Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Bénédicte Jourgeaud : Une héroïne américaine

Une héroïne américaine  de Bénédicte Jourgeaud 4,5/5 (02-07-2014)

 

Une héroïne américaine (287 pages) ets paru le 12 Mai 2014 aux Editions Charleston.

 

couv39455248 (111x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Detroit, États-Unis, 1950. Brownie Wise, une femme au foyer américaine, change le quotidien des femmes en faisant prospérer les produits de la gamme Tupperware d’un certain Earl Tupper. Un demi-siècle plus tard, Amelia Earhart, une jeune étudiante française exilée outre-Atlantique, bouscule le microcosme universitaire par sa liberté d’esprit.

Brownie et Amelia, deux femmes extraordinaires, à deux époques différentes, que le destin va finir par réunir. Sauront-elles, ensemble, bouleverser le monde chacune à sa façon sans sacrifier leur vie de femmes ?

 

Mon avis :

 

Lauréat du prix du livre romantique 2014, Une héroïne américaine  retrace deux destins de femmes.

 

Celui d’Amélia Earhart d’abord. Petite fille d’un canadien parachuté durant la guerre sur les plages de Normandie, Amélia est une jeune femme passionnée par la littérature (mais moins par les romans Harlequin, que traduit sa mère) et la civilisation anglo-saxonne, qui à l’obtention à d’un doctorat à 28 ans, constate qu’en ayant consacré sa vie aux études, elle n’a aujourd’hui ni travail ni mari au grand désespoir de sa maman). Elle décide alors de s’exiler au Canada pour s’émanciper enfin. Sur place, elle trouve un petit meublé et un job de six mois comme assistance  chercheuse  du professeur Henry Woods, un chercheur spécialisé dans les mythes et résolu à démontrer que les héros populaires du XXème siècle n’ont rien à faire à côté des héros grecs telle qu’Ulysse ou Jason. Amélia, plus qu’agacée par ce vieux à l’esprit étriqué, se lance dans la rédaction d’un livre visant justement à mettre  les super-héros au même plan que les Dieux mythiques et ainsi lui clouer le bec. Elle excelle dans ce domaine et enchaîne les sujets jusqu’à s’intéresser à Brownie Wise

Second destin d’Une héroïne américaine, Brownie Wise est la Madame Tupperware. Son histoire vient progressivement s’imbriquer dans celui d’Amélia et on suit parallèlement les deux récits, jusqu’à ce qu’ils finissent par se rejoindre logiquement et méticuleusement. Bénédicte Jourgeaud tricote habilement  son roman pour plonger le lecteur dans deux ambiance et nous permettre de découvrir de façons pertinente, cette Brownie Wise, qui m’était jusqu’à lors totalement inconnue.

 

J’ai adoré découvrir la vie de Brownie, même si elle apparaît parfois agaçante. L’auteure arrive à rendre son histoire franchement incroyable, à la hauteur de ce qu’elle a entrepris. Cette jeune femme au foyer, fraîchement divorcée et mère d’un petit garçon, n’a d’autre choix que trouver du travail pour honorer ses factures. Habituée dans sa jeunesse à démarcher les clients (assistant sa mère, trop souvent saoule pour gérer ses ventes à domicile de chapeaux), elle se lance en 1942 ans la vente de produits ménagers via le porte à porte. Quand une amie lui fait découvrir la petite boite d’Earl Tupper (qui au demeurant n’arrive pas vraiment à se vendre), elle trouve l’idée géniale, prend les choses en mains et se lance. De fil en aiguille, elle fait exploser les ventes et permet à de nombreuses femmes de s’émanciper grâce à un nouveau concept : les réunions à domicile où une hôtesse offre sa maison et son réseau de connaissances en échange d’un cadeau.  L’effervescence des années 50, la société de consommation en plein boom, et sa stratégie marketing hyper efficace, permettent à cette petite boite en plastique et son couvercle de devenir ce qu’ils sont aujourd’hui.

 

Brownie-Wise.jpg

 

J’ai dévoré cette histoire qui laisse planer dès le début le mystère quant à la destitution brutale de Bownie et en apprendre autant sur la société Tupperware que sur cette femme qui sort enfin de l’ombre grâce à Amélia et à Bénédicte Jourgeaud.

Sans dire que je me suis attachée à Miss Wise, elle m’a toutefois passionnée. C’est un personnage qui a beaucoup de mérite mais qui a tout de même un sacré caractère. Elle a du tempérament et par moment se révèle agaçante. Elle reste majoritairement sympathique et la plume de l’auteure ponctuée d’humour apporte une légèreté appréciable, surtout quand on découvre la fin dramatique qu’elle a connue.

 

businessweekcover.jpg

 

J’arrête là ma chronique sinon je risque de  vous raconter le bouquin et de beaucoup trop vous en dire. Comme vous pouvez le voir, la vie de Brownie m’a davantage intéressée, grâce notamment à l’excellent travail de l’auteure qui arrive à sortir de l’oubli une belle figure des années 50.

Amélia, quant à elle, a su me toucher dans sa relation difficile avec Philip, un homme de l’âge de son père, qui supporte mal le succès qu’elle connait.

 

En bref : un bon roman qui devrait être entre toutes les mains cet été. Entre romance, suspense, légèreté, fiction et réalité, Bénédicte Jourgeaud écrit là une histoire riche et passionnante.

 

 

A noter : Bénédicte Jourgeaud est également l’auteur de La saga Tupperware paru aux éditions  Cherche Midi 

 



08/07/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres