Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Giampaolo Simi : La nuit derrière moi

La nuit derrière moi  de Giampaolo Simi  4/5 (06-01-2016)

 

La nuit derrière moi  (286 pages) sort le 21 janvier 2016 aux Editions Sonatine

 

simi (1).png

 

L'histoire (éditeur) :

 

« J’ai une deuxième vie : celle de Furio Guerri, le monstre. » C’est ainsi que commence la confession du héros de ce livre, commercial dans une société d’imprimerie, bien sous tous rapports. Soigner son sourire et ses chaussures, tel est le secret, selon lui, du bon vendeur. Il a une belle maison dans la province de Pise, une femme qu’il aime, une fille pour qui il s’efforce d’être un père présent et compréhensif. Un modèle.

Mais, derrière les apparences, il y a la face obscure de Furio, qui passe certaines de ses journées sous une identité d’emprunt, rôde pour une raison obscure près d’un lycée, et épie les jeunes filles.

Quand il commence à connaître quelques soucis professionnels et qu’il découvre que sa femme, Elisa, lui cache des choses, le vernis de respectabilité commence peu à peu à se craqueler. La tension monte, jusqu’à devenir insupportable. Va-t-il parvenir à se contrôler encore longtemps ?

 

Mon avis :

 

« Ma deuxième vie est celle de Furio Guerri, le monstre. » Page 11

Posé sur un banc, à l’écart mais suffisamment près pour voir sans être remarqué, Furio Guerri regarde les jeunes filles à la sortie du lycée ou sur le terrain de sport. Une heure, deux fois par semaine, il exécute son rituel : admirer ce qu’il désire tant.

Furio Guerri est un homme plutôt banal. Trentenaire, VRP pour les industries graphique Aggradi, vivant dans une cité pavillonnaire à Torre Del Poggio dans une belle maison de deux étages (3 salles de bains, 2 grands jardins et un crédit sur une vie), marié à la belle Elisa (celle que tous les garçons rêvaient de se faire au lycée) et père de la petite Caterina, 6 ans.

Mais Furio Guerri est un monstre….

 

Derrière la nuit est un récit introspectif qui oscille entre le JE et le TU, dichotomie du narrateur à la Dr Jekyll et Mister Hyde, comme si deux personnes habitaient Furio. On ne sait pas bien où l’auteur nous entraîne et une chose est sûre ce n’est pas là où l’on croit aller. Beaucoup de choses semblent obscures en premier lieu et on se demande pourquoi l’auteur prend tant soin à décortiquer la chute lente mais certaine du protagoniste. En réalité, Giampaolo Simi manie le récit à la perfection pour que doucement l’image de ce narrateur s’éclaire et vous cloue sur place.

Sous ces airs de bon époux et de presque parfait employé, se dessine (peut-être) un détraqué sexuel. Ou pas… Etrangement, même s’il est difficile de le cerner j’ai éprouvé une forme d’attachement et de compassion pour lui parce que sa vie art à vau-l’eau et qu’à force de m’immerger dans son histoire je ne pouvais pas croire qu’il s’agisse du mauvais bougre  que les première scènes voulaient me présenter. Il a beau être arriviste, égoïste et opportuniste, sa relation avec sa petite fille le rend humain et loin de l’image de monstre qu’il se colle à la peau.

Mais qui est-il vraiment ??

 

La nuit derrière moi appelle de nombreux sentiments contradictions parce que rien n’est vraiment tout blanc ou tout noir ? Giampaolo Simi fait un travail remarquable pour nous plonger dans la psychologie de ce caractère (jusqu’à la folie ordinaire), tout autant que nous égarer temporellement.  Avec une écriture implacable, douce, ciblée et si bien réfléchie, l’auteur dresse un portrait tout en subtilité d’un homme fragile en quête de bonheur et de perfection.

Cette torsion de la réalité temporelle sonne comme un coup de génie pour que toute cette histoire se révèle aussi dévastatrice que stupéfiante et nous laisse ne sachant plus trop quoi penser de cet homme.

Si le rythme parait lent, les pages se tournent pourtant très bien, sans sentiment d’ennui, parce que tous ces petits détails que l’auteur installe forment toile qui réveille la curiosité et agrippe le lecteur. Il joue aussi beaucoup avec nos certitudes et nous entraîne doucement mais sans répit dans la vie de Furio, une vie plutôt médiocre au final, loin de celle espérée, faite de trahison, déceptions et amertumes.

 

La nuit derrière moi est un livre à la fois beau et violent, un rêve qui se termine en cauchemar, une lecture amère mais très réussie !

 



16/01/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres