Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Robin Sloan : M. Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit

M. Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit  de Robin Sloan  4/5 (12-02-2014)

 

M. Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit (343 pages) est ouvert depuis 6 février 2014, grâce aux Editions Michel Lafon.

 

couv9681208 (116x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Quand Clay Jannon est embauché dans la librairie de l'étrange M. Pénombre, il découvre un lieu aussi insolite que son propriétaire, et fréquenté par les membres d'un drôle de club de lecture. Ceux-ci débarquent toujours en pleine nuit pour emprunter l'un des très poussiéreux volumes relégués au fond de la boutique. Volumes que M. Pénombre a formellement interdit à son nouvel employé de consulter. Clay finit pourtant par succomber à sa curiosité et découvre que ces livres sont tous écrits en code. Quelle obscure révélation renferment-ils? Cédant à l'appel du mystère, Clay s'attaque à "l'énigme du Fondateur" avec l'aide de son colocataire, de son meilleur ami et de son amoureuse, ingénieure prodige chez Google.
Les quatre amis se lancent alors dans une quête qui les mènera bien au-delà des murs de la petite librairie. De San Francisco à New York, ils se trouveront aux prises avec une société occulte d'érudits légèrement allumés, un codex indéchiffrable, un génial typographe du XVe siècle et, qui sait, le secret de l'immortalité...

 

Mon avis :

 

Amoureuse des livres depuis toujours, je ne pouvais qu’accrocher à ce récit (sans même parler de la couverture qui donne tout de suite envie d’ouvrir les portes de la librairie de M. Pénombre), car il y a comme une espèce de magie qui opère avec celui-ci, un je-ne-sais-quoi qui captive et qui m’a tout de suite accrochée.

 

L’histoire s’annonce très vite bien mystérieuse. Lorsque Clay Jannon, jeune créateur (fraîchement sortie de l’école d’art) chargé de concevoir des supports présentant les produits d’une boulangerie, se retrouve au chômage et incapable de trouver un job dans sa branche, il ne fait pas le difficile. Et encore moins quand en passant sur Broadway il tombe sur une annonce devant  une librairie ouverte 24h/24: « cherchons vendeur. Travail de nuit. Contraintes particulières. Bons appointements. »  Tout de suite embauché (promesse faite de respecter deux-trois règles), il se retrouve en charge du créneau 22h-6h et, comme la clientèle n’est franchement pas au rendez-vous, il décide d’utiliser son temps libre pour essayer de booster les ventes et de comprendre le pourquoi du comment du fonctionnement des Fonds du fond. Appellation personnelles faisant référence à certains clients réguliers qui empruntent des ouvrages très particuliers et pour le moins mystérieux (que Clay n’était d’ailleurs pas sensé ouvrir) et essayent de percer une étrange énigme. Evidement milles questions se bousculent dans l’esprit de Clay et de celui de ses amis (Kat, employée chez Google, son colocataire et Neel, un ami d’enfance passionné comme lui de Fantasy. L’enquête se met en place et dévient une petite  aventure où le livre papier et le numérique arrivent à très bien s’entendre pour cohabiter naturellement et ingénieusement.

 

Le début, bien qu’un peu lent à mettre en place l’intrigue, m’a tout de suite captivée. L’ambiance a d’emblée éveillé ma curiosité et beaucoup de questions ont guidé ma lecture (le rythme du départ n’a en rien gâché ma découverte). L’auteur mêle l’enquête originale à des thèmes qui auraient pu se confronter mais qui  se mélangent adroitement dans une quête fort sympathique : la technologie, la typographie (qui est magnifiquement mis en avant ici dans un contexte historique fascinant), l’ancien, le moderne, Google et une société secrète vieille de centaine d’années…

 

M. Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit est un récit énigmatique avec un narrateur (un poil juvénile) qui m’a plu, autant que ses différentes références. Sa lecture est simple et rapide (le langage Geek n’est pas trop compliqué et bien expliqué).  Robin Sloan  (très imaginatif) rend son histoire plaisante, parfois même amusante. Loin d’être sans défaut (les toutes dernières pages m’ont déçue, mais c’est l’amoureuse des librairies de quartiers qui parle !), M. Pénombre possède tout de même tout ce qu’il faut pour faire passer un très bon moment.



17/02/2014
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres