Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Axl Cendres : Cœur battant

Cœur battant d’Axl Cendres   5/5 (11-09-2018)

 

Cœur battant (192 pages) est disponible depuis le 5 septembre 2018 dans la  collection Exprim’ des Editions Sarbacane.

 

4.jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Alex, 17 ans, est un « hors-la vie ». Après avoir essayé d éteindre son coeur, il se retrouve dans une clinique pour y être «réhabilité à la vie». Il y rencontre Alice, aussi belle que cynique ; Victor, aussi obèse que candide ; la vieille Colette, aussi espiègle qu'élégante ; et Jacopo, aussi riche que grincheux. À eux cinq, ils décident de s'évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo. Le but du voyage? Se jeter d'une falaise, tous ensemble ça leur fera un projet commun ! Mais la route va leur réserver plusieurs surprises. Assez pour qu'Alex se demande si, finalement, la vie n'en vaut pas la douleur...

 

Mon avis :

 

Direction la clinique de la Citadelle, un établissement psychiatrique aux allures d’un hôtel luxueux au milieu d’un grand parc verdoyant, où séjournent un concentré de personnes en détresse (anorexiques, accros au sexe, à l’alcool, suicidaires…) dont Alex, l’un des cinq « suicidants » suivis par Doc.

Alex est hospitalisé après une double tentative de suicide ratée (d’abord aux bétabloquants puis d’une balle dans le cœur) voulant à tout prix faire cesser son cœur, ne plus aimer pour ne plus souffrir. Il a rejoint Colette (qui a tenté de partir aux barbituriques,  avec Lucien mais qui seule est restée), Jacopo un millionnaire emmerdeur que tout le monde emmerde et qui n’arrive pas à faire le grand saut (c’est pas faute d’essayer), Victor un jeune garçon naïf qui, souffrant de l’absence de ses parents, a décidé d’avaler les somnifères de sa mère et Alice, une adolescente mal dans sa peau, habitée par une envie (un besoin) de mourir plus fort que tout, qui, à l’âge 8 ans, tente déjà de se tuer avec  une corde à sauter et qui depuis n’a jamais cesser d’essayer d’en finir.

Confinés dans l’établissement, ces cinq protagonistes (même si plus souvent au nombre de 4) vont devoir partager leur traitement (thérapie de groupe, marche pleine conscience, art thérapie…) et apprendre à se connaitre pour essayer de progresser dans la guérison. Mais, c’est un petit tour en Normandie (leur Doc leur conseillant de partager un vrai moment entre eux), dans une auberge, un restaurant dégueu, puis un manoir normand, qui va sceller leur destin.

« Z’êtes tombés en panne au mauvais endroit. Mais heureusement, j’ai une solution pour vous ! » 96

 

Dans ce nouveau roman d’Axl Cendres il est question de mal être, d’amour et de cœur.

« L’amour, c’est un chat qui joue avec le cœur comme avec une pelote de laine ! » Page 51

« L’amour est un deuil partagé. Le désir de trouver quelqu’un qui connaisse l’étendue de notre tristesse. » Page 52

« L’amour , c’est une promesse d’infini qui finit dans les chiottes ! » Page 53

« Peut-être que les cœurs de conne sont comme les noix de coco : il faut les briser pour révéler ce qu’il ya de bon en eux ! » Page 105

C’est par de belles phrases percutantes, de formules justes, drôles, touchantes, agrémentées de grossièreté qu’elle dévoile son intrigue et nous parle avec beaucoup finesse de sujets délicats.

« Je ne connais pas les coups que la vie a donnés cette petite, mais je peux voir qu’elle a des bleus plein les yeux. » Page 42

« C’était la première fois que je faisais sourire Alice – c’était beau comme si j’avais tiré une flèche solaire dans son hiver. » Page 45

« Les vieux sont des morts avec le sang encore chaud. » Page 48

« Mais mon cœur n’y était pas ; mon cœur bruler de glacer le sien, pour qu’il ne ressente plus rien. » Page 69

« A trop faire chauffer sa matière grise, elle finit par donner des idées noires. » Page 75

Ce concentré d’aphorisme, de métaphores, de poésie, de bons mots fait de Cœur battant, un drôle et beau livre sur l’amour, la vie, la mort, la maladie, le comportement humain….

« L’alcool permet de maintenir le dégoût de soi à un niveau supportable… » Page 57

« La méchanceté est la vengeance du malheur. » Page 64

 

 

Cœur battant est un régal tant sur le plan narratif que sur le plan romanesque. Après quelques séances psy, des échanges dans un environnement plein de folie et de drôles de situations, l’histoire enchaîne sur une virée trépidante qui donne un tout autre ton au livre. Les personnages qui se livrent et se dévoilent de thérapies en thérapies, prennent alors leur envol et se révèlent être cinq cœurs battant fort autant que cinq véritables battants.

« Sous ces coups se forgeait son cœur. » Page 102

 

Cœur battant est donc un roman sur l’amour mais aussi évidement sur le suicide (sur l’envie et le besoin de mourir), le mal être (ses origines et sur la dépression profonde), la violence des réseaux sociaux, le harcèlement, le viol…. Malgré ces thèmes qui font le fondement même du livre, la narration d’Axl Cendres a un côté pétillant qui dédramatise et apporte une forme de légèreté agrémentée d’humour bien agréable, sans pour autant enlever toutes l’importance des sujets abordés.

Alors forcément, bien qu’enrobées de mots et de situation comiques, la beauté du texte et la force des formules sont omniprésents et c’est bien souvent à fleur de peau que j’ai avancé. Car en vérité, j’ai suivi Alex, Alice, Colette (particulièrement poétique et pragmatique), Victor et Jacopo le cœur battant, touchée par leurs histoires personnelles respectives, chamboulée par l’histoire d’amour que vivent les deux adolescents, inquiète quant à leur avenir à tous (trop bien accompagnés par le désir de mourir), agacée face au comportement de l’extérieur (et les camarade de Victor en autres) …

 

« Peut-être que le ciel réalise les rêves que le terre assassine. »

Page 78

 

Bref, ça palpite assurément à la lecture de Cœur battant.

 

 



25/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres