Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Maxence Fermine : La petite marchande de rêves

La petite marchande de rêves de Maxence Fermine   4/5 (17-10-2012)

 

La petite marchande de rêves (176 pages) parait demain le 18 octobre 2012 aux Editions Michel Lafon. Merci à Camille pour la découverte de cette belle histoire d’enfants.

Un petit mot sur l’illustration de la couverture, dont j’ai eu un véritable coup de cœur, elle est signé Louise Robinson.

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

Entrez au Royaume des Ombres et choisissez votre rêve...
Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune en diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants : Arthur, l’arbre qui ne cesse d’éternuer ; Mercator, le chat si bavard vieux de 213 ans ; Lili, la petite marchande de rêves au regard d’or qui capture les songes... Mais aussi des spectres inquiétants et un dangereux alchimiste qui lui jette un terrible sort. 
Pour briser le maléfice, Malo a un énorme défi à relever.
Et une nuit...

 

Mon avis :

 

La petite marchande de rêves est un joli conte pour enfant, dès 8 ans.

 

« L’espoir naquit dans son cœur car il venait de comprendre que la vie est belle, surtout quand on a dans la tête le rêve d’un chercheur d’or et qu’on sait qu’une petit marchande vous attend quelque part dans un royaume d’ombres et de rêves. »

 

L’histoire est celle de Malo, un garçon qui part fêter son anniversaire, secrètement organisé par sa mère, qui a défaut d’être présente à préférer miser sur l’originalité. Au moment d’arriver à son goûter d’anniversaire, le taxi dans lequel il se trouve a un accident. La pluie diluvienne fait perdre le contrôle au chauffer et le véhicule tombe dans la Seine. Le conducteur arrive à s’extraire mais Malo disparait.

Malo, au fond de l’eau, trouve un hublot d’où sort une lumière bleue. Attiré, il l’ouvre et se retrouve aspiré dans un univers inconnu, une ville en noir et blanc qui semble déserte. Pas si déserte que ça, puisqu’il va très vite faire de nombreuses découvertes.  Il rencontre tout d’abord Arthur, un vieil arbre enrhumé doué de parole, Mercator, un chat qui parle (encore) et qui fume en plus ! Bienvenue au Royaume des Ombres. Un monde magique où vivent les ombres comme Malo, qui ne sont que de passages et les spectres, condamnés à ne jamais en repartir.

Malo fait également la connaissance de la petite Lili, une marchande de rêves dont le patron, l’alchimiste Dom Perlet qui lui jette un sort. S’il ne rapporte pas 12 brouzons (monnaie locales) à l’aube, il sera changé en spectre et ne retrouvera jamais sa maison et ses parents. Malo et Lili se lancent à la recherche de la somme requise.

Du Cirque d’Hiver et son clown blanc au Clochard Céleste, Maxence Fermine nous entraine dans de singulières rencontres dont Malo se souviendra longtemps.

 

 

Ecrit pour les enfants, le roman est court (176 pages) et très bien découpé en 18 chapitres homogènes. Le style est très accessible, fluide, sans aucune difficulté. Le peu de vocabulaire qui sort de l’ordinaire reste compréhensible pour les adultes mais étant plus délicat pour les jeunes lecteurs, l’auteur a ajouté en fin de roman un dictionnaire Vermot/Français. L’histoire est simple et pourtant pleine de magie et d’imaginaire.  Je pense d’ailleurs que pour des plus jeunes, ce livre est aussi très bien en lecture du soir avec un chapitre par veillée (comptez une dizaines de petites pages avec quelques illustrations).

 

Comme dans tous les contes, la morale a une place importante. Les deux leçons qui se dégagent de cette sympathique histoire sont que les apparences sont souvent trompeuses et qu’il faut surtout toujours croire en les rêves.

L’amitié et l’entraide sont également très présentes. Malo et Lili se connaissent à peine mais noue une belle amitié. Ce sont des personnages très attachants.

 

 

 

« Et il plongea son nez dans la chevelure de la jeune fille qui sentait bon la cannelle, la frangipanier et la banane flambée. Rien de plus normal puisqu’on passait maintenant un disque de musique des iles » page 55

 

« Ses habits et ses yeux étaient tachés de rêves » page 72

 

« Le royaume des Ombres est le paradis des enfants qui ne veulent jamais aller se coucher. Ici, personne n'a besoin de dormir, s'il ne le désire pas, car on vit constamment dans un rêve » page 77

 

 

Une lecture courte et très agréable, à partager aves ses enfants. A conseiller aux jeunes qui veulent s’évader et croire en la magie des rêves.



17/10/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres