Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Guillaume Guéraud : Plus de morts que de vivants

Plus de morts que de vivants de Guillaume Guéraud    4,5/5 (19-11-2015)

 

Plus de morts que de vivants (246 pages) est sorti le 4 mars 2015 aux Editions du Rouergue (doAdo Noir).

 

couv62723809 (118x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Dernier vendredi avant les vacances de février, dans un collège de Marseille. Alors que rien ne l'annonçait, la communauté des élèves et des enseignants est victime d'un virus foudroyant. Au fur et à mesure de la journée, les morts se multiplient, le collège est mis en quarantaine, l'isolant du reste de la ville. Guillaume Guéraud nous offre, comme il sait si bien le faire, un livre-catastrophe hallucinant, à l'esthétique gore, comme les ados aiment.

 

Mon avis :

 

Voilà un livre d’horreur jeunesse très bien mis en scène et qui devrait plaire au public visé (soit les 14 ans et plus qui savent d’avance dans quoi ils s’embarquent). C’est trash, sanglant (voire même carrément gore) et vraiment dégoutant, mais soyons honnêtes, les ados d’aujourd’hui sont habitués à ça (jeux vidéo, cinéma et internet offrent autant, si ce n’est plus) et  ils ne devraient pas être choqués plus que ça par ces pages. Mais bon, l’avertissement s’impose quand même.

 

Adepte des lectures de zombies, des thrillers sanglants et autres lectures d’épouvantes, je n’ai pas été dérangée par les scènes décrites et je peux même dire que j’ai pris mon pied avec ce livre. Il y a un petit côté fin du monde, projeté à une plus petite échelle, que j’ai adoré. Le livre en devient plus réaliste et abordable pour le lecteur. Plus proche de leur univers et davantage à leur image qu’un véritable roman post apocalyptique, Plus de morts que de vivants possède néanmoins les qualités du genre : une tension qui va crescendo, de l’horreur, de la violence et un aspect humain intéressant.

 

En quelques pages, Guillaume Guéraud pose le décor et déjà à la page 39 (troisième chapitre) le gore et le dramatique ont fait leur place (et ce n’est que le début !!!). J’ai adoré son côté réaliste et la faculté d’immerger dans les scènes comme si elles devenaient réelles, sans avoir besoin de s’éterniser dans les descriptions, car il met quelques mots là où il faut et se limite aux détails qui font mouche. Ça marche super bien. Très visuelles, les scènes de mâchoires qui tombes et d’organes qui explosent offrent à tous les amoureux du genre, un véritable bain de sang, sans pour autant faire dans la surenchère.

C’est, un peu fasciné (et dégouté aussi) que l’on enchaîne les pages à la même vitesse que les cadavres s’accumulent. Ça va vite, très vite et l’auteur ne ménage personne. Alors, on assiste impuissant au carnage, espérant quand même en voir un ou deux s’en sortir. Mais rien n’est moins sûr !

 

Très bien projeté dans la tête de ces adolescentes, grâce à une psychologie respectée et une narration (entre les vannes et le vulgaire) qui colle super bien à la réalité des personnages, on est captivés et inquiets par la tournure des événements. Et on s’interroge enfin sur les décisions qui peuvent être prises dans ce genre de situation.

 

En bref : un roman ado qui ose l’horreur et qui est très réussi !



01/12/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres