Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Jo Witek : Mentine, tome 1 : Privée de réseau !

Mentine, tome 1 : Privée de réseau ! de Jo Witek     5/5 (03-02-2015)

 

Privée de réseau ! (236 pages), premier épisode des aventures de Mentine, sort le 11 février 2015 aux Editions Flammarion.

 

mentine-tome-1---privee-de-reseau---581829-250-400 (128x173).jpg


L’histoire (éditeur) :

 

Mentine adore dépasser les limites, surtout celles de ses parents !
« 9,5 ! a hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux classes, a le QI d'Einstein et elle n'obtient pas la moyenne à son passage en troisième ! Dans ces conditions ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri. »
C'est comme ça que j'ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentence et tombée : mon père me condamnait à deux mois d'exil dans le Larzac. J'allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweat en polaire.

 

Mon avis :

 

Mentine est le genre d’enfant à passer l’envie aux parents de faire un petit frère ou une petite sœur. C’est la décision qui a d’ailleurs été prise lorsque Mentine avait deux ans, après l’épisode douloureux à la crèche concernant un téléphone. Mais c’est son foutu caractère qui a sans aucun doute autant soudé ses parents et leur a éviter le divorce (enfin, c’est ce qu’elle prétend). Clairement, Mentine est CHIANTE ! Et pourquoi ? Parce qu’elle est précoce et hypersensible. Voilà l’étiquette que le psy lui a collée et qu’elle préfère redéfinir par « grosse tête au cœur d’artichaut ».

On peut être fier d’avoir une enfant douée, qui sait lire depuis ses cinq ans (en ayant appris seule), qui a sauté le CP et le CM1 et qui, à douze ans, passe en troisième. Mais en vérité, c’est surtout difficile à gérer, parce que Mentine est bien décidée à faire le contraire de ce que son profil dit d’elle, et c’est tout de même un sacré boulot d’être juste moyenne. Mentine est donc indisciplinée, empêche les autres de travailler, bavarde, est juste moyenne, et c’est même la chef d’une bande de copine. Du coup cette fin d’année de quatrième, ça barde, et elle se retrouve privée de séjour en famille à Biarritz. A la place : direction Le Larzac, à la Vacquerie, chez un vieil ami de sa grand-mère.

« J’ai senti l’enfer pointer. Je ne connaissais ni le Larzac Raoul, mais rien qu’à leur sonorité, ces deux mots avaient la tronche du désespoir. » Page 23

C’est la cata pour Mentine !

Après un premier contacte froid et rustre, Mentine comprend bien que Raoul est un dur à cuire qui ne tient pas à se faire laisser marcher sur les pieds.

« Alors, jeune fille, je te souhaite la bienvenue à La Blanchette, mais ne m’emmerde pas trop ! Ce n’est pas une menace, c’est un conseil. » Page 92

 

Privée de réseau, c’est d’abord la rencontre avec Mentine. Une excellente rencontre ! Mentine est drôle, intelligente, bavarde et impertinente, et parfois tellement maladroite ! Du coup, Mentine, c’est aussi l’amusante confrontation de deux mondes : celui de Mentine et celui de Raoul, avec son mode de vie, sa sieste obligatoire, son travail 7 jours sur 7. Mais le monde de Raoul est aussi celui de la convivialité, de l’entraide naturelle et petit à petit  elle va revoir son jugement sur les ploucs et finir par avoir honte de sa prétention et de ses idées arrêtées sur la campagne. Et cette remise en question va également s’étaler sur le traitement qu’elle impose à certaines de ses amies.

Bref, Mentine grandit !

 

Mentine, tome 1 : Privée de réseau ! est une lecture géniale. J’ai d’abord aimé cette façon de mettre en avant les difficultés des parents face à la précocité de leur fille (parce qu’au-delà de la fierté, gérer au quotidien ces enfants n’est pas toujours facile). Puis, il y a ce qu’éprouve Mentine face aux autres, parce qu’être une bonne (une excellente même) élève ce n’est pas toujours bien vu par les autres camarades et entraine souvent l’exclusion. On comprend plus facilement ce que précocité (et hyper sensibilité, souvent associée) peut signifier, que Mentine est une enfant comme les autres, à quelques détails près. J’ai trouvé le thème bien abordé, pas de manière excessive et parfaitement en accord avec la réalité.

 

Ce premier tome annonce une série pleine de peps, innovante par sa protagoniste surdouée, un poil hors-norme et en même temps comme toutes les autres ados de son âge, avec les mêmes envies, les mêmes problématiques (et d’autres en plus) et les même parents. Ce roman risque de plaire à beaucoup de lecteurs qui arriveront à se reconnaître en elle, tout en trouvant un peu d’originalité.  L’envoyer à la campagne chez Raoul est ce qui pouvait nous arriver de mieux et à elle aussi. Mais avant qu’elle ne prenne du bon temps, il va falloir qu’elle s’habitue à la campagne. L’utilisation de la première personne est appréciable et nous rapproche encore plus de Mentine, une narratrice pétillante, à la langue bien pendue et fortement attachante.

 

Bref : une réussite !

 

A noter : la couverture est signée Margaux Motin. Elle illustre également chaque début de chapitre par un  joli portrait d’une Mentine à l’humeur changeante et agrémente joliment un livre à la mise ne page déjà soignée.



10/02/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres