Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Julian Barnes : Une fille, qui danse

Une fille, qui danse  de Julian Barnes  4/5 (01-06-2014)

 

Une fille, qui danse (200 pages) est paru le 10 janvier 2013 aux Editions Mercure de France (collection Bibliothèque étrangère). Il est disponible en format poche depuis le 5 mai 2014 chez Folio (211 pages).

 

couv62733667 (117x173).jpg   product_9782070454396_195x320 (103x173).jpg

L’histoire (éditeur) :

 

Au lycée, ils étaient trois amis jusqu’à ce qu’Adrian se joigne à eux. Il était différent, brillant et plus mûr. Tous l’admiraient. Ils croyaient alors vivre dans un enclos et qu’ils seraient bientôt lâchés dans la vraie vie. Pourtant, les jeux étaient faits en partie. À l'université, Tony, le narrateur, fréquenta Véronica et découvrit que le corps des filles est parfois défendu comme la zone d’exclusion d'un pays pour la pêche… Quelques mois plus tard, il apprit qu’elle sortait désormais avec Adrian. De rage, il leur écrivit une lettre épouvantable… 
Pourquoi Adrian s’est-il suicidé? 
Quarante ans plus tard, le passé qui ressurgit révèle une terrible vérité. Elle bouleversera Tony et chacun des lecteurs d’Une fille, qui danse.

 

Mon avis :

 

Nous sommes dans les années 60 en Angleterre quand débute le récit de Tony Webster. Il est au lycée et l’arrivée d’Adrian Finn enrichit son petit trio d’amitiés composé de Colin,  Alex et lui. Adrian est un garçon différent. Philosophe, intelligent, réservé et presque secret, il vit avec son père et sa sœur depuis le départ volontaire de sa mère quelques années plus tôt. Après le lycée, chcun suit son propre chemin et pendant la première année universitaire, le petit groupe se rencontre régulièrement à Londres. Tony, vit sa première expérience amoureuse avec Veronica qui lui présnete sa famille lors d’un week-end pas banal, puis à son tour Tony lui présente ses amis. Cette rencontre  (dont les séquelles éclateront des décennies plus tard)  signe sans doute le début de la fin pour le couple qui se sépare l’année suivante. Ainsi, quelques mois plus tard, c’est au tour d’Adrian de se mettre avec Veronica, pas sans révéler jalousie, ressentiments et interrogations aussi, faisant éclater le groupe, qui se retrouvera  l’année suivant après le suicide brutal d’Adrian, à l’âge de 22 ans.

 

Toute la première partie du roman de Julian Barnes constitue ces années de jeunesse, le récit de Tony, ses souvenirs d’amitié et de premières expériences, et surtout la tentative de compréhension du geste d’un garçon si prometteur et intelligent.

Dans seconde partie, 40 ans se sont passés. Tony est un retraité qui a connu un mariage, un divorce, la paternité (et la grand-paternité), une longue carrière professionnelle et qui vit aujourd’hui dans un petit appartement entre ses amis et une petite activité à la bibliothèque de l’hôpital local. Il reçoit le courrier d’une avocate concernant t la succession d’une femme qu’il a connu le temps d’un week-end. Peut-être recevra-t-il des réponses à la question : Pourquoi Adrian s’est-il suicidé ?

 

Une fille, qui danse est un récit sur le souvenir et le temps qui passe. La réflexion qui y est faite est très intéressante je trouve. Il met en avant les lacunes (volontaires ou pas) et le regard qui l’on porte sur les sensations et évènements passés, et de ce fait la subjectivité qui tourne autour de la faculté de se rappeler. On y trouve beaucoup de nostalgie et quelques touches d’humour très appréciable.

Tony est un personnage moyen, et de prime abord un peu lâche, mais ses réflexions toujours un peu plus pertinentes et sa façon de soulever notre part  de conscience dans notre mémoire rend l’intrigue de plus en plus intrigante. Où tout cela peut-il bien mener ? Quel est donc cette révélation « terrible vérité. Elle  bouleversera Tony et chacun des lecteurs. » Qu’annonce la quatrième de couverture ? Encore un coup de pub pour acheter ce livre ? Il y a de ça certainement, mais c’est surtout une annonce qui est totalement vrai !

 

L’auteur arrive à créer une tension dramatique à travers cette narration. On ne proposant qu’un seul point de vue, il donne quand même au lecteur l’envie de remettre en question la fiabilité (et non pas la véracité, car Tony à l’air sincère à certains égards). Ce doute est accentué par le narrateur qui ne cesse de pointer du doigt les failles de la mémoire. On avance dans le regroupement des faits autant que lui et on appréhende cette révélation, un peu à la manière d’un polar. On en ressort troublé, avec un goût de malaise et le plaisir d’avoir goûté à l’écriture travaillée de Julian Barnes. Il y a des airs de désinvolture dans ses mots qui sont en vérité choisis avec soin pour énoncer les sentiments semés de doute et raconter une intrigue infectée par notre jugement et par les défaillances de la mémoire.

 

A noter :  Une fille, qui danse, dont le titre original est si bien choisi  (The sens of the ending), a été récompensé par le Man Booker Prize en 2011. 



09/06/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres