Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Sylvie Germain : Petites scènes capitales

Petites scènes capitales  de Sylvie Germain  3/5 (09-07-2013)

 

Petites scènes capitales (256 pages)  est paru le 21 août 2013 aux Editions  Albin Michel

 

9782226249791m (118x173).jpg


L’histoire (éditeur) :

 

Tout en évocations lumineuses, habité par la grâce et la magie d’une écriture à la musicalité parfaite, Petites scènes capitales s’attache au parcours de Lili, née dans l’après-guerre, qui ne sait comment affronter les béances d’une enfance sans mère et les mystères de la disparition. Et si l’énigme de son existence ne cesse de s’approfondir, c’est en scènes aussi fugitives qu’essentielles qu’elle en recrée la trame, en instantanés où la conscience et l’émotion captent l’essence des choses, effroi et éblouissement mêlés.

 

Mon avis :

 

En recevant Petites scènes capitales, j’ai eu la sensation de me lancer dans une totale inconnue. Sans fiche de Presse ni quatrième de couverture, je suis donc partie à l’aventure (d’autant que Sylvie Germain est une auteure que je ne connaissais pas).

Petites scènes capitales est un livre sur les relations familiales (pas toujours faciles) et l’identité. L’auteure explore à travers le personnage de Lili (ou Barbara) la construction personnelle dans un univers plutôt peu propice à une bonne évolution et où la mort est omniprésente.

 

Lili est une gamine qui vit seule avec son père. Sa mère les a quittés quand elle avait 11 mois  et est morte trois ans plus tard. Cette absence la marque  profondément, et la pousse à se questionner  sur ses origines. Pour ne rien arranger, son père se remarie avec Viviane, ancien mannequin  déjà mère de 4 enfants : Jeanne-Joy, l’aînée calme et réservée, les jumelles Chantal et Christine (qui devient vite sa préféré) nées à quelques jours d’intervalle de Lili, et enfin Paul, l’indécis. Perdue, noyée dans cette océan d’enfants avec qui il faut partager sa chambre et son anniversaire, elle  a beaucoup de mal a trouvé sa place dans la fratrie. Et quand le jour de la rentrée, la maîtresse se trompe sur son prénom, c’est la goutte d’eau,  sa curiosité naturelle à savoir d’où elle vient se détourne vers des questionnements plus douloureux. Qui est-elle réellement ? et Pourquoi est-elle là ?

« Et si l’erreur c’était elle, tout simplement ?

Du seul fait d’être née, a-t-elle donc commis une faute, une gaffe ? Est-elle responsable de la fuite de sa mère ? cette éventualité la taraude.(…) Barbara : une chimère miniature engendrée par une mère-fantôme auréolée d’une flaque de soleil. » Page 29

« Elle sent qu’il se passe quelque chose d’inédit, de puissant, de capital mais est incapable de la définir. C’est comme si elle survenait à nouveau au monde, mais tout autrement que lors de sa première  naissance ; cette fois son expulsion se ne produit pas hors des limbes du corps maternel vers l’air, la lumière, l’espace et tout ce qui y vit, s’y meut, u bruit, mais hors d’elle-même vers nulle part. Cela est tout autant une mort. (…) En finir avec cet excès de présence dénué de sens qui coïncide avec une folie d’absence, en finir avec cette angoissante ivresse où s’enlace les contraires. Deux élans inverses se disputent en elle : celui d’un tenace désir de vivre, celui d’un violent attrait de la mort. » Page 45-46

 

Les événements marquants sa vie s’enchaînent : mort de sa grand-mère, disparition d’une des filles, les autres qui quittent volontairement le foyer, les crises de Viviane, l’arrivée d’un nouvel enfant dans le foyer… Sa construction se fait tant bien que mal parmi les événements majeurs de cette famille dont elle se sent exclue. Elle quitte  le domicile pour ses études à Paris et devient Barbara. Là encore, sa place dans un groupe de révolutionnaires n’est que celle de  la cinquième  roue du carrosse….

 

Petites scènes capitales est un roman classique d’apprentissage. Lili affronte des épreuves et  son mal être est souvent palpable. Touchante en petite fille en souffrance, elle  a réveillé en moi plus d’irritation en grandissant. Je n’ai pas compris (ou adhéré) à certains de ses choix et j’aurais voulu qu’elle prenne  enfin sa vie en mains et devienne enfin moins fade !

 

« A Lili, il dit : « Toi, au moins, tu ne changes pas. » Et il l’en remercie. Que pourrait-elle perdre, au fait, comme qualités ? Elle ignore quelles vertus il lui prêtre. L’art de ne jamais faire de remous, de se tenir en retrait, à la lisière des coulisses et de la scène, peut-être ? » Page 104

« Les nouveaux choix de sa fille, dont il ignore les détails mais qu’il subodore ineptes, l’affligent. Elle le déçoit en une gradation ascendante et accélérée. Et elle, elle ressent une joie rageuse à dégringoler ainsi dans son estime ; quand elle sera complètement consommée, cette estime dont il s’est toujours montré bien parcimonieux, elle cessera enfin de l’attendre, de la mendier peut être. Et par ricochet, elle se libérera de sa passion insatisfaite pour Jef, de ses amitiés incertaines avec les autres. » page 161

 

 

Tantôt tranchant tantôt poétique et sensible le style de Sylvie Germain m’a plu. J’ai apprécié sa manière de choisir avec soin les mots et sa construction faite de chapitres fragmentés, tels des morceaux  marquants  d’une vie. Pourtant, j’ai parfois trouvé la lecture difficile, lourde et traînante en longueur. Ce sentiment a également été amplifié par le personnage de Lili qui se laisse plus porter par les événements qu’elle ne vit réellement sa vie.  Quant aux personnages secondaires, ils manquent malheureusement de transparence. Survolés, ils n’apportent pas toujours les réponses aux questions que l’on se pose. Des secrets familiaux ont beau être révélés en fin de roman, il n’en demeure pas moins que j’aurais aimé en savoir plus, beaucoup plus.

 

En bref : Petites scènes capitales est un roman très bien écrit qui me laisse malgré tout un peu sur ma faim.

 

Merci à Libfly et le Furet du Nord, qui m’ont permis de découvrir la plume de Sylvie Germain par le biais de l’opération On vous lit tout.  52383.jpeg

 

66800_10201327924551024_1428595048_n (200x200) (173x173).jpg



12/08/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 284 autres membres