Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Emma Flint : La face cachée de Ruth Malone

La face cachée de Ruth Malone d'Emma Flint   4/5 (05-11-2017)

 

La face cachée de Ruth Malone (422 pages) est disponible depuis le 19 octobre 2017 aux  Editions Fleuve (traduction Hélène Amalric).

 

5.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

1965. Une vague de chaleur déferle sur le Queens, banlieue ouvrière de New York, et plonge ses habitants dans un état léthargique. 
Un matin ordinaire, Ruth Malone, mère célibataire aux allures de star hollywoodienne, constate la disparition de ses deux enfants. Peu après, le corps de la petite Cindy est retrouvé abandonné sur un chantier, son doudou encore à la main. Lorsque, quelques jours plus tard, la dépouille de son fils, Frankie Jr, est découverte dans des conditions similaires, des voix accusatrices s'élèvent contre Ruth. De la voisine qui a toujours eu des doutes aux médias avides de scandale, tout le monde semble avoir quelque chose à lui reprocher. 
Mais qui est Ruth quand personne ne la regarde ? Cette "mère" qui collectionne les partenaires depuis des années et ne verse pas une larme devant les corps sans vie de ses enfants. Alors que presse, opinion publique et tribunaux condamnent Ruth avant l'heure, un seul homme va tenter de découvrir qui est vraiment cette femme : nouvelle Médée monstrueuse ou victime innocente ?

 

Mon avis :

 

Lorsque j’ai découvert ce titre pour la première fois, j’ai été très intriguée par la quatrième. Je me suis ensuite vite rendue compte que cette affaire  avait réellement eu lieu et que derrière Ruth Malone se cachait Alice Crimmins, reconnue coupable en 1968 du meurtre de ses deux jeunes enfants. Il ne m’en a pas fallu plus pour me convaincre de lire ce premier roman d’Emma Flint, fascinée, j‘avoue,  par cette terrible histoire

 

J’ai adoré la manière dont l’auteure avait rendu l’affaire. Elle nous plonge parfaitement dans l’ambiance caniculaire (nous sommes en 1965 à New York) et dans cette époque marquée par des stéréotypes tenaces (de convenable mère au foyer, entre autres) et où la femme a vite fait d’être jugée sur son apparence.

Elle donne une vision toute en nuance de Ruth Malone, cette femme ultra maquillée qui ne pense qu’à l’image qu’elle peut renvoyer, mais également une femme mal dans sa peau dont les blessures à peine palpables sont malgré tout très présentes. Ainsi, si les premières pages m’ont donné très vite une image  passable de Ruth (j’ai moi aussi fait l’erreur-ou pas- de la juger), j’ai peu à peu changé mon fusil d’épaule et pris le temps d’essayer de la comprendre et  de tenter de savoir ce qui s’était réellement passé cette nuit lorsque ses deux enfant, Franckie presque 6 ans et Cindy 4 ans, ont disparu avant d’être retrouvés morts.  Emma Flint ne donne pas beaucoup de clés d’ailleurs et c’est encore un point que j’ai su apprécier.

 

En effet, entre la pseudo enquête de la police menée par Devlin (qui dès le début la considère que la coupable idéale, excluant d’emblée tout autre coupable potentiel), celle mené par Pete Wonicke, un jeune journaliste d’abord chargé de faire de gros titres (peut importer comment il présenterai les choses) puis tentant de rétablir ce qu’il juge être la vérité, pris d’affection (voire même obsédé) pour cette mère sans larme, il est bien difficile de se faire une opinion.

 

« Pour l’instant, ce n’est pas un gros truc. Mais il va le devenir. Deux gamins assassinés, pas de témoins, et une nana sexy qui a couché avec la moitié de New York. Si jamais il y a un procès, ça sera de la dynamite. » Page 137

 

Ruth Malone est un personnage caricatural qui, en vérité, cache beaucoup de douleur. Mais rien ne peut finalement confirmer son innocence, et ce n’est pas l’auteure qui va nous le démontrer (excepté dans me dénouement, heureusement !).

Le lecteur ne peut, jusqu’à la toute fin, que supposer et choisir en toute subjectivité son camp. Et face à cette femme qui ne montre (pas de manière conventionnelle) sa douleur, loin d’être une mère idéale (jupe moulante, brushing et maquillage), serveuse de nuit dans un bar, connue de la police pour divers excès (tapage et alcool notamment) et prête à tout pour ne pas que son mari (dont elle vient de se séparer) n’obtienne pas garde des enfants, le doute persiste implacablement. N’a-t-elle pas pris soin de se changer et de faire des emplettes après la disparition ?

 

« Elle se rendit dans la chambre et sa changea. Enfila un chemiser propre qui flattait sa silhouette ; elle savait qu'allaient venir des hommes, des inconnus,  qui allaient la regarder, poser des questions. Leurs yeux posés partout sur elle, semblables à des mains. Elle devait être prête pour eux, présenter bien. » Page 40

« Les yeux fixés droits devant elle, elle repensa à la banquette arrière de la voiture de police la veille. Au parebrise sale, à la nuque du conducteur, au profil figé de Devlin alors qu’il l’emmenait voir le corps sans vie de son enfant

-Je dois faire des courses, Franck. Il faut que je m’achète une nouvelle robe.  » Page 85

 

La face caché de Ruth Malone est un polar très intéressant car au-delà même de l’enquête c’est toute une époque qui est pointée du doigt (où la femme ne rentrant pas dans le moule est stigmatisée et où le sens de la justice n’est pas une priorité).

C’est également une protagoniste compliquée et contradictoire qui, volontairement passablement décrite (avant tout froide et superficielle), reste mystérieuse et laisse le doute et le mystère planer sur ces intentions. Jamais l’auteure ne nous laissera entrevoir son point de vue. Elle nous laissera à peine entrer dans son esprit. Et pourtant c’est à ses côtés (autant qu’aux coté des personnages secondaires) que l’on avance dans l’affaire.

 

J’ai beaucoup aimé ! J’ai été touchée par ce personnage mystérieux dont l’auteure a parfaitement su retranscrire la solitude et la difficulté à s’intégrer, que je savais peut être responsable. Fascinée, j’ai dévoré son histoire, bien menée et amenée, le cœur serré jusqu’à la toute fin où enfin une réponse m’a été donnée…Mais je n’en dirai pas plus….

 

« C’est cette garce la coupable. Sans aucun doute. »  Page 116

« Puis quelque chose lui fit lever les yeux, et il distingua Ruth Malone à la fenêtre de son appartement. Vêtue d’une robe moulante coupée dans une étoffe pale, les mains et le front pressés contre la vitre, elle regardait la rue inondée de soleil. Le monde qui continuait à vivre sans elle. (…) Brusquement, Ruth Malone ne donna plus l’impression d’être en sureté. Elle ressembla à un papillon de nuit blafard voletant derrière la vitre. Emprisonné. »  Page 129

« - A l’instant où je l’ai vue, j’ai su qu’il y avait un truc qui clochait ; une couche de maquillage, les cheveux impeccables, des vêtements qui dévoilaient tout ce que le bon dieu lui avait donné. Ça, ça n’est pas une mère en deuil. C’est une femme qui voulait se débarrasser de ses enfants parce qu’ils l’empêchaient de faire la bringue et de boire. De voir ses amis masculins. »  Page 141



20/11/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres