Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Romain Slocombe : Des petites filles modèles...

Des petites filles modèles... de Romain Slocombe  3,5/5 (10-02-2016)

 

Des petites filles modèles... (297 pages) est paru le 28 janvier 2016 dans la collection Remake des Editions Belfond.

 

 L.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Sous la plume de Romain Slocombe, les petites filles modèles lâchent la bride à toutes les ambiguïtés distillées dans le roman de la Comtesse de Ségur. Un conte pervers aussi noir que raffiné. 

En 1858, la Comtesse de Ségur présente Les Petites Filles modèles comme la suite desMalheurs de Sophie, et ces deux livres figurent depuis lors au coeur du répertoire classique de la littérature française pour la jeunesse. Portraits d'enfants bien nés saisis au moment où ils s'interrogent sur le bien et le mal, tableaux d'un milieu social où ne cesse de se poser la question des normes et des limites, les petites filles doivent y être « modèles » en vertu d'un idéal de comportement. Mais l'atteindre n'est pas si simple ! Et l'on a amplement pointé, au-delà des récits en apparence innocents et inoffensifs de la Comtesse de Ségur, les bourgeons de l'ambigüité.

Dans son remake, Romain Slocombe les fait éclore : ses petites filles modèles deviennent les héroïnes d'un conte inquiétant et pervers, érotique et vampirique. Comme si la comtesse de Ségur avait retiré la sourdine pour écrire un roman destiné à des enfants plus âgés, laissant libre cours à la progression de la cruauté. Comme si elle avait quelquefois rêvé d'être Sade, non plus Comtesse mais Marquise...

 

Mon avis :

 

Comme beaucoup, j’ai lu étant petite des livres de la Comtesse de Ségur. Des petites filles modèles ne faisait cependant pas partie de ceux là. Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de réparer en quelque sorte cette carence en découvrant la version de Roman Slocombe, et par-là aussi prendre connaissance de la première parution. D’ailleurs, un petit flash back de l’œuvre originale fort bien présentée (de la plus concise et surtout efficace des façons) a été ajoutée en toute fin, sur  le rabat de la quatrième de couverture, permettant de voir que l’auteur a plutôt bien remanier le texte tout en lui restant fidèle.

Tout commence par la découverte en mars 2014 d’u cercueil de plomb que les experts pensent d’abord dater du moyen âge. A l’intérieur un manuscrit mentionnant certains faits historiques précis et facilement datables  tend à prouver que le corps retrouvé est plutôt celui d’une femme de 55 ans environ morte aux alentours de 1930. Le texte qui suit est donc la « reproduction fidèle et intégrale du manuscrit trouvé dans le cercueil, y  compris la ponctuation d’origine ; seules des notes de bas de page on été ajoutées. » (Page 16). Intrigant, non ?

 

Je dois dire que j’ai été pas mal surprise par ce « Remake ». Des petites filles modèles… s’inscrit  parfaitement dans l’époque dans laquelle l’auteur veut nous entraîner : 1909. Médecine, mode, coutumes, vocabulaire…tout donne l’impression d’être entre deux siècle, à un tournant du modernise en de nombreux points. C’est là-dessus aussi que joue Romain Slocombe : l’éclosion des mœurs en opposition avec le moralisme religieux. Des petites filles modèles est un mélange de la Comtesse de Ségur, de Bram Stoker, Sade et Théophile Gautier…version soft et grand public. Sensualité, gothique et vampirisme y sont subtilement distillés. Pas de quoi choquer mais il s’agit d’un remaniement osé, personnel et vraiment plus passionnant que l’œuvre originale.  Et le fait de nous faire entrer si facilement dans la période, tout autant que cette atmosphère particulière, donne quelque chose d’assez palpitant.

 

Avec ce titre, je découvre la collection remake des éditions Belfond et je suis conquise par ce coup d’essai. J’ai trouvé l’exercice réussi. On se croirait revenu dans un récit de la Comtesse revisité par Bram stoker. C’est vraiment très bien combiné, conçu et raconté. Il y a un coté classique et cadré dans le vocabulaire et l’écriture qui rappelle le texte d’origine mais on s’en éloigne peu à peu  pour quelque chose de plus envoutant.

N’allez pas chercher là pou autant un texte effrayant ou sulfureux, ça reste de la littérature contemporaine pour tous. Mais ça n’en reste pas moins une bien bonne découverte sympa à lire.

 

1_n.jpg



18/02/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres