Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Karin Salvalaggio : Poussières d'os

Poussières d'os de Karin Salvalaggio   3/5 (05-09-2016)

 

Poussières d'os  (329 pages) est paru le 17 août 2016 aux Editions Bragelonne (traduction : Marie Ploux). 

 

1.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Un matin, des coups retentissent à la porte. Encore adolescente, Grace prend peur. Cette enfant sauvage vient de subir une greffe du coeur et refuse d’ouvrir à l’inconnue qui crie son nom. Quelques instants plus tard, elle assiste au meurtre de cette femme dans la neige. Il s’agit de sa mère, qu’elle n’a pas vue depuis onze ans. Enceinte jusqu’au cou, l’agent Macy Greeley est chargée d’enquêter sur cet assassinat et sur le passé de Grace. Elle revient sur les lieux d’une ancienne affaire, la disparition d’un groupe de jeunes filles à la frontière canadienne, des années plus tôt…

 

Mon avis :

 

« Vu que tu bosses, que t’es pas toxico et que tu as toutes tes dents, je dirais que tu dois être le célibataire le plus convoité de Collier. » Page 147

 

Voilà qui résume bien le décor dans lequel Karin Salvalaggio nous entraîne ici. Collier est le genre de petite ville où tout le monde se connait. Loin du genre de Walnut Grove  par contre…Plus du genre de ville à la Fargo (comme le rappelle si justement la quatrième de couverture), froide, en marge de l’économie et où la majeure partie de la population locale trempe dans des affaires louches, couche avec la femme (ou la fille) du voisin (qui lui-même doit certainement coucher avec une autre), où l’alcool (pour ne pas parler de la drogue) tient chaud et où la dialogue a laissé la place à la violence… Bref, une ville rude et pas franchement touristique !

Pas étonnant donc que cette affaire qui ouvre le roman (la mort d’une femme, qui avait quitté la ville et laissé sa gamine de 7 ans seule dans leur caravane, il y a 11 ans) remue de sordides histoires dans lesquelles beaucoup de monde semble baigner.

Et pour ce qui est du monde, il y en a vraiment pas mal ici !

 

Si l’ambiance est au rendez-vous (on est très bien immergé dans cette petite ville isolée du Montana désespérante où ses habitants sont presque tous dysfonctionnels) et que la toile de fond est réussie, on se perd assez vite dans la multitude de caractères et les différents liens qui les unies donnent un sentiment de confusion pénible (il m’a fallu régulièrement resituer qui était qui par rapport à qui). Malgré cela, Poussières d’os est un policier, certes classique, mais pas désagréable.

 

Karin Salvalaggio étaye suffisamment son intrigue pour la rendre crédible, sans pour autant nous noyer dans les détails graveleux (ce n’est d’ailleurs pas nécessaire car le sujet est les habitants de cette communauté s’en chargent très bien) et facile à suivre.

Même si ce n’est pas avec ferveur que j’ai tourné les pages, j’ai toutefois pris plaisir à accompagner Macy Greely dont j’ai suivi l’enquête avec intérêt (même s‘il faut reconnaitre que le suspens et les rebondissements ne sont pas vraiment au rendez-vous).



07/09/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres