Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Barbara Abel : Je sais pas

Je sais pas de Barbara Abel    4,5/5 (13-11-2016)

 

Je sais pas (429 pages) est paru le 6 octobre 2016 aux Editions Belfond (Thrillers)

 

8.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Le jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons, la petite Emma disparaît. Son institutrice Mylène finit par la retrouver à la nuit tombante dans une cavité. Piégée à son tour, l'institutrice parvient à hisser la fillette sur ses épaules, laquelle s'échappe et court rejoindre le groupe. Mais Mylène reste introuvable et Emma ne sait pas indiquer où se trouve sa maîtresse.

 

Mon avis :

 

Après L’innocence des bourreaux qui avait déçu de nombreux lecteurs par son scenario un peu “trop” et moins percutant que son diptyque Derrière la haine, Barbara Abel revient en force avec un thriller haletant à souhait.

 

Je sais pas est l’histoire d’un incident qui va faire voler en éclat deux familles (un thème de prédilection pour l’auteure qui manie les relations entre les personnages avec brio).

Pour fêter la fin de l’année scolaire, une classe de l’école maternelles Les pinsons est emmenée à la ferme pélagique. Après la visite, le groupe se retrouve en forêt pour un concours de construction de cabanes. Emma, l’une des enfants, refuse de suivre son institutrice et après cinéma et bouderie est finalement changée de groupe. Lorsqu’il est l’heure de regagner le car, Emma manque à l’appel. Mylène, que la petite refusait de suivre dans la compétition, part à sa recherche et disparaît à son tour…

 

Barbara Abel installe dans ce roman une tension palpable liée autant à la situation (le compte à rebours pour retrouver l’institutrice diabétique, la liaison qu’entretien secrètement la mère de la petite qui est sur le point d’éclater au grand jour…) qu’aux personnages. Emma a beau avoir 5 ans elle est effrayante !

 

Même si on devine finalement assez vite certaines choses importantes, ça ne m’a pas gâché le plaisir d’arriver au dénouement. Il y a tellement d’ombres ici qu’une sensation d’inconfort reste présente jusqu’au bout. Le genre à vous dire que le pire reste à venir. Et effectivement, les révélations arrivent et mettent encore plus mal à l’aise.

 

Barbara Abel déroule son intrigue de telle manière qu’il devient impossible de poser le livre. Les personnages sont tout en dualité (tiraillés entre la vengeance, la culpabilité, le besoin de punir, victime, machiavélique, manipulateur…) et nous entraînent dans un enfer, une ambiance à couteaux tirés délicieuse quand on aime être malmené, surtout par une enfant de 5 ans qui ne cesse de vous répéter « Je sais pas ».

 

« Une figure d’ange peut être cacher un cœur de démon ? » Page 157

 

A lire !



06/12/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres