Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Maïa Mazaurette et Dagda : La ligue des voleurs

La ligue des voleurs de Maïa Mazaurette  (auteure) et  Dagda (illustratrice)      4/5 (11-03-2016)   

 

La ligue des voleurs (48 pages) est disponible depuis le 30 mars 2016 aux Editions Jungle.

 

0.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Bienvenue dans la ligue : une communauté secrète où les voleurs évoluent parmi les gens normaux !

A l’école de la Ligue des voleurs, pas de grammaire, ni de mathématiques. A la place, cours de tir, maniement des munitions, étude de la cryptographie et infiltration. Objectif : devenir le meilleur braqueur de la promotion.

Pour Clémence, ça ne devrait pas poser de problème. Fille de deux fameux bandits de la Guilde, elle a le talent de son père et la classe de sa mère.

Sauf que Clémence a un secret : elle préfère largement étudier la biologie à la bibliothèque plutôt que de braquer des banques avec style.

Mais lorsqu’on fait partie de la Guilde, on se doit de respecter certaines règles : pas de contact avec le monde « normal », pas d’amis en dehors de la communauté, c’est un engagement total qui est pris très au sérieux.

Pour Clémence, c’est le début d’un dilemme.

Comment ne plus vivre dans l’illégalité et ne pas décevoir ses parents pour qui la réussite rime avec dynamite ? 

 

Mon avis :

 

Pas évident de rentrer dans le moule alors que tout au fond de vous sentez que vous êtes autre chose. Et si comme Clémence votre avenir n’était pas le monde des voleurs mais le monde normal ?   

Qu’est ce que je raconte ?

Non, je ne perds pas la tête. Clémence fait bien partie de la ligue des voleurs et, à ce titre, elle vit au rythme de voleurs (école de voleurs, habitudes de voleurs, famille de voleurs, examens de voleurs…). Rien à voir avec notre petite routine métro-boulot-dodo, vous imaginez. Oui, mais pour Clémence, ce monde n’est pas le sien…

 

Quelle bonne idée cette BD ! L’héroïne n’a rien d’exceptionnelle et voudrait juste être « normale » et gentille. Ça change franchement des histoires habituelles d’enfant qui rêvent d’être exceptionnels justement, voir même d’être des super héros (ou héros tout court). Alors, ça fait encore plus plaisir de la suivre et de découvrir cet univers hors norme.

Suivre sa voie au risque de décevoir sa famille ou rentrer dans le moule au bonheur des parents et de la ligue (mais  pas du sien) ? Clémence face à ce dilemme s’en sort relativement bien. Puisque avec filouterie et ruses, elle arrive à conjuguer dessin personnel et image parfaite de voleuse. Ainsi, elle détourne les épreuves pour suivre son cœur et coller aux attentes de son entourage.

 

Péripéties, aventures, bon  sens, amitié, famille…ça bouge beaucoup dans cette BD. Mais c’est beaucoup trop court !!!! La fin appelle une suite et évidement on veut savoir ce que Clémence va devenir après la dernière page tournée, savoir comment elle va grandir et si son année sabbatique sera au rdv…et avoir quelques réponses aux sous entendus laissés à droite à gauche au sujet de sa maman.

Ce petit monde de voleurs, antihéros surprenants et pas si méchants est très sympa et je ne serais pas contre les retrouver prochainement.

 

 _p_5.jpg _pg.jpg p0.jpg

Un mot sur les dessins : vitaminés, colorés, ils donnent une bonne impression du mouvement et sont fidèles à l’histoire et sa dynamique.

Sans faute donc, et très bonne cohésion entre l’auteure et l’illustratrice !

 

L'avis d'Angélina, 12 ans : Trop bien ! Mais, il n'y a pas assez de pages....

 

Bon, voilà je crois que tout est dit !



06/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres