Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Thomas Montasser : Une année particulière

Une année particulière de Thomas Montasser  3,5/5 (29-02-2016)

 

Une année particulière (176 pages) est disponible depuis le 3 mars 2016 aux Editions Presses de la Cité (traduction : Leïla Pellissier).

 

 4.jpg

 

L’histoire (éditeur) : 

 

" Ma nièce Valérie doit s'occuper de tout. " Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné ! La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa... Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main. Texte après texte, échange après échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c'est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d'un charmant inconnu qui l'aideront à écrire le chapitre décisif de son existence... Une touche d'humour et de fantaisie, de la sensibilité et, surtout, une foule de livres, qu'on aurait presque envie de ranger du côté des personnages. S'il est des romans qui donnent envie de lire et d'aller fureter dans les rayons des librairies, c'est bien celui-ci.

 

Mon avis :

 

Valérie est venue liquider la librairie de sa tante Charlotte où elle n’a pas mis les pieds depuis des années. La propriétaire de presque 80 ans a disparu sans laisser de trace, juste un petit mot sur la table de sa cuisine : « Ma nièce Valérie doit s’occuper de tout. » Page 18

La boutique de 40 m2 au nom de Ringelnatz and Co (du nom de l’auteur du début du XXe siècle de poèmes humoristiques, de pièces de théâtre, de livres pour enfants et de romans), ouverte à la fin des années 50 n’a guerre évoluée depuis son ouverture. Si dans le temps, elle était un phare de la culture, l’évolution du quartier lui a fait perdre ses habitués et ne lui a pas permise d’en gagner de nouveaux.  Et même si elle reste très belle et majestueuse, sa petite taille (comparé au géant installé non loin) et le temps ont eu raison de son succès. Pas évidement pour Valérie de s’occuper d’un tel héritage….

« Ce magasin était comme un vêtement que la vieille dame aurait confectionné autour de sa vie. Certainement confortable pour elle, il était informe et peu pratique pour la jeune femme. » Page 15

Avant de faire quoi que ce soit, Valérie prend possession des lieux et après Kafka elle s’attaque à Italo Calvino, et puis au fil de son exploration des étagères et des fiches elle tombe sur un titre assez particuliers « Une année particulière », qu’elle commence à lire jusqu’à ce que le texte s’interrompe brutalement… oui, mais c’est bien beau de lire et ranger, il faut enfin gérer l’affaire et cette trésorerie qui est aujourd’hui à zéro.

« Et c’est ainsi que notre protagoniste se retrouva une nouvelle fois dans le fauteuil de la vieille libraire à lire plaisamment pendant des heures, tandis que le samovar bouillotait dans son coin, non sans dégager au moins une agréable chaleur. Elle n’avait rien bu, elle ne s’était même pas versé une tasse. Mais cela n’avait pas d’importance. Au contraire, il était bon de lire un roman pour lui-même. » Page 31

 

Sans être une livre comique, Une année particulière est un livre qui fait du bien. L’auteur dégage dans son écriture un ton plaisant et plein d’esprit qui rend ce livre très agréable. Il décrit physiquement les livres d’une belle manière qui donne envie de se promener devant ces rayonnages, caresser, ouvrir… et j’ai trouvé intéressant de voir que le personnage ne soit pas une passionnée des livres mais une fille terre à terre, plus chiffres que mots, et qui finit par  trouver son bonheur, son épanouissement et même tomber amoureuse.

Oui, mais ça ne fait pas vivre un commerce, surtout qu’elle est loin d’avoir le pouvoir de sa tante pour conseiller le bon lire à la bonne personne et au bon moment. Peu importe, Valérie voit doucement sa vie se transformer et suivre un itinéraire bien différent de celui  qu’elle avait projeté.

« Découvrir un livre, cela signifiait s’affranchir des nécessités du quotidien, arracher sa propre vie à l’ici et maintenant et la replanter ailleurs le temps de la lecture. » Page 135

« Mais alors tout devient clair : cette petite librairie ne pouvait exister qu’ici et maintenant. C’était ici et maintenant qu’on avait besoin  d’elle, c’était donc ici et maintenant qu’elle tacherait d’insuffler une nouvelle vie à cette vieille entreprise. Oui, elle prenant soudain conscience, ici et maintenant, de ce qu’elle était devenue : « Libraire ». »Page 137

 

Pour être franche, ce n’est pas l’histoire du siècle et c’est très bien qu’il ne fasse que 172 pages, sinon j’aurais pu me lasser. Une  année particulière est un petit livre tout à fait charmant qui parlera aux amoureux des livres (qui ne pourront qu’apprécier). C’est une parenthèse enchantée en quelque sorte entre deux lectures plus lourdes. C’est un livre qui fait du bien parce qu’il est fait de beaux mots et parce qu’il y a quelque chose au fond qui le rend un peu…magique.



03/03/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres