Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Alex Dahl : Le garçon derrière la porte

Le garçon derrière la porte d’Alex Dahl    3/5 (14-09-2018)

 

Le garçon derrière la porte (352 pages) est disponible depuis le 22 août 2018 aux Editions City, collection Thriller (traduction : Maxime Berrée)

 

3.jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Cecilia a la vie dont elle a toujours rêvé : un mari aimant, deux filles magnifiques et une grande maison dans la jolie ville de Sandefjord en Norvège. Tout est parfait. Jusqu’au jour où un minuscule grain de sable vient briser cette harmonie.
Un soir qu’elle récupère ses filles à la piscine, on lui demande de ramener chez lui un petit garçon que sa mère n’est pas venue chercher. Mais la maison où Tobias affirme habiter est une ruine abandonnée. Cecilia n’a pas d’autre choix que d’accueillir Tobias, le temps de démêler la situation.
Mais les jours passent et l’étrange garçon s’installe, s’immisçant dans la vie de la famille. Quand un cadavre est découvert dans le voisinage, Cecilia comprend que quelqu’un a réveillé les fantômes du passé pour faire voler en éclats sa vie parfaite. Une vie qu’elle a construite en enfouissant profondément ses secrets les plus sombres…

Que feriez pour une vie idéale ? Mentir ? Manipuler ? Tuer ?

 

Mon avis :

 

 

Cecila Wilborg, décoratrice d’intérieur, mariée au séduisant Johan depuis 12 ans, est mère de deux filles, habituellement gérée par une jeune fille au pair. Cette dernière, ayant choisi de rompre son contrat, contraint Cecilia à courir à droite, à gauche entre son travail et les activités extra-scolaires des petites. Ce mardi soir, à l’accueil de la piscine on lui confie en plus un autre petit garçon dont les parents ne sont pas venus le récupérer, la priant de bien vouloir le ramener chez lui. Excédée et pressée de rentrer chez elle, elle accepte mais une fois arrivée sur place, elle constate que la maison est vide et ne semble pas vraiment habitée. Mutique, le regard fuyant et l’air blême, Tobias, le jeune garçon de huit ans s’installe pour la nuit chez les Wilborg, en attendant de le confier à la police le lendemain matin

Cette arrivée inopinée va alors bouleverser la vie de cette femme en apparence comblée dont la vie lisse et parfaite va inévitablement voler en éclats.

 

Il y a quelque chose dans Le garçon derrière la porte qui laisse lecteur avec un sentiment de déjà vu : la femme parfaite, dans sa petite maison parfaite où elle vit avec un mari honnête, lisse, à la situation professionnelle confortable, et deux enfants magnifiques … mais évidemment des apparences trompeuses dissimulant de trop lourds secrets que le petit Tobias va venir bousculer. Malgré tout, rien n’est précisément dessiné et les flous autour de ce petit et de la protagoniste sont tenaces.

 

Roman sur les apparences, la maternité, la dépression, le mensonge et la tromperie, Le garçon derrière la porte est un thriller psychologique qui tient en haleine et qui, de par sa construction (mêlant le présent et le passé centré sur l’histoire de Tobias et des derniers adultes qu’il a connus) qui révèle tout doucement les faits, fait preuve de beaucoup de suspens, accentué d’ailleurs par une pression constante autour de Cecilia, personnage ambigu, calculateur, froid et particulièrement détestable à mesure qu’elle révèle sa véritable personnalité.

Toutefois, je dois avouer que j’ai trouvé la narration lente et que l’ennui m’a accompagné durant une partie de ma lecture. Les différentes couches qui composent le roman contribuent à maintenir le suspens évidement en apportant régulièrement de nouvelles informations mais, l’ensemble manque de rythme. Ce qui aurait pu être de coups de théâtre ou des révélations fracassantes ne m’ont semblé être que des successions de nouveaux éléments (le récit d’Anni en particulier traine en longueur je trouve).

 

Curieuse de découvrir la vérité sur le mystère qui entoure Tobias et malgré tout investie dans l’histoire, j’ai persisté. L’ensemble est loin d’être désagréable et plaira à de nombreux lecteurs, mais je reste au final mitigée par la lenteur de certains passages, les éléments peu crédibles dans le traitement de la prise en charge d’un enfant abandonné et une certaine forme de prévisibilité dans le cheminement des évènements.



22/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres