. Alors que c’est elle qui s’en va. Plus je m’accroche à elle, plus elle m’échappe. Plus elle m’échappe, plus je l’aime. Plus je l’aime, plus elle me tue.

Mas vie me fuit. » Page 423



24/02/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres