Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

R.J. Ellory : Un coeur sombre

Un Coeur sombre de  R.J. Ellory   4,5/5 (01-11-2016)

 

Un Coeur sombre (496 pages) est paru le 1 octobre 2016 chez Sonatine (traduction : Fabrice Pointeau)

 

0.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs. Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

 

Mon avis :

 

De bout en bout, Ellory m’a ici baladée entre aversion et empathie pour un personnage peu recommandable…


Vincent Madigan (divorcé deux fois, père de 4 enfants  qu’il ne voit quasiment pas, constamment sous cachetons ou dope pour supporter suffisamment sa vie) est un flic de 42 ans qui fricote plus avec la pègre qu’il ne met de méchants derrière les barreaux.

La situation s’assombrit jour après jours, à mesure que ses dettes deviennent de plus en plus lourdes  (arriérés de pensions alimentaires et lourd passif qu’il doit à Sandia  usurier, dealer et maquereau de la pire espèce). Mais Madigan veut s’en sortir et, comme la moralité l’a depuis bien longtemps quitté, il n’hésite pas à monter un coup pour avoir du cash, beaucoup de cash ! Le casse  ne prend à peine plus de 5 minutes et après avoir abattu ses complices, il estime ne pas s’en être trop mal sorti.

Mais lorsqu’il est appelé sur les lieux pour gérer l’affaire en tant que flic, les choses ne se présentent pas comme il les avait perçues : une fillette a été blessée et au-delà du risque « témoin », sa conscience en prend un sacré coup. Mais ce n’est que le début des ennuis…

 


R.J. Ellory  dessine le portrait d’un homme torturé que l’on devrait détester, qui nous dégoûte mais pour lequel on arrive à souhaiter un peu de meilleur, ou du moins arriver à ce sortir de ce merdier. Attaché à l’histoire (plus qu’à l’homme) on vit cette enquête à un rythme endiablé. Que de péripéties, que de retournement de situations, tous les évènements s’enchainent vite et les conséquences de chaque décision, de chaque geste et de chaque nouveau choix relance l’intrigue et nous fait à chaque fois envisager une autre fin (bonne ou moins bonne).

On ne s’ennuie pas ici. Jusqu’au dernier moment, impossible de prévoir comment tout va finir, qu’elles seront les victimes,  ce qu’il adviendra de ce capitaine pourri en quête de rédemption.

« Si avant je pensais être baisé, eh bien, c’était vraiment de la petite bière.

Maintenant, le vrai spectacle va commencer. Maintenant, je joue dans la cour de grands. » Page 107

 

La lecture se fait de plus en plus oppressante à mesure que la situation échappe à Madigan (comme si tout semblait jouer contre lui), et  finalement à tous ceux qui trempent dedans…

La tension est mise à rude épreuve. L’atmosphère de risque est étouffante mais la narration oscille entre des temps de repos (les états d’âme du flic) et les faits et l’action en temps réel d’un point de vue omniscient qui vous en donne plein la vue.

J’ai beaucoup pensé à Tarantino, et à son Reservoir dog, en lisant ce titre. On est ici loin du huis clos mais les conséquences de ce braquage tournent au même délire fou et violent que le film, jusqu’à passer au second plan.

 

Loyauté et rédemption sont les piliers de cet excellent polar. Une plongée dans la vie d’un anti-héros au cœur sombre absolument palpitant.



20/11/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres