Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Veronica Roth : Divergent 3, Allégeance

Divergent, tome 3 : Allégeance  de Veronica Roth   3,75/5 (2-06-2014)

 

Allégeance  (468 pages), troisième tome de la série Divergent, est paru le 15 mai 2014 aux Editions Nathan.

 

couv43725266 (118x173).jpg  couv61496425 (116x173).jpg

L’histoire (éditeur) :

 

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

 

Mon avis :

 

Voilà toutes les bonnes choses ont une fin. Divergent étant une bonne chose, doit forcément voir sa fin venir un jour ou l’autre.

 

Pas facile de se replonger dans ce nouveau tome. On entre dans l’histoire sans préambule, sans rappel des faits antérieurs, et c’est encore une fois un peu rude. Le visionnage du premier épisode au cinéma le 28 mars dernier m’a fait un bien fou, me remettant en mémoire les bases de la série, mais quelques lacunes subsistaient malgré tout. Heureusement on s’y retrouve. L’écriture de Veronica Roth est un plaisir et son sens de la répartition  réfection/action/temps morts/dialogues est très bon et contribue au plaisir de retrouver Tris et Tobias. On se remet progressivement dans le bais, avec ici en prime des explications sur les causes et les origines de la société (fragmentée en 4 factions) et des Divergents. C’est riche en découvertes et, même sir ces développement ralentissent forcément l’action, l’intrigue n’en est pas moins intéressante. Et puis grande nouveauté : on sait aujourd’hui où se déroule l’action. Donner un nom connu à cette histoire dystopique imaginaire et la placer dans notre réalité apporte un réalisme indéniable et permet une plus grande implication du lecteur je trouve. Les faits énoncés rappellent certaines politiques d’Eugénisme qui ont eu lieu par le passé (en Suède, en Allemagne et encore aujourd’hui en Corée du nord et en Chine). Divergent, série d’anticipation… ?

 

Allégeance est, comme ses précédents volets, riche en péripéties. Sur ce point, même si l’intrigue est déplacée dans un nouveau cadre (on sort enfin de la cité, découvrant ce que cache derrière la Clôture), j’ai trouvé que ne manquait pas de dynamisme. Certains faits sont cependant arrivés bien vite, me laissant la sensation d’un manque de vraisemblance, mais bon ça n’a pas réellement dérangée plus que ça ma lecture, tellement j’étais portée par l’histoire.

L’auteure apporte de la nouveauté en utilisant deux narrateurs. Tris et Tobias nous permettent d’apprécier plus largement ce qui se passe (en ne limitant pas l’intrigue à un seul point de vue). Même si je me suis un peu perdue parfois entre les deux narrations (le style est trop identique), j’ai apprécié me plonger dans l’esprit de Quatre, connaître ses pensées et ses sentiments.

 

Alors, alors et cette fin ? Je n’ai pas été spoilée, mais j’ai tellement entendu de mots et lu de chroniques parlant de ce fracassant dénouement, que lorsqu’il est tombé, j’ai été forcément moins marquée. Ce n’est pas comme si je m’en doutais, mais forcément je m’attendais à quelque chose dans le genre. Et puis, même si cette fin, triste et rageante, peut décevoir certains  lecteurs, j’ai trouvé que ça s’inscrivait dans le prolongement de l’histoire. Tris et Tobias évoluent, surtout Tris qui gagne en maturité et assurance. Toujours aussi courageuse, elle n’hésite pas longtemps à prendre certaines décisions et à passer à l’action, quitte à essuyer quelques plâtres.

 

L’expérience Divergent se termine… quoi que des bonus devraient voir le jour en France prochainement (j’espère) J’ai adoré ces moments de lecture en compagne de ce joli couple (et de tous ceux qui gravitent autour), apprendre à les connaitre et là découvrir toutes ces révélations qui permettent de voir différemment les choses. Veronica Roth  m’a vraiment captivée avec cette série trépidante, dont le premier tome a été écrit à seulement 23 ans. Elle a un style accrocheur, et réussit à chaque tome à immerger son lecteur dans une histoire qui marche du début à la fin.

 

Mon avis sur : 

      couv10243078 (118x173).jpg



13/07/2014
14 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres