Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Claire Favan : Inexorable

Inexorable de Claire Favan    3,75/5 (20-11-2018)

 

Inexorable (367 pages) est sorti le 11 Octobre 2018 aux Editions Robert Laffont ( La bête noire).

 

4.jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

 

Mon avis :

 

Milo Léman a 4 ans lorsque son père  se retrouve en prison pour braquage. Traumatisé par l’intrusion de la police et l’arrestation brutale dont il a été témoin, il est régulièrement pris d’excès de colère. Évidement il est très vite catalogué comme enfant violent par son entourage (le corps enseignant, les parents d’élève qui réclament  son renvoi,  les voisins...) et mis à l’écart. Cercle vicieux : rejeté, il vit de plus en plus mal la situation et n’arrive pas à gérer son mal être et surtout ses émotions.

« Le petit garçon heureux qu’il était quelques jours plus tôt a été remplacé par autre chose. Une créature qui hurle de fureur en permanence dans sa tête et qui réclame son père. »

A force de se battre et soutenu par sa maman, il réussit à  reprendre le dessus et une scolarité normale. Lorsque son papa sort de prison et regagne le domicile familial, Milo est aux anges. Mais le moment d’apaisement sera de courte durée car le passé de Victor le rattrape et, malgré son bonheur partagé avec sa famille dans sa nouvelle vie d’homme rangé,  il finit sous la contrainte par reprendre le chemin de la délinquance qui le conduit à nouveau en prison. Milo replonge lui aussi…

Face à la détresse de son petit et les mauvaises actions, jusqu’où sera capable d’aller sa mère pour le protéger ?

« Milo sent la colère enfler à nouveau dans son cœur. Il la sent envahir chaque fibre de son être. Il sent les ombres autour de lui. Elles viennent de retrouver sa trace. »

« Il ne pourra pas lutter contre l’inévitable parce que ce qui s’est passé aujourd’hui ne constitue que les prémices de sa chute annoncée. »

 

Inexorable est un thriller qui met beaucoup de temps à prendre la voie (et la voix) du roman noir. Toutefois, cette construction de l’histoire faite autour du petit Milo a son importance autant dans l’intrigue et son dénuement (sa stigmatisation expliquant-ou pas- le dénouement) que dans le message que tient à faire passer Claire Favan, maman d’un petit homme « différent » qui a vécu aussi des situations traumatisantes liées au regard des autres et au « catalogage », pouvant entraîner des réactions extérieures disproportionnées

 

Beaucoup pourront reprocher à l’auteure d’avoir ici choisi d’explorer fortement le chemin psychologique du « héros » et de nous concocter un roman noir plus qu’un polar, comme peut si bien le faire Barbara Abel dans le même genre (travaillant énormément sur le thème de la famille). Auteure du très bon dyptique (Le Tueur intime et Le Tueur de l’ombre), Dompteur d’anges et Serre-moi fort, des titres situant leur histoire aux Etats Unis et jouant sur l’enchaînement rapide des évènements marquants et des scènes violentes. Claire Favan travaille ici davantage le côté réaliste et en impliquant plus le lecteur dans les émotions de son personnage principal.

 

 

On sent que ce titre lui a tenu à cœur (la préface de son fils accentuant l’implication et l’aspect intime de ce titre) et c’est un élément qui, selon mot, donne tant de poids à Milo. Je me suis attachée à lui, senti  sa détresse et, tout en restant un moment dans l’incertitude, j’ai fini par choisir nature ment son camp.  Et pourtant, Claire Favan ne fait pas dans le militantisme, elle utilise un vocabulaire simple et déroule doucement son intrigue gardant simplement en toile de fond le traumatisme, la différence et l’amour inconditionnel d’une mère.

Ainsi si une bonne partie du roman ne fait pas du tout penser à un thriller parce que l’auteure prend le temps de justifier la dernière partie, d’exposer les faits (en manquant un peu de nuance toutefois) et construire ses personnages (et en particulier ce petit gamin de 4 ans), ça été loin de me déranger ou de perturber le rythme. Car le style reste très fluide et ça avance vite. L’histoire est crédible parce qu’elle s’appuie sur des éléments du réel tout en gagnant en violence (le côté « enquête » finit bien par arriver, pas d’inquiétude !).

 

En bref : un tournant peut être dans l’écriture de Claire Favan qui n’a pas été pour me déplaire, même si un retour aux sources  me plairait aussi beaucoup.



02/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres