Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Les 4 finalistes du Prix Landerneau des lecteurs 2018

Les 4 finalistes du Prix Landerneau des lecteurs 2018 (07-09-2018)

 

prix 3.jpg

 

 

 

Un prix littéraire présidé par Véronique Olmi

 

Réunis à Paris ce mercredi 5 septembre autour de Véronique Olmi, présidente du jury et de Michel-Édouard Leclerc, 9 libraires des Espaces Culturels E.Leclerc ont désigné les quatre romans en lice pour le Prix Landerneau des Lecteurs 2018.

 

Ces 4 livres finalistes seront envoyés au jury de 200 lecteurs et lectrices sélectionnés par les libraires E. Leclerc dans toute la France.

Cette « communauté littéraire » aura accès à une plateforme web imaginée pour le Prix : forums de discussions avec les libraires, échanges des impressions de lecture… et aura jusqu’au 3 octobre pour élire son coup de cœur. Le nom du lauréat sera dévoilé le 4 octobre prochain à Paris, en présence de 16 lecteurs tirés au sort.

 

Les libraires des Espaces Culturels E.Leclerc mobilisés

 

Les 1178 libraires des 220 Espaces Culturels E.Leclerc ont été sollicités depuis le mois de juin pour désigner 10 ouvrages parmi les 381 nouveautés françaises parues en cette rentrée littéraire. À partir de cette liste, un jury restreint de 9 libraires rejoints par Véronique Olmi et Michel-Édouard Leclerc a choisi les 4  titres soumis au vote des 200 lecteurs.

 

Les ouvrages finalistes

 

 

9782882505286-ceaa8.jpg product_9782072797392_195x320.jpg  9782081421110.jpg 01.jpg

 

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry ( Notabilia)

Tenir jusqu’à l’aube de Carole Fives ( L’Arbalète Gallimard)

Chien-Loup de Serge Joncour ( Flammarion)

Le paradoxe d’Anderson de Pascal Manoukian ( Le Seuil)

 

 

Les libraires membres du jury

 

jury.png

Daïva Malo, Rezé  - Stéphane Vinckel, Margon   -    Gaël Dréau, Landerneau

Marie-Paule Pezière, Tourlaville   - Mélanie Maloizel, Argentan   -  Samira Bennadji, Chinon

Nicolas Rafaelli, Le Luc   -  Carole Mir, Pau   -   Séverine Bélières, Bayeux

 

Les 4 romans finalistes

 

9782882505286-ceaa8.jpgSophie Divry : Trois fois la fin du monde (Notabilia)

Lors d’un braquage qui tourne mal, Joseph Kamal perd son complice et frère. Il est jeté en prison où il doit faire face à la violence des gardes et de ses co-détenus. Il réussit à s’échapper de cet enfer et s’installe seul dans une ferme, pour vivre une vie de Robinson au plus près de la nature.

 

Auteur de quatre titres publiés chez Notabilia dont les très remarqués La condition pavillonnaire (2014) et Quand le diable sortit de la salle de bain (2015), Sophie Divry s’amuse avec les genres et les univers, se renouvelant sans cesse avec plaisir et maîtrise.

 

product_9782072797392_195x320.jpgCarole Fives : Tenir jusqu’à l’aube (L’Arbalète Gallimard)

Rongée par la solitude et étouffée par son quotidien de mère célibataire, une jeune femme s’occupe sans relâche de son enfant de deux ans. Mais quand vient la nuit, elle s’autorise à quitter le domicile, le laissant seul. Dans l’illusion d’une légèreté retrouvée, elle s’éloigne chaque jour davantage…

 

Après Que nos vies aient l’air d’un film parfait, C’est dimanche et je n’y suis pour rien et Une femme au téléphone, Carole Fives continue de sa plume aiguisée, de dresser le portrait de familles contemporaines. Tenir jusqu’à l’aube est son 4e roman.

 

9782081421110.jpgSerge Joncour : Chien-Loup (Flammarion)

Pour l’été, les citadins Franck et Lise décident de se réfugier dans une maison du Lot, isolée comme coupée du monde. Mais dès le premier soir, un chien-loup s’invite et s’impose à eux. Et dans cet endroit qui semblait si paisible en apparences, va resurgir un passé sauvage et terrifiant. Sous les yeux du lecteur, ce sont deux époques qui se confrontent violemment, livrant une œuvre entre conte et roman contemporain.

 

Auteur de romans et de scénarii, Serge Joncour publie son premier livre Vu en 1998. Plusieurs de ses ouvrages ont fait l’objet d’une adaptation cinématographique parmi lesquels UV, Prix France Télévisions en 2003 et L’Idole renommé Superstar avec dans le rôle-titre, le comédien Kad Merad.

 

01.jpgPascal Manoukian : Le paradoxe d’Anderson (Le Seuil)

Léa a 17 ans. Elle vit dans le nord de l’Oise et s’apprête à passer son bac. Au même moment, les deux usines, dans lesquels travaillent ses parents, délocalisent. Entre chômage, crise du monde ouvrier et déclassement social, Pascal Manoukian illustre le terrible Paradoxe d’Anderson, à travers le portrait de cette famille entre deux générations.

 

Photographe, journaliste, réalisateur, Pascal Manoukian a dirigé plusieurs années l’agence Capa. Également romancier, il a publié notamment Le Diable au creux de la main, Les Echoués et Ce que tient ta main droite t’appartient.

 

 

Rappel de la première sélection du Prix Landerneau des Lecteurs 2018 ici



06/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres