Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Emma Healey : L'oubli

L'oubli d’Emma Healey  4/5 (08-06-2014)

 

L’oubli (320 pages) est sorti le 22 mai 2014 aux Editions Sonatine.

 

couv39747121 (111x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Elizabeth a disparu. Maud ne cesse de retrouver des bouts de papier dans ses poches, avec ce simple message. Elizabeth a disparu. Le plus troublant : c'est sa propre écriture. Mais elle ne se souvient pas avoir écrit ces mots. Maud ne se souvient d'ailleurs plus de grand-chose ces derniers temps. Elle ne se souvient plus de l'heure, ni si elle a mangé ni si sa fille est venue la voir. Ce qu'elle sait, en revanche, c'est qu'elle n'a pas vu sa vieille amie Elizabeth depuis longtemps. Trop longtemps. Lorsqu'elle tente d'alerter ses proches, elle a droit à des sourires indulgents, personne ne la prend au sérieux, elle est septuagénaire et on la traite comme une enfant de 4 ans. Malgré tout, Maud est de plus en plus persuadée que quelque chose est arrivé à Elizabeth. De la même façon que quelque chose est arrivé, cinquante ans plus tôt, à sa propre sœur aînée, Sakey, dont la disparition ne fut jamais élucidée. Maud ferait-elle un transfert inconscient ? Confondrait-elle le passé et le présent ? Mais n'y a-t-il pas tout autant de mystères autour d'elle aujourd'hui qu'à l'époque ? Maud va bientôt devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé... et sur son présent.

 

Mon avis :

 

Dans L’oubli, Emma Healey  a réussi le tour de force de nous immerger dans la tête d’une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ça c’est déjà vu dans d’autres romans, c’est vrai. Mais la force du sien est, dans une intrigue policière, de nous faire véritablement vivre les émotions de sa protagoniste, sa maladie, ses pertes de mémoires immédiate, et aussi son désarroi et ses peurs. Parce qu’elle a beau perdre la mémoire à court terme, elle n’en perd pas pour autant la boule et garde une réflexion pertinente et poignante.

A côté de cela, l’auteure réserve une trame avec un suspense psychologique assez intense. Même si l’action est peu présente, on reste scotché aux pages, à tenter de comprendre ce qu’est advenu Elisabeth, sa meilleur (et dernière) amie.

 

Construit comme un polar, L’oubli nous entraîne donc dans une pseudo enquête menée par Maud Horsham. Agée de 82 ans, atteinte d’Alzheimer, elle est sans nouvelle de sa voisine et s’inquiète. Mais c’est bien la seule à se soucier de cette disparition, ni sa fille Helen, ni le fils de la disparue ne prêtent attention (sauf pour s’en exaspérer) à ses crises et ses inquiétudes  qu’ils voient comme des lubies de vieille folle.

C’est évidement une enquête en dent de scie dans la mesure om Maud oublie ce qu’elle fait, ce qu’elle pense, ce qu’elle décide, au fur et à mesure, et ses bouts de papier ne suffisent plus à gérer ses crises, d’autant que cet évènement réveille chez elle de vieux souvenirs. Le récit de son enfance se développe au fil de l’intrigue pour revenir sur une autre disparition,  celle de sa grande sœur Sukey, disparue il y a presque 70 ans, quand elle en avait 16.

 

Emma Healey  a réussi son premier roman. Le mélange passé/présent, le thème de la mémoire et les relations familiales construisent une intrigue digne d’intérêt au fil conducteur sombre et intriguant (concernant aussi bien la disparition d’Helen que de Sukey).

L’autre atout de son premier titre est la finesse psychologique de son personnage. Maud vit désormais davantage dans le passé. Un passé  qui prend peu à peu le dessus dans le récit. On la sent de plus en plus dans l’errance, sombrer doucement dans la démence et en même temps gardant une conscience précise de ce qui l’entoure, en particulier des réactions de ses proches qui l’infantilisent et ne prêtent plus vraiment attention à ce qu’elle dit (et encore moins à ce qu’elle éprouve). Quelle frustration pour Maud et pour nous qui vivons vraiment ce qu’elle ressent.

« Helen soupire de nouveau. Ça lui arrive de plus en plus souvent. Elle ne m’écoute jamais, elle ne me prend pas au sérieux, elle s’imagine que je veux vivre dans le passé. Je sais bien ce qu’elle pense : que j’ai perdu la boule, qu’Elisabeth est chez elle, en parfaite santé, et que j’ai simplement oublié que je l’ai vue. Mais ce n’est pas vrai. J’oublie les choses, je sais, mais je ne suis pas folle. Pas encore. Et j’en ai assez qu’on me traite comme si je l’étais. J’en ai assez des regards de pitié, des gens qui me tapotent le dos quand je me mélange les pinceaux, et, bon Dieu, j’en ai plus qu’assez  que tout le monde s’en remette à Helen plutôt que d’écouter ce que j’ai à dire. » Page 30

 

On imagine le travail de recherche qu’a dû faire l’auteure pour une telle crédibilité. Ajouté à cela l’emploi de la première personne, le texte devient alors un long monologue et nous rend confident indiscret privilégié de cette narration. Tenu en haleine aussi bien par le cheminement  psychologique de l’héroïne que par l’intrigue de la disparition, on tourne avidement les pages tout en avançant lentement dans l’enquête qui passe alors au second plan, mais qui apporte tension et suspense.

 

L’oubli est un premier roman mystérieux et plein d’humanité.



06/07/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres