Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Sophie Loubière : Black Coffee

Black Coffee de Sophie Loubière   4,5/5 (21-02-2013)

 

Black Coffee (564 pages) est disponible depuis le 14 février 2013 aux Editions Fleuves Noir. Vous pouvez retrouver plus d’info sur le blog du bouquin, qui est super intéressant, et sur la page Facebook de l’auteure.

  

 

L’histoire (éditeur) :

 

Juillet 1966. Dans la petite ville perdue de Narcissa, Oklahoma, une maison isolée en bordure de la mythique route 66 est la cible d’un tueur sanguinaire. Une femme enceinte et une fillette sont assassinées, une mère et son fils Desmond grièvement blessés. Le jeune garçon va grandir à l’ombre de ce dossier jamais élucidé par la police, hanté par la figure du tueur, sous le regard d’une mère psychologiquement détruite et à des milliers de kilomètres d’un père absent le jour du drame, et qui n’a eu de cesse de raviver la culpabilité de son fils. Si seulement tu n’avais pas attaché le chien… 
2011. Devenu journaliste puis professeur de criminologie à l’université, Desmond G. Blur décide de quitter Chicago pour s’installer en Arizona dans la maison de son père décédé. Une ultime tentative du fils pour se rapprocher de son père et s'en faire pardonner, sans savoir que celui-ci, d’outre-tombe, l’a peut-être mis sur la voie de la réconciliation avec leur passé. Car l’arrivée dans le secteur d’une femme vient bientôt réveiller les démons passés de Desmond : Lola, une femme au comportement étrange qui voyage seule avec ses deux enfants, visitant des villes fantômes. Une Française dont Desmond découvre vite que, sous couvert de jouer les touristes, elle recherche son mari littéralement volatilisé trois ans plus tôt sur la route 66. Ce dernier lui aurait fait parvenir un cahier, seul indice de la piste à suivre. Un cahier contenant un récit qui, s’il n’est pas l’œuvre d’un mythomane, est la preuve de l’existence d’un des plus ahurissant criminel que l’histoire des Etats-Unis ait connu… et dont le chemin sanglant traversait déjà la petite ville de Narcissa en Oklahoma l’été 1966.

 

Mon avis :

 

J’attendais avec impatience la réception de ce livre (à la couverture plus que belle) pour ENFIN découvrir la plume de Sophie Loubière, dont le précédent roman L’enfant aux Cailloux avait rencontré un franc succès  (prix de la ville de Mauve-sur-Loire et prix Lion noir au 10ème salon du livre policier de Neuilly-Plaisance en 2012). En plein dans ma période thriller, Black Coffee est tombé à pic. Je dois dire que ce livre est vraiment génial et correspond parfaitement à mes attentes lecture du moment. Son thème principal, ses descriptions, son intrigue finement menée et déployée  sur plus de 500 pages sont un régal !

 

La première partie, intense et riche, est une succession de chapitres qui font apparaître de multiples personnages et scènes sur plus de quarante ans. Dans la seconde partie, (plus actuelle) la plupart disparaissent et laissent place aux protagonistes Lola Lombard et Desmond G. Blur qui vont alors porter l’intrigue jusqu’à de terribles découvertes. L’une française est à la recherche (avec ses deux enfants) de son époux qui a disparu mystérieusement il y a quatre ans lors de vacances familiales sur la route 66. Le second est un  professeur en criminologie américain, qui à la mort de son père, doit refaire face à son passé : le meurtre sous ses yeux de sa tante et sa sœur en 1966, point de départ d’une série de meurtres et morts (suicide et accidents) qui dureront plus de cinquante ans.

 

Sans vraiment me prendre d’affection pour ces deux personnages principaux (manquant un peu de profondeur et de caractère), j’ai tout de même pris un grand plaisir à les suivre dans leurs investigations, qu’ils mènent de façon très personnelle. L’histoire, principalement construite autour de deux enquêtes (ou quêtes) est riche en découvertes et bien construite. Le style de Sophie Loubière est fluide et limpide. Les pages défilent agréablement avec suspens et sans jamais tomber dans le sordide. J’ai été transportée dans les décors mythiques, absorbée dans l’histoire, qui même avec deux- trois longueurs, m’a tenu en haleine tout du long.

 

Black Coffee est un roman, à l’image d’un road-movie, qui promène le lecteur sur la route 66  dans une Amérique authentique de grands espaces. Son scénario est un jeu de piste terrifiant dont le dénouement, sans pour autant être explosif, reste incertain. Bref, si vous voulez faire un bout de route avec une auteure de thrillers à succès, n’hésitez pas à vous plonger dans Black Coffee.



21/02/2013
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres