Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Chris Womersley : les Affligés

Les Affligés de Chris Womersley       4,5/5  (17-07-2012)

 

Deuxième roman de Chris Womersley (le premier traduit en français), Les Affligés (320 pages) est paru chez Albin Michel, dans la collection Les Grandes Traductions, le 2 mai 2012. Je remercie infiniment les Editions Albin Michel de m’avoir permise de découvrir ce titre, qui a été pusieurs fois primé à l'étranger.

 

   

 

L’histoire (éditeur) :

 

1919. La Grande Guerre terminée, la grippe espagnole fait des ravages à travers l'Australie. Dans une atmosphère de fin du monde, des hommes en armes parcourent les campagnes pour imposer la quarantaine et les déplacements sont strictement interdits.
Quinn Walker, un soldat démobilisé, retrouve la petite ville de Flint, en Nouvelle-Galles du Sud, qu'il a fuie dix ans plus tôt quand on l'a faussement accusé d'un crime effroyable. Persuadé que son père et son oncle le pendront s'ils le trouvent, Quinn rend clandestinement visite à sa mère mourante et se cache dans les collines avoisinantes. Il y rencontre Sadie Fox, une mystérieuse jeune fille, qui l'encourage à demander justice et semble en savoir plus qu'elle ne le devrait sur son supposé crime.
Roman sombre et lumineux à la fois, où il est question d'amour, de rédemption, de regret et de vengeance autant que portrait d'une époque tourmentée qui laisse les êtres désemparés, Les Affligés est aussi un livre sur les souffrances qu'inflige la guerre tant à ceux qui partent combattre qu'à ceux
restés derrière pour toujours.

 

Mon avis :

 

Les Affligés est le genre de roman inclassable, qui vous embarque dans une autre époque et à l’autre bout du monde avec facilité mais gravité.

 

On ouvre le roman en 1909, lors d’un violent orage. Quinn Walker, 16 ans, est découvert par son oncle Robert Dalton et son père Nathaniel, un couteau à la main, couvert de sang, à côté du corps de sa jeune sœur Sarah.  Accusé de meurtre, le jeune garçon prend la fuite et ne donne plus de nouvelle, jusqu’à ce que sa mère reçoive, des années plus tard, une lettre de l’armée annonçant sa mort au combat.

1919, la guerre est finie, la grippe espagnol sévit, et Quinn réapparait, autant abimé physiquement que moralement, victime de la guerre et toujours hanté par l’horreur de cette fameuse nuit d’orage. Caché dans les broussailles, près de la maison familiale placée en quarantaine, Quinn souhaite enfin faire éclater la vérité, honorer la mémoire de sa sœur, trouver le pardon de sa mère malade, en levant le voile sur sa culpabilité. En aura-t-il la force ? La petite Sadie, orpheline fantasque de 12 ans, qu’il rencontre comme par magie à son réveil, lui donnera t’elle le courage d’avancer ? Rien n’est simple. D’autant que le garçon est surnommé « l’Assassin » par tout le village depuis 10 ans, l’obligeant à vivre en fugitif, et que Sadie Fox est aussi attachante qu’effrayante.

 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce mélange de drame et de poésie. La plume de Chris Womersley m’a baladée entre passé et présent, fantastique et réalité et surtout entre le bon et le mauvais. A aucun moment, je n’ai su comment se finirait le livre, j’espérais un dénouement positif pour Quinn mais aucune certitude ne prenait le dessus, tant la cruauté s’immisçait dans son histoire. La culpabilité est évidement le thème majeur de ce livre.  Le drame devient un prétexte pour évoquer la famille (et ses secrets), les regrets et bien plus encore. C’est toute une atmosphère que nous offre les Affligés. Une époque, dans un lieu, que j’ai rarement lue : la fin de la première guerre mondiale et le retour des soldats marqués par la barbarie de la guerre. Et surtout, l’Australie (sauvage et fantastique) est habilement décrite dans une écriture contemplative qui va à la limite du réel car l’au-delà et l’étrange ont une place importante dans l’intrigue. Chris Womersley  m’a touchée avec ses personnages singuliers et son récit aussi sombre que chargé d’espoir.

 

Il me tarde maintenant de découvrir son premier roman The Low Road, qui devrait paraître également chez Albin Michel.

 

 

 



18/07/2012
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 284 autres membres