Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Max Brooks : World War Z : Une histoire orale de la Guerre des Zombies

 

World War Z : Une histoire orale de la Guerre des Zombies de Max Brooks   3,75/5  (11-11-2013)

 

 

World War Z : Une histoire orale de la Guerre des Zombies  (432 pages) est paru le 18 février 2009 chez   Calmann Levy, puis le 3 novembre 2010 aux Editions Le Livre de poche (544 pages).

Site d’ l’auteur : ici

 

images (5) (113x173).jpg   images (3) (106x173).jpg    




L’histoire (éditeur) :

 

La guerre des Zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité.
 L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d’hommes, de femmes, parfois d’enfants, ayant dû faire face à l’horreur ultime. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites. 

 

Mon avis :

 

En tant qu’adepte des zombies, je me devais de lire Max Brook et son World War Z. D’ailleurs, je ne m’étais pas vraiment penchée sur la globalité du titre : « une histoire orale de la Guerre des Zombies ». C’est exactement ça, puisque Max Brooks propose dans ce livre une reconstruction fictive de l'histoire, celle de la dernière guerre mondiale, la World War Z. Et par Z, entendez Zombie (Zach pour les intimes).  L’auteur, missionné pour faire un rapport officiel de cet événement, se voit amputé de la moitié de ses écrits, considérés comme trop humains. Et pour lui pourtant, les données scientifiques, statistiques et les schémas, ne peuvent être détachées et tronquées du facteur humain et des souvenirs directs des victimes, acteurs et coupables survivants des événements qui ont eu lieu il y a plus de 20 ans. C’est donc sous forme d’interviews et de témoignages que Max brooks (oups, pardon, l’auteur, dont le nom reste inconnu) livre aux générations futures le récit des faits (tels qu'ils auraient pu se produire).

 

Etonnamment (et aussi à ma grande déception), World War Z n’est pas spécialement un livre sanglant et gore. Pour ceux, d’ailleurs que le thème dégoûte ou effraye, n’ayez crainte, il s’agit plus d’un récit de guerre et/ou de pandémie, avec ses aspects techniques, sanitaire, politiques, économiques, militaire, et humains  (Monsieur et Madame Tout Le Monde, de tous les continents et  de tous les pays ont autant à raconter). Cette variété des témoignages ne donne pas seulement une vision professionnelle des événements et donne au lecteur l’occasion de s’impliquer un peu plus dedans.

Marx Brooks place son histoire fictive dans un contexte géopolitique véridique et donne ainsi une espèce de véracité qui fait froid dans le dos. Franchement, à part l’aspect Zombie (du mort qui se relève et qui part à la chasse de chair fraîche), toute cette histoire semble tellement réelle… on voit comment l’Homme se défend (armée, individuellement), comment il tourne mal (les quislings qui copient les monstres, les sauvages, gamins abandonnés…) et comment il survit.

 

Sur presque 550 pages, cette guerre contre les zombies est longue (plus d’une décennie) et je ne vous cache pas que la lecture un peu aussi. Mais  pourtant, j’admire la virtuosité de l’auteur par rapport au sujet qu’il manie d’une main de maître. L’attachement et la tension sont sans aucun doute moins présent que dans un récit plus classique, linéaire et  proposant de vrais protagonistes que l’on suit du début à la fin, mais ce n’est sans aucun doute pas ce qu’à chercher à produire l’auteur. La multitude (et la diversité des témoignages) donne heureusement du dynamisme. On est ainsi poussé avec plus de facilité dans la lecture. Car si certains récits oraux m’ont semblé rébarbatifs, d’autres au contraire m’ont beaucoup intéressée et touchée. Et des premiers symptômes vers la victoire (qui me semble être un bien grand mot puisque même si près de 12 ans après l’annonce de libération de la dernière puissance a été proclamée, rien n’est vraiment terminé) on avance étape par étape. Au final, entre répétition et originalité, j’en ressors mitigée (l’histoire est longue mais heureusement pas lassante). Ce livre est d’une telle cohérence et crédibilité qu’il fait un peu figure de récit historique. Au sortir de celui-ci, j’ai encore une étrange  sensation d’angoisse et de malaise qui m’habitent, d’autant  que Max Brook n’épargne pas l’humain.

Worl War Z est donc un récit de Zombies atypique à mettre entre toutes les mains  (sans craindre les longueurs) !

 

images (2) (112x173).jpg  images (6) (115x173).jpg  images (4) (112x173).jpg  images (110x173).jpg  images (1) (117x173).jpg  

 

Voici l'avis de Lisalor.

 

----------------
 

Et la version cinématographique alors ? Et bien voilà une chose étonnante car traitée de manière bien différente. Réalisée par Marc Forster, elle met en scène le beau Brad Pitt, en sauveur du monde. On y retrouve de nombreux points communs avec le livre mais mis en scène de façon plus classique et linéaire. J’ai adoré ce film ! Il propose des effets spéciaux importants mais la tension réside plus dans  le maniement de l’intrigue et dans l’histoire en elle-même.  C'est un très bon film de zombie !

 

téléchargement (173x99).jpg



25/11/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres