Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Masao Yajima et Boichi : Sanctum 1

Sanctum, Tome 1 de Masao Yajima (scénario) et  Boichi (dessins)

 

Sanctum 1 (212 pages) est publié depuis le 18 janvier 2012 dans la collection Seinen Manga chez Glénat, que je remercie pour ce partenariat. C’est le premier volume d’une série de 5. 

 

 

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

À la fin de xxe siècle, aux États-Unis, dans le Nevada, un camion-citerne met fin de façon brutale au bonheur d'une famille en percutant leur voiture. Ayant échappé à cet accident tragique, Luna Hazuki scelle, dans la morgue où reposent ses parents et son frère, un pacte avec un mystérieux démon. Sept ans plus tard, Luna vit aux États-Unis avec sa famille ressuscitée. Mais son pacte est à l'origine de l'Apocalypse prochaine…

 

Mon avis :

 

Petite précision : Sanctum est le premier manga que je lis (que j’ouvre même) et il m’a fallu un tout petit temps d’adaptation pour me faire à l’idée de lire en commençant par la fin et de droite à gauche (merci à ma fille qui en savait plus et que a gentiment expliqué à sa maman).

 

Dès les premières pages, on est plongé dans le thème qui va alimenter l’intrigue : la religion. Sur la route en direction de Las Vegas, Luna Hazuki assiste à un tragique accident, dans lequel sa famille meurt brutalement et de façon assez hallucinante. Sept ans plus tard, Luna suit sa scolarité aux à New York et mène une vie banale avec ses parents et son frère. Un jour, sur le chemin de l’école, elle se fait agresser par un des secouristes qui était présent sept ans plus tôt, réveillant ses souvenirs dont le pacte qu’elle a fait avec un mystérieux démon.

 

Même s’il s’agit d’un volet servant surtout de présentation, l’histoire est relativement prenante. Il arrive pas mal d’action et d’évènements qui tiennent le lecteur accroché jusqu’à la fin. Les personnages sont bien dessinés (dans tous les sens du terme) bien que caricaturaux : Luna est la belle et jeune victime, Issa Uchimira est le copain gentil, rigolo, cancre et gaffeur, Toshiya Shirayanagi est le mystérieux et beau jeune homme, chargé de protéger la belle, et il y a des méchants. Sanctum 1 se termine très brutalement avec suspens et beaucoup d’interrogations qui obligent à passer rapidement à la suite. Ce volume laisse présager une bonne et riche intrigue dont le religion (démon, pacte, rituel), et plus précisément le christianisme serait le thème principal. Ceux qui seraient frileux face à ce sujet (comme moi, qui manque cruellement de connaissance dans ce domaine), je précise que la post face est très bien faite. Elle illustre quelques propos des personnages, apportant un complément d’information que j’ai énormément apprécié par sa richesse et surtout sa simplicité.

 

J’ai été agréablement surprise par les dessins qui sont d’une incroyable précision. Ils sont pour certains magnifiques et d’autres m’ont fait sourire (en me rappelant les séries télé japonaises de ma jeunesse avec l’exagération-voir la transformation- des traits du visage dans certaines situations comme dans Nicky Larson). Une note à la fin de l’ouvrage donne des explications sur la conception qui est très surprenante. La construction de l’histoire est également bien faite avec quelques flashbacks révélateurs, très bien menés qui ouvre une série certainement passionnante.

 

 

Conclusion : Sanctum est une bonne  introduction à une histoire complexe qui mêle ésotérisme et pouvoir. On y découvre des personnages sympathiques que l’on aurait plaisir à suivre. Je ne suis pas une fan de manga et ce premier essai ne m’a cependant pas convaincu, préférant la lecture (plus détaillée) que le visionnage de vignettes (trop rapide).



29/07/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres