Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Serge Joncour, lauréat du Prix Landerneau des Lecteurs 2018

 Serge Joncour, lauréat du Prix Landerneau des Lecteurs 2018

 

 

 

LECTEURS-[Q]-2018.png

 

Serge Joncour, lauréat du Prix Landerneau des Lecteurs 2018 pour Chien Loup (Flammarion)

 

joncour.jpg

 

Sélectionné parmi les 381 nouveautés françaises de la rentrée littéraire puis parmi les 4 finalistes de la sélection finale établie par 8 libraires des Espaces Culturels E.Leclerc, le roman lauréat a été soumis au vote des 200 lecteurs, membres du jury.

 

« Ce texte est un vrai coup de cœur littéraire. Le souffle romanesque de Serge Joncour nous embarque dans un récit foisonnant et rythmé. »

Fabienne, membre du jury

 

La délibération finale s’est déroulée en deux temps :

 

• 184 jurés ont voté par internet jusqu’au 3 octobre minuit.

• 16 lecteurs tirés au sort ont été invités à Paris le 4 octobre afin de participer aux délibérations en présence de Véronique Olmi, présidente du prix et de Michel-Édouard Leclerc. 

olmi leclerc.jpg

  

Serge Joncour est désigné lauréat du Prix Landerneau des Lecteurs 2018, suite à la réunion de ces deux votes. Il recevra une dotation de 10 000 € offerte par les Espaces Culturels E.Leclerc et son roman bénéficiera dans les prochains jours d’une campagne de publicité dans la presse.

 

A1.jpg

« La littérature c’est l’ambivalence et la dualité. En cela, la confrontation des personnages, le poids des croyances, l’intervention de l’animal dans les rapports humains, l’atmosphère des lieux sont des fils admirablement tissés. L’ouvrage de Serge Joncour est un aboutissement parfait qui nous rappelle également que nous sommes liés les uns aux autres à travers le temps et que l’on ne peut pas s’exclure de la généalogie de la violence. »

Véronique Olmi, Présidente du jury

 

 

 

Le Prix Landerneau des Lecteurs Les Espaces Culturels E.Leclerc au cœur de la rentrée littéraire

 

En 2016, à l’initiative de Michel-Édouard Leclerc, les Espaces Culturels E.Leclerc ont investi la rentrée littéraire aux côtés des prix les plus prestigieux en créant le Prix Landerneau des Lecteurs. Il distingue une nouvelle fois cette année un roman francophone publié à l’occasion de la foisonnante rentrée de septembre. Lancé dès le mois de juin, ce prix singulier associe les choix littéraires des libraires des Espaces Culturels E.Leclerc à ceux d’un large public : 200 lecteurs sélectionnés dans toute la France.

AVT_Veronique-Olmi_4613.jpg

 

Après Christophe Ono-dit-Biot, la romancière Véronique Olmi, finaliste du Prix en 2017, a présidé le jury de cette 3e édition, aux côtés de Michel-Édouard Leclerc. Avec 9 libraires des Espaces Culturels E.Leclerc, ils ont établi les différentes sélections puis avec l’ensemble des 200 lecteurs, ils ont désigné l’auteur qui succède au palmarès à Alice Zeniter récompensée pour  L’art de perdre (Flammarion)

 

1180 libraires mobilisés, 200 lecteurs curieux,  3 étapes pour désigner le lauréat

 

Les Espaces Culturels E.Leclerc ont confié aux libraires de leur réseau la mission de sélectionner 10 livres parmi les 381 romans français publiés en cette rentrée littéraire. Réuni en un comité restreint autour de Véronique Olmi et de Michel-Édouard Leclerc, un jury de 9 libraires a ramené cette liste à 4 titres finalistes le mercredi 5 septembre. Dès le lendemain, les 200 lecteurs sélectionnés, en parallèle, par les libraires E.Leclerc ont reçu les 4 ouvrages de la sélection finale.

Cette « communauté littéraire » a accès à une plateforme web imaginée pour le Prix : forum de discussion avec les libraires, échanges sur leurs impressions de lecture… et a eu jusqu’au 3 octobre pour voter en faveur de son titre favori.

Seize de ces jurés, tirés au sort, ont été invités à Paris les 4 et 5 octobre pour participer aux délibérations finales, assister à la remise du prix et profiter d’une rencontre privilégiée avec le lauréat.

 

La dernière sélection 

 

Lors des premières délibérations qui se sont tenues le mercredi 5 septembre à Paris, 4 romans parmi les 10 titres en lice pour le Prix Landerneau des Lecteurs 2018 ont été retenus, envoyés aux 200 jurés sélectionnés dans toute la France et soumis à leur vote.

 

« Le choix des livres finalistes s’est déroulé moins dans l’éviction que dans la valorisation du travail des auteurs. La sélection de ces 4 ouvrages salue en effet un travail littéraire maitrisé, sensible et véritablement abouti. Les échanges que nous avons eu avec Véronique Olmi et les libraires ont également souligné la passion avec laquelle tous nous nous sommes investis dans la mission qui était la notre. »

Michel-Édouard Leclerc

 

 

 

1.jpgTrois fois la fin du monde de Sophie Divry  (Notabilia) :Lors d’un braquage qui tourne mal, Joseph Kamal perd son complice et frère. Il est jeté en prison où il doit faire face à la violence des gardiens et de ses co-détenus. Il réussit à s’échapper de cet enfer et s’installe seul dans une ferme, pour vivre une vie de Robinson au plus près de la nature. 

divry.jpg Auteur de quatre titres publiés chez Notabilia dont les très remarqués La condition pavillonnaire (2014) et Quand le diable sortit de la salle de bain (2015), Sophie Divry s’amuse avec les genres et les univers, se renouvelant sans cesse avec plaisir et maîtrise.

 

« Dans la promiscuité d’une prison ou dans la solitude d’une nature désertée, un jeune homme tente de se reconstruire, à la lisière de la folie. Un chemin intérieur éclairé par une écriture incisive et lumineuse. »

 

_.jpgTenir jusqu’à l’aube de Carole Fives (L’Arbalète Gallimard) : Rongée par la solitude et étouffée par son quotidien de mère célibataire, une jeune femme s’occupe sans relâche de son enfant de deux ans. Mais quand vient la nuit, elle s’autorise à quitter le domicile, le laissant seul. Dans l’illusion d’une légèreté retrouvée, elle s’éloigne chaque jour davantage…

fives.jpg Après Que nos vies aient l’air d’un film parfait, C’est dimanche et je n’y suis pour rien et Une femme au téléphone , Carole Fives continue de sa plume aiguisée, de dresser le portrait de familles contemporaines. Tenir jusqu’à l’aube est son 4e roman.

 

« Avec le portrait de cette mère célibataire, combattante du quotidien, Carole Fives porte sur la maternité un regard sans tabou, nécessaire et bouleversant. »

 

_.jpgChien-Loup de Serge Joncour  (Flammarion) : Pour l’été, les citadins Franck et Lise décident de se réfugier dans une maison du Lot, isolée comme coupée du monde. Mais dès le premier soir, un chienloup s’invite et s’impose à eux. Et dans cet endroit qui semblait si paisible en apparences, va resurgir un passé sauvage et terrifiant. Sous les yeux du lecteur, ce sont deux époques qui se confrontent violemment, livrant une œuvre entre conte et roman contemporain.

joncour.jpg Auteur de romans et de scénarii, Serge Joncour publie son premier livre Vu en 1998. Plusieurs de ses ouvrages ont fait l’objet d’une adaptation cinématographique parmi lesquels UV , Prix France Télévisions en 2003 et  L’Idole renommé Superstar avec dans le rôle-titre, le comédien Kad Merad.

 

« Variation intense et hypnotisante sur la part animale qui sommeille en chacun de nous, qu’elle soit à l’origine de la pulsion de mort qui nous pousse à la guerre ou de la pulsion de vie qui nous reconnecte à la nature. Une expérience à ne pas rater ! »

 

 

_.jpgLe paradoxe d’Anderson de Pascal Manoukian (Le Seuil) : Léa a 17 ans. Elle vit dans le nord de l’Oise et s’apprête à passer son bac. Au même moment, les deux usines, dans lesquelles travaillent ses parents, délocalisent. Entre chômage, crise du monde ouvrier et déclassement social, Pascal Manoukian illustre le terrible Paradoxe d’Anderson, à travers le portrait de cette famille entre deux générations.

manoukian.jpg Photographe, journaliste, réalisateur, Pascal Manoukian a dirigé plusieurs années l’agence Capa. Également romancier, il a publié notamment Le Diable au creux de la main , Les Echoués et Ce que tient ta main droite t’appartient 

 

 

«  Le paradoxe d’Anderson est un roman sociétal, fort et percutant : le récit de la descente aux enfers d’un couple après la délocalisation de leurs usines. Un livre qui émeut autant qu’il révolte. »

 

 

Rappel de la première sélection

 

_.jpg

Emmanuelle Bayamack-Tam, Arcadie (P.O.L.)

Nina Bouraoui, Tous les hommes désirent naturellement savoir (JC Lattès)

Agnès Desarthe, La chance de leur vie (L’Olivier)

Sophie Divry, Trois fois la fin du monde (Notabilia)

Carole Fives, Tenir jusqu’à l’aube (L’Arbalète Gallimard)

Anne-Marie Garat, Le Grand Nord-Ouest (Actes Sud)

Serge Joncour, Chien-Loup (Flammarion)

Yasmina Khadra, Khalil (Julliard)

Pascal Manoukian, Le paradoxe d’Anderson (Le Seuil)

François Roux, Fracking (Albin Michel)

 

Véronique Olmi, présidente  du Prix Landerneau des Lecteurs 2018

 

Comédienne, romancière et dramaturge, Véronique Olmi est l’auteur notamment de Chaos debout , monté au Festival d’Avignon en 1998, Bord de mer (Actes Sud) son premier roman paru en 2001, lauréat du prix Alain Fournier et Cet  été-là (Grasset), prix Maison de la Presse 2011.

 

olmi.jpg

 

Dans son dernier roman paru en 2017 chez Albin Michel, l’auteur retraçait avec émotion la vie de Joséphine Bakhita, esclave, domestique puis religieuse qui fut canonisée par Jean-Paul II en l’an 2000. Salué par le public et la critique, il était en lice pour le Prix Landerneau des Lecteurs 2017 face à Alice Zeniter, Miguel Bonnefoy et Olivier Guez. En 2018, elle a co-signé avec Ariane Ascaride Une force et une consolation aux éditions de l’Observatoire sur l’importance des livres et de la lecture dans la vie.

 

Pourquoi avoir accepté la présidence du Prix Landerneau des Lecteurs 2018 ?

J’aime l’énergie qui se dégage de ce prix, impulsée par la passion de Michel-Édouard Leclerc pour la littérature. Le jury est composé de libraires et de lecteurs, autant dire de ceux qui donnent vie aux livres.

Finaliste du prix l’an passé, j’avais eu l’occasion d’échanger longuement avec eux, leur participation à la Rentrée littéraire est une chance pour les auteurs.

 

Comment se sont déroulées les délibérations pour choisir les 4 titres finalistes ?

Les délibérations se sont déroulées dans une ambiance de bienveillance, vis à vis des choix de chacun et aussi dans le respect du travail des auteurs. Débattre n’est pas se faire plaisir par des joutes oratoires, mais tenter de transmettre pourquoi un livre nous a particulièrement ému ou dérangé, pourquoi il est venu nous chercher. Ce qui importe une fois une lecture terminée, c’est ce qu’il reste en nous du livre, son empreinte.

 

 

Les libraires des Espaces Culturels E.Leclerc

 

Dès le mois de juillet, les 1180 libraires des 220 Espaces Culturels E.Leclerc sélectionnent 30 romans parmi les nouveautés de la rentrée littéraire. Cette liste est ensuite réduite à 10 titres par les 9 libraires composant le jury restreint puis à 4 lors de la délibération à laquelle ils participent aux côtés de Véronique Olmi et Michel-Édouard Leclerc.

  

Les libraires membres du jury :

jury.png

Séverine Bélières, Bayeux - Samira Bennadji, Chinon - Gaël Dréau, Landerneau

Daïva Malo, Rezé - Mélanie Maloizel, Argentan -Carole Mir, Pau

Marie-Paule Pezière, Tourlaville -Nicolas Rafaelli, Le Luc -Stéphane Vinckel, Margon

 

 

Les prix littéraires des Espaces Culturels E.Leclerc

 

Créés en 2008 les Prix Landerneau des Espaces Culturels E.Leclerc accompagnent l’actualité littéraire tout au long de l’année : Prix Landerneau Album Jeunesse , Prix Landerneau Polar , Prix Landerneau des Lecteurs et Prix Landerneau BD .

 

Par leur organisation, ces prix fédèrent l’ensemble des libraires des 220 Espaces Culturels E.Leclerc autour de Michel-Édouard Leclerc et d’une personnalité du monde littéraire présidant le jury final. L’engagement et la passion de ces libraires, la qualité de leurs lectures et de leurs recommandations ainsi que la dynamique du réseau font des Prix Landerneau des distinctions tout à fait singulières dans le panorama des prix littéraires francophones. Depuis 2016 et la création du Prix Landerneau des Lecteurs, les passionnés de littérature sont également associés au choix du lauréat de ce prix remis en pleine rentrée littéraire française.

 

Mobilisés en faveur de l’accès à la culture, les Espaces Culturels E.Leclerc proposent partout en France une offre large et variée de biens culturels. De la proximité géographique au combat pour un meilleur prix, les Espaces Culturels E.Leclerc permettent à la culture d’être partout à sa place. Plus qu’un lieu de vente, les Espaces Culturels E.Leclerc sont aussi le lieu d’échanges entre les artistes et le public au travers des rencontres, dédicaces ou des animations culturelles. Chaque année ils organisent également le festival Culturissimo qui propose des rendez-vous culturels gratuits aux quatre coins de la France : artistes et auteurs de renom investissent les théâtres, cinémas, salles de spectacles de 50 villes dans lesquelles sont implantés des Espaces Culturels E.Leclerc. 

 

Conscients des bouleversements des modes de consommation culturelle (apport des nouvelles technologies et dématérialisation croissante), les Espaces Culturels E.Leclerc proposent depuis fin 2013 un nouveau concept pour leurs points de vente, avec notamment une interconnexion plus marquée entre les biens culturels physiques et biens numériques et les outils permettant d’y accéder.

L’ouverture en 2013 d’un site internet marchand (www.culture.leclerc) a permis la mise en place d’une stratégie multicanale, et d’une offre complète de livres numériques avec une e-librairie de plus de 150 000 ouvrages, ainsi que deux modèles de liseuses.

 

 



11/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres