Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Patrick Ness : Le Chaos en marche 1, La voix du couteau

Le Chaos en marche, tome 1 : La voix du couteau de Patrick Ness   4,5/5 (14-12-2014)

 

La voix du couteau (440 pages), premier tome de la série Le chaos est en marche, est sorti le   aux Editions Gallimard Jeunesse (Grand Format). Sa version poche (534 pages) est parue le  24 juin 2010 dans la collection Folio SF des Editions Gallimard, et rééditée depuis le 16 octobre 2014 avec une très belle jaquette (traducteur : Bruno Krebs).

 

6581028 (137x200).jpg 8537155 (119x200).jpg  couv36012677 (121x200).jpg

L’histoire (éditeur) :

 

Dans un mois, Todd Hewitt aura treize ans. Dans un mois, il deviendra un homme. Il sera le tout dernier garçon de Nouveau Monde à atteindre l'âge adulte puisque, depuis la guerre contre les Spackle, les femmes ont été tuées, sans exception, par le virus du Bruit ; le Bruit, omniprésent, qui ne vous laisse pas en paix, jamais. Jusqu'au jour où Todd trouve un endroit où le Bruit se tait. 
La voix du Couteau est le premier tome de la trilogie Le Chaos en marche, une ode à la différence, à la liberté et à l'amour puissante et bouleversante.

 

Mon avis :


Après un début un peu cahoteux avec une écriture qui colle si bien au personnage principale et à ce qui l’entoure, que la narration m’a un peu décontenancée, je peux vous dire que j’ai été littéralement aspirée par les mots et que le style, tout autant que l’intrigue m’ont passionnée.

 

Todd Hewitt a 12 ans et 12 mois. Dans un mois il aura treize ans. Cet anniversaire fera de lui un homme et marquera son entrée dans le monde adulte. En attendant, Todd est le dernier « enfant » vivant à Prentissville, une petite colonie située sur Nouveau Monde, affectée par une terrible maladie : le Bruit. Virus lâché par leurs ennemis, les Spacks, le bruit libère les pensées et permet à quiconque d’entendre ce que chaque être vivant a dans la tête. C’est un véritable fléau qui a décimé toutes les femmes, rendu fou de nombreux hommes et qui, encore aujourd’hui, reste une vraie calamité.  Vous ne pouvez rien cacher à quiconque et le bruit est partout, tout autour de vous. Vous entendez constamment vos proches, vos voisins, les animaux…

Elevé par ben, et Cillian, d’anciens voisins devenus ses parents à la mort de sa mère, Todd n’a connu que le Bruit. Alors, lorsque lors d’une de ses promenade dans le marais, accompagné de son fidèle chien Manchee, il tombe sur le Silence. C’est la panique.

« Le silence, ça n’existait pas. Pas ci, nulle part. Pas quand tu dors, pas quand t’es seul. Jamais. » Page 30 de la version poche 

Cette rencontre va être le déclenchement d’une série d’événements qui vont changer sa vie à tout jamais. Obligé de fuir ceux qu’il aime pour rejoindre Haven, une colonie qui a peut-être un remède contre le Bruit, pourchassé par une terrible armée, constamment sur le qui-vive et contraint de devenir un homme avant même ses treize ans, il va finir par découvrir une effroyable vérité !

 

Une fois familiarisé avec les dialogue et de la narration à la première personne (souvent approximative et riche en fautes de syntaxe et d’orthographe), je peux vous dire qu’il est bien difficile de lâcher le récit de Todd. La voix du couteau est un livre à la fois palpitant, fascinant et riche en surprises. 

L’histoire se déroule sur une autre planète mais à part quelques détails comme le Bruit et les Spacks, le parallèle avec notre monde se fait facilement. Car même si ça n’en a pas l’air, nous sommes dans un monde futuriste (les colonies installées ont fui leur planète d’origine –la terre ?- surpeuplée et de plus en plus violente). Et pourtant, ce n’est pas du tout dépaysant et la similarité avec notre monde paysan rend alors cette histoire crédible. A ce titre, l’implication dans l’intrigue et la transposition se fait vraiment très facilement.

 

D’autre part, Todd Hewitt est un personnage intéressant et attachant. Sa rencontre avec Viola, une jeune fille silencieuse, va lui permettre de révéler sa personnalité, de se connaître davantage, d’en apprendre plus sur ses origines et d’accepter une nouvelle Histoire. J’ai beaucoup aimé les différentes personnalités présentes ici.  Il y a Todd qui est un personnage plein de colère, jeune et impulsif, Manchee, son cabot un peu idiot, distrait et d’une fidélité à toute épreuve, et Viola, la jeune fille plus posée. On les voit doucement évoluer, apprendre à cohabiter (pas facile avec ce Bruit) et affronter un tas d’épreuves pour lesquelles ils étaient pourtant loin d’être préparé. A eux trois, ils véhiculent beaucoup d’émotions, de beaux messages et des valeurs importantes telles que la loyauté, l’amitié, la fidélité.   

Constamment en péril, les deux protagonistes (et Manchee, le chien) vont passer par de multiples épreuves avant d’atteindre leur but. La lecture est d’une grande fluidité, autant pour le style qui devient presque naturel, que pour l’intrigue qui est riche et soigneusement construite. Entre coup de théâtre, dialogues, scènes de combat et d’action, moments plus calme avec de belles rencontres, quelques situations qui font sourire et des scènes particulièrement tendues (le tout servie à la première personne), les événements s’enchaînent sans temps mort et le récit reste trépidant du début à la fin.

 

Pour tout cela, et aussi à cause de ce magnifique Cliffhanger que nous offre Patrick Ness dans la dernière page, je peux vous assurer que lire La voix du couteau c’est vouloir se jeter rapidement sur la suite : Le Cercle et la Flèche. Le chaos est en marche est une série classé SF qui plaira même à ceux qui n’aiment pas spécialement les récits de science-fiction. Ecrit un peu comme un thriller (avec tout de même une bonne dose de violence), je n’ai pas eu la sensation d’avoir à faire à un texte jeunesse (bien qu’il reste aisément abordable dès 13 ans).

 

En deux mots : La voix du couteau est une réussite narrative et un roman vraiment palpitant, un brin terrifiant et surtout très addictif, que je vous conseille vivement de découvrir. Ce n’est pas pour rien qu’à sa sortie en Grande Bretagne, il a été unanimement salué par la critique et récompensé en 2008 par deux prix littéraires prestigieux : le Guardian et le Booktrust Teenage.

 

2118745 (128x200).jpg 15832519 (128x200).jpg 3167229 (125x200).jpg 6043848 (124x200).jpg 6514178 (124x200).jpg 16277641 (133x200).jpg  7082975 (132x200).jpg 10446060 (132x200).jpg  17195151 (123x200).jpg  14743850 (125x200).jpg 15743127 (125x200).jpg



18/12/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres