Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Camille Perri : Les assistantes

Les assistantes de Camille Perri  4/5 (04-07-2017)

 

Les assistantes (336 pages) est disponible depuis le 6 avril 2017 aux Editions Denoël (traduction : Elsa Maggion).

 

 4.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Elle, c’est Tina, l’assistante idéale. Zélée et discrète. Lui, c’est le boss. Il est puissant et charismatique, profitant sans scrupule du système. Un beau jour, Tina ouvre les yeux et comprend que respecter les règles ne la mènera pas bien loin. Tina Fontana, trente-deux ans, est l’assistante du très influent Robert Barlow, PDG de Titan Corp. Discrète, efficace et futée, elle est très appréciée de son célèbre patron. Mais après six années à prendre des rendez-vous et à servir des verres de vin qui valent dix fois son loyer, tout le glamour qui auréolait son travail s’est évanoui, contrairement à la charge de son prêt étudiant qui, elle, va crescendo. Mais voici qu’une erreur comptable offre à Tina l’occasion de se libérer de sa dette. Elle a toujours respecté les règles, mais là sa vie pourrait changer radicalement… Et si c’était son tour de devenir riche?

 

Mon avis :

 

Tina Fontana, super assistante du « Grand » Robert Barlow (détenteur de la majeure partie des médias), sait depuis 6 ans satisfaire ses demandes, résoudre ses problèmes, répondre à ses attentes, parfois même un peu folles et souvent urgentes et improbables. Comme trouver une place (et toutes les autres autour pour sa tranquillité) en vol commercial (parce qu’il n’y a plus de jet privé dispo), et tant pis si la facture s’élève à près de 19000 dollars !

Celle qui vit plutôt chichement, délaissant une majeure partie de son salaire au remboursement de son prêt étudiant, voit alors l’opportunité de rembourser sa dette grâce à un petit chèque de la compagnie aérienne qui tombe à pic (après une note de frais déjà remboursée) … Ce petit coup de pouce « illicite » lui donne l’occasion d’envisager les choses sous un autre angle, d’autant que pour la Titan Corporation cette somme ne semble être qu’une broutille !

 

Malheureusement, après quelques jours de stress et de culpabilité intenses, Tina se fait démasquer par Emily, assistance du directeur des frais professionnels qui, plutôt que de la dénoncer lui propose la même magouille en vue de rembourser son prêt à elle. Et voilà en plus, qu’elle se retrouve à squatter dans son petit appartement, après l’avoir obligée à entreprendre une « combine » qui va vite devenir une habitude.

 

« Elle but une grande gorgée et me tendit la bouteille.

« Je voulais être actrice ; ç’a été ma plus grosse erreur. Mais qui sait, il reste peut-être un espoir que je joue dans La main dans le sac : chronique d’un crime d’après des faits réels. »

J’eus mal au ventre, pas à cause du mélange pad thaï, second hamburger de la journée et champagne, mais parce que je pris conscience que nous étions les protagonistes en puissance d’une série pour fille » page 84

 

Et l’ampleur que prend « le projet » dépasse vite l’entendement !

  

Les assistantes est typiquement le genre de bouquin détente, no prise de tête, un brin féminin, drôle (entre quiproquos et bonnes répliques), léger mais avec sa juste part de critique de la société américaine et tendre, que j’aime lire. L’histoire, un peu folle mais finalement pas tant burlesque ni invraisemblable que ça, est bien contée. Sans temps mort, avec punch et avec l’utilisation de la première personne qui donne un regard à la fois drôle et touchant, la narration file toute seule.

 

Je me suis très facilement laissée prendre au jeu de cette situation qui dérape doucement mais surement, qui grossit à vue d’œil et qui pour autant garde une certaine forme de réalisme. J’ai trouvé qu’il n’y avait pas de côté « surjoué » contrairement d’autres textes et comédies légères du même genre.

 

Il y a quelques bonnes phrases assez drôles et Tania est un personnage finalement assez banal ce qui lui donne un aspect attachant. Et même si elle a fauté, on comprend pourquoi (entre facilité, besoin et opportunité, pas sûre qu’on aurait fait différemment…) et sa personnalité un peu (trop) effacée et ce côté « brave fille » donnent envie de la voir s’en sortir.

Quant à Emily, un poil trop exubérante, envahissante et très sûre d’elle, on a autant envie de la claquer (à cause de son manque de naturel, de simplicité et d’authenticité) qu’on apprécie sa présence aux côtés de Tania (elle contrebalance à merveille !!!), car elle est loin d’être malveillante et lui apporte finalement beaucoup de choses.

 

« « Oh, fit Emily, j’ai oublié de te dire quelque chose.

-Tu as donné mon numéro à Kévin : » Je me rendis compte que je hurlais. « Kevin a demandé mon numéro ?

-Je sais, répondit Emily en hochant la tête d’un air incrédule. Ça fait un peu mauviette de na pas te l’avoir demandé lui-même, tu ne trouves pas ? »

J’éprouvais une sensation que je ne parvenais pas à déterminer. Choc ? Doute ? Diarrhée ? » Page 85

 

Les assistantes est un petit roman plaisir pétillant.



21/07/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 253 autres membres