Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Roy Braverman : Hunter 2, Crow

Hunter, tome 2: Crow de Roy Braverman   3,5/5 (13-04-2019)

 

Crow (372 pages), second volet de la série Hunter, est sorti le 14 mars 2019 aux  Editions Hugo et Cie (collection : Thriller).

 

7.jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Hunter et Crow, deux fugitifs accusés de crimes odieux, décident de se soumettre d’eux-mêmes à l’esprit de la loi en s’isolant au cœur des Brooks Range. Mais les flics locaux et le FBI, dont l’obsession est d’appliquer la loi à la lettre, les laisseront-ils faire ? L’obstination d’un ex-agent du FBI, devenu sérial killer pour l’occasion, déclenche une chasse à l’homme haletante et sans pitié à travers les paysages sauvages de l’Alaska. Une terre rude et immense où tout chasseur devient un jour la proie de quelqu’un d’autre. Tour à tour chassés ou chasseurs, Hunter et Crow vont poursuivre, croiser ou fuir une shérif amoureuse d’un orignal, une agent spéciale du FBI surnommée Fiasco suite à l’échec de sa dernière mission, une trappeur romantique qui ne craint ni les loups ni les ours, un collecteur de dettes arménien et mélomane, un gang de rednecks qui carbure à la bière locale, un pilote de brousse hippie fan de Jefferson Airplane… Tout ça pour sauver sa peau, appliquer la loi ou mettre la main sur un butin de plus d’un million de dollars. Voire les trois à la fois !

 

Mon avis  :

 

Crow, suite directe de Hunter, nous entraîne une nouvelle fois dans un univers cinématographique rudement addictif.

 

Crow et Hunter, deux meurtriers « innocents » (l’un meurtrier innocenté, l’autre innocent devenu meurtrier) ont quitté le premier opus « main dans la main » , laissant le lecteur avec de nombreuses interrogations… On les retrouve ici, après avoir disparu pendant deux ans dans la nature, encore une fois au milieu de nulle part mais cette fois-ci dans le comté de Rosebud (Montana, Alaska) où de nouveaux cadavres sont découverts. Tout laisse croire que le duo est de nouveau en activité (robe de marié, éventration, corbeau, arbalète…). Bref, ça ne sent pas bon du tout….

 

« Avant de se séparer, Groove lui propose une bière qu’il sort de sa glacière. Pour lui, il tire une bouteille de Jim Beam.

- C’est à ça que vous vous défoncez ? se moque gentiment Cooper.

- Non, répond sérieusement Groove, ça fait un bout de temps que je ne me défonce qu’à la haine et à la vengeance. Le bourbon, c’est juste pour en faire passer l’amertume.

- Et le type après qui vous courez, qu’est-ce qu’il a fait ?

- Il a pourri ma vie. «  (Chapitre 3)

 

Roy Braverman, alias Ian Manook (alias Patrick Manouckian), ne lésine pas sur les scènes de meurtres sauvages (focalisant ses descriptions sur la découverte des corps et dans les explications sur le modus operandi), mais pimente agréablement son récit de touches d’humour qui sied à merveille à l’ambiance. Il a cette faculté à nous plonger avec force dans un décor sauvage et rude qui a toute son importance (l’ambiance des lieux et ces grands espaces hostiles accentuent certaines sensations et la tension). Nous sommes ici en pleine chasse à l’homme (mais pas que…) que l’on vit à travers différents points de vue. On avale ainsi littéralement les courts chapitres et on progresse dans cette poursuite de manière aussi addictive qu’émotionnellement forte.

 

Si c’est un plaisir de retrouver certains personnages du premier volet, j’ai particulièrement apprécié découvrir de nouvelles personnalités, d’autant plus qu’elles ne manquent pas de « couilles » !  Si certains aspects s’éclaircissent, encore beaucoup de questions restent en suspens… Et cette fin !!!!! Roy Braverman confirme son talent d’écrivain en concoctant une suite très bien menée, tout en gardant ce qu’il faut de neuf et de surprises (autant avec ses personnages atypiques et touchants qu’avec le scénario encore bien pimenté). Impossible de savoir dans quoi il nous embarquera dans le troisième tome, mais je peux vous dire que l’attente va être longue !

 

Dans cette traque où traqueurs et traqués alternent, Roy Braverman joue avec nos nerfs. Il nous concocte là un policier qui s’approche des romans noirs dans grands espaces américains où prédomine la nature. C’est un régal pour les yeux, mais avant tout une lecture efficace, dynamique et haletante.

La vengeance est un plat qui se mange froid !



30/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 286 autres membres