Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Tom Perrotta : Les Disparus de Mapleton

Les Disparus de Mapleton  de Tom Perrotta 3/5 (03-11-2013)

 

Les Disparus de Mapleton  (432 pages) est paru le 22 aout 2013 aux Editions Fleuves Noir.

 

images (107x173) (2).jpg
 

L’histoire (éditeur) :

 

Que feriez-vous si certains de vos proches, de vos amis, de vos voisins, disparaissaient en une fraction de seconde ? Sans aucune explication ? Pourriez-vous continuer à vivre comme si de rien n'était ? C'est la question que se posent les habitants de Mapleton. 
Même s'ils n'ont pas été touchés directement, Kevin, le nouveau maire, sa femme Laurie et leurs deux enfants, Tom et Jill, se débattent pour retrouver un sens à leur vie. Laurie part rejoindre une secte de "pénitents", Tom un groupe d'illuminés hippies, et Jill, autrefois lycéenne modèle, se livre à tous les excès. Peut-on faire son deuil quand l'autre disparaît sans raison ?
Une chronique décapante et émouvante, un portrait sans concession mais humaniste de gens ordinaires dépassés par un extraordinaire bouleversement.

 

Mon avis :

 

Les disparus de Mapleton lance son intrigue sur une idée un peu folle, et surtout follement intrigante : la disparition massive un 14 octobre, de millions de gens au même instant. C’est à partir de ce fait soudain et totalement inexpliqué (que beaucoup ont qualifié comme étant le Ravissement ) que la vie de nombreuses personnes va être bouleversée.

 

Au-delà de la souffrance des proches (et en particuliers des familles) des disparus, l’auteur aborde différents sentiments et réactions liés à la disparition (comparable à la mort) de ceux qu’on aime. Et quand il s’agit d’un événement de masse, certaines dérives sont malheureusement à constater. Tom Perrotta s’attarde et concentre son roman sur quelques personnages, dont la famille Garvey. A travers eux, on constate plusieurs manières de vivre le drame. Entre l’ado qui quitte la fac pour intégrer le Mouvement de l’Etreinte Réparatrice (dont le gourou est très vite rattrapé par des rumeurs d’attouchement), une mère qui se détourner de son foyer pour s’installer avec une communauté née après la Ravissement (appelée les Coupables Survivants), et une jeune fille qui se cherche, Kevin (le père de de famille) tente de mener à bien sa vie en continuant à vivre normalement, bien qu’il soit aussi démuni que sa fille. D’autres personnages gravitent autour d’eux, dont Nora (le symbole des survivants ayant perdu son époux et ses deux jeunes enfants) qui m’a énormément touchée et Christine, l’une des femmes auxiliaire du gourou.

 

Dans ces 430 pages, l’auteur ne parle pas vraiment des causes de cette disparition soudaine. Le titre est d’ailleurs trompeur car le roman ne s’attache qu’aux survivants, ceux qui restent avec leurs frustrations et leurs culpabilités (d’avoir survécu ou de n’avoir pas été sélectionné pour rejoindre le Seigneur). J’avais d’ailleurs un peu peur que le récit ne soit trop centré sur la religion (les premières lignes allant dans ce sens), mais finalement non. Cet aspect est abordé à faible dose, et permet de justifier quelques tendances fanatiques qui apparaissent par la suite.

Ce roman se concentre simplement sur l’esprit humain. Avec  justesse, l’auteur montre comment réagissent tous les personnages importants et en même temps tellement ordinaires. Leur psychologie est minutieusement détaillée et disséquée (d’où quelques longueurs aussi).

 

Le style de Tom Perrotta n’est pas difficile, est même assez fluide. Après un début laborieux, j’appréhendais un roman fastidieux. Le sentiment de ne pas avancer ne dure heureusement pas. Car, s’il ne se passe pas vraiment grand-chose au niveau de l’intrigue, si ce n’est de couples qui se font et d’autres qui se défont (peu de place pour la science-fiction ici), l’intérêt de ce roman se situe vraiment dans le suivi de ces quelques victimes et dans leurs manières de surmonter le drame (personnel ou collectif). On apprécie le changement des points de vue, qui permet de ne pas rester sur les émotions d’un même personnage et de se faire une idée de ce qui se passe 3 ans après sur la ville de Mapleton.

Les disparus de Mapleton est un roman de cette rentrée littéraire qui aura le mérite de faire réfléchir. Ce n’est pas un coup de cœur (l’écriture ne m'a pas suffisamment séduite) mais reste un livre que je n’oublierai pas de sitôt.

 

10762469 (114x173).jpg

 

Quelques informations concernant l’adaptation télé américaine : le pilote réalisé par Peter Berg (réalisateur de Hancock et Battleship, entre autres) diffusé le 16 septembre 2013 aux Etats Unis, s’est soldé par la commande de 10 épisodes supplémentaires. On pourra y croiser des acteurs tels que Justin Theroux (Mulholland Drive, Iron Man 2), Amy Brenneman, Christopher Eccleston (60 secondes Chrono28 jours plus tard), Liv Tyler (Armageddon, Le Seigneur des Anneaux), et Max & Charlie Carver (révélés par leurs rôles de Preston & Porter Scavo, les fils ados de Lynette dans Desperate Housewives).



21/11/2013
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres