Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Leah Fleming : l'enfant du Titanic

L'Enfant du Titanic de Leah Fleming         5/5 (21-03-2012)

 

C'est un grand plaisir pour moi de vous présenter l'Enfant du titanic (592 pages) car c'est le premier roman de Leah Fleming publié en France et surtout parce que j'ai eu la chance de le lire en avant première (avant même qu'il soit publié). Merci encore France Loisirs de m'avoir donné la chance de découvrir une nouvelle auteure et surtout de m'avoir fait confiance durant ces deux années. 

 

J’étais loin de m’imaginer que j’aurais autant de plaisir à lire, ou plutôt engloutir, ce roman. J'ai attendu sagement de le voir enfin arriver au catalogue de France Loisirs pour mettre mon billet en ligne et vous présenter sa couverture française (qui est d'ailleurs similaire à la version américaine avec en plus une sur-couverture en papier calque irisé). Publié dans sa version original sous The Captains Daughter, l'Enfant du Titanic est disponible depuis le 21 mai 2012.

 

 

  

 

L'histoire (éditeur) :

 

 15 avril 1912. Dans l’horreur du naufrage, deux femmes qui n’auraient jamais dû se rencontrer voient leurs destins liés à jamais. Sauvées in-extremis, May et son bébé trouvent chaleur et réconfort dans les bras de Celeste. Une amitié est née, qui se renforce au fil du temps. Mais alors que survivre a donné à Celeste courage et goût de la liberté, May semble n’avoir jamais surmonté le drame. Un lourd secret qu’elle porte depuis le soir du naufrage pèse sur sa conscience...

  

Mon avis :

 

L'enfant du Titanic est l'histoire de trois femmes liées par la catastrophe du naufrage du Titanic. L’histoire d’une vie, celle d’une enfant, qui devra attendre plus de 45 ans pour connaître son passé. 

 

Leah Fleming m’a littéralement emportée dans l’histoire de Celeste et de May. Son style limpide, sans longueur est très accrocheur et ces 600 pages ne sont pas de trop pour apprécier cette belle saga. On suit avec plaisir et tristesse ces destins réunis, loin de s'imaginer autant de rebondissements. L’auteure arrive à nous transporter dans l’intrigue longue, riche et passionnante avec une narration rapide, une écriture simple, sans fioriture et surtout sans descriptions inutiles. Un livre se lit d’une traite tant le style est fluide. Le roman est découpé en 5 parties, les chapitres ne sont pas trop longs, l’écriture très aérée grâce aux nombreux paragraphes, et les phrases sont concises. Tout est fait pour ne pas perdre le lecteur et pour le faire avancer rapidement : une alternance de points de vue des personnages à chaque chapitre et  une construction presque linéaire (même si certains chapitres reviennent sur une période antérieure au précédent, il n’y a aucun problème de compréhension d’une part grâce aux indications de temps et de lieu qui ouvrent certains d’entre eux, d’autre part par l’histoire en elle-même qui est simplement très bien écrite). C’est gagné, on ne voit pas du tout les pages passer.

 

L’histoire (qui traverse plusieurs décennies, trois générations, deux guerres, deux continents) est captivante. Les personnages, principalement féminins, sont attachants. May, Celeste, Ella et enfin Clare sont très bien dessinées et dégagent beaucoup d’émotion. J’ai trouvé May parfois énervante dans ses répliques, mais elle avait des circonstances atténuantes. Celeste est un petit bout de femme très courageux qui m’a émue, touchée et que j’ai adoré suivre tout au long de ce récit. Leurs vies sont faites de douleurs et de secrets dissimulées, de drames et des révélations qui font d’elles des héroïnes intéressantes et plaisantes à suivre. De beaux portraits de femmes qui font une saga réussie et bien encrée dans des faits historiques réels (suffragette, deuxième guerre mondiale, événements liés au naufrage du Titanic...)

 

L’enfant du Titanic est un livre qui appelle beaucoup d’émotions. Même si l’histoire est assez prévisible, elle arrive à mélanger des faits tragiques avec des rencontres pleines d’espoir. Toute cette émouvante histoire tient finalement en une série d’étranges évènements entrecroisés, de personnages réunis par le chagrin et qui finissent par trouver le bonheur. Un livre sur le destin, les rencontres et les coïncidences qui mélange l'histoire avec la romance. Sans tomber dans le roman à l'eau de rose (version roman Harlequin pour femme au foyer qui s'ennuie lamentablement) j'ai trouvé que les histoires d'amour étaient bien dosées et représentaient assez bien la réalité : on y retrouve une femme malmenée par son mari, une veuve, des amours naissantes, passionnées et d'autres étouffées.

 

Ce genre de littérature, qui propose un récit d'histoires familiales racontées sur plusieurs générations, n'est habituellement pas ma tasse de thé. Un peu trop romancés, peu crédibles, trop longs... des romans pour lesquels je n'avais au final que des préjugés. Je suis contente d'avoir reçu ce livre. L’enfant du Titanic retrace presque 50 ans sans tomber dans trop de détails inutiles et fastidieux mais avec une narration qui se limite à l’essentiel. Les chapitres se dévorent les uns après les autres avec beaucoup de plaisir. Bref, ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai passé un bon moment d’évasion littéraire.

 

 



02/06/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres