Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

6ème édition du Prix littéraire du Parisien Week-end 2018

6ème édition du Prix littéraire du Parisien Week-end  (21-09-2018)

 

 logo.png

 

Un prix pour des épopées hors du commun !

 

Artistes, comédiens, figures politiques, muses, inspirent les écrivains français. Le Parisien Week-end a pré- sélectionné 8 romans d’exofiction publiés depuis moins d’un an et retraçant la vie de personnalités majeures. Entre autres, Ava Gardner et Alain Delon, l’auteure italienne Elsa Morante, la dirigeante indienne Indra Gandhi, le peintre le Tintoret…

 

Pour cette nouvelle édition, Laurent Seksik sera le président du jury, composé de Corinne Giraud Daverio (librairie Comme une orange, à Paris), Dominique Ehrengarth (librairie Ehrengarth, à Strasbourg), Thomas Auxerre (librairie L’Amandier, à Puteaux) et de trois journalistes du Parisien Week-end : Yves Derai, rédacteur en chef, Christine Monin, cheffe du service culture, et Adeline Fleury, journaliste littéraire.

Le Jury dévoilera les 4 finalistes dans Le Parisien Weekend du 12 octobre.

Il se réunira lors d’un déjeuner-débat, puis d’un vote à bulletin secret pour désigner le lauréat le 17 octobre.

 

« Avec ce prix unique en son genre, Le Parisien Week-end, amoureux des livres et des grands destins, veut récompenser les écrivains qui savent sublimer la réalité. Pas la leur, celle des femmes et des hommes qui ont changé ou enchanté le monde. Le talent au service du génie en quelques sortes. »

Yves Derai, rédacteur en chef.

 

 

La remise du prix aura lieu le mercredi 17 octobre 2018. Laurent Ruquier, Parrain de l’événement, remettra le prix au lauréat et l’accueillera dans son émission « On n’est pas couché » diffusé sur France 2. Radio France est également partenaire et accompagnera le prix Grands Destins en diffusant sur l’ensemble de ses antennes un spot pour annoncer le lauréat.

 

 

Le Parisien Week-end reviendra sur le prix dans son édition du 26 octobre

 

images.png

Depuis 2013, Le Parisien Week-end prime des ouvrages qui nous font revivre des destinées hors du commun : un grand bandit, en 2013 (Sulak, de Philippe Jaenada), Buffalo Bill en 2014 (Tristesse de la terre, d’Eric Vuillard), un poète résistant, en 2015 (Le Voyage, de Jérôme Garcin), un gamin de banlieue devenu chanteur, en 2016 (Ma part de Gaulois, de Magyd Cherfi) et, l’an dernier, Gabrièle Buffet, l’épouse de Francis Picabia, (Gabrièle, de Claire et Anne Berest).

 

Les huit ouvrages en lice cette année sont :

 

images.jpgElsa mon amour  de Simonetta Greggio  (Flammarion)

Elsa Morante a été l’épouse d’Alberto Moravia, l’auteur du Mépris, et elle aussi avait l’écriture dans le sang. Dès l’âge de 13 ans, l’enfant du Testaccio, quartier populaire de Rome, écrit des nouvelles et des fables pour enfants. En 1957, elle publie L’Ile d’Arturo et devient la première femme récompensée par le prix Strega, équivalent du Goncourt en Italie.

Simonetta Greggio redonne sa voix à cette prodigieuse écrivaine.

 

images (1).jpgJanet de Michèle Fitoussi (JC Lattès)

Fille de l’Indiana, Janet Flanner devient, dans le Paris des années 1920, la correspondante du New Yorker, magazine américain tout juste créé. Michèle Fitoussi retrace le destin de cette journaliste oubliée par la postérité.

Femme libre, féministe, elle côtoya Ernest Hemingway, Gertrude Stein et le Tout-Paris artistique, puis couvrit le procès de Nuremberg. C'est elle qui inventa le journalisme littéraire.

 

images (2).jpgLes Nuits d’Ava de Thierry Froger  (Actes Sud)

Ava Gardner est un mythe. Plutôt que d’écrire une biographie classique de la star américaine, le romancier Thierry Froger a créé le personnage d’un historien fantasque qui enquête sur une série de photos de l’actrice signées de Giuseppe Rotunno, le chef opérateur de Fellini, lors d’une nuit romaine d’août 1958.

Sur les quatre clichés, la comédienne s’inspire des grands nus de l’histoire de l’art, dont L’Origine du monde, de Gustave Courbet.

 

images (3).jpgUn problème avec la beauté, Delon dans les yeux  de Jean-Marc Parisis (Fayard)

On pense tout connaître d’Alain Delon. Son magnétisme, ses idylles, ses frasques... Il suffit pourtant de tourner les pages de ce livre pour se convaincre du contraire. Jean-Marc Parisis s’empare de l’icône française et sonde la beauté de l’acteur, qui lui a valu le meilleur et le pire.

Une fresque, dépouillée des clichés, qui nous plonge dans la France de Bardot, Melville, Gabin ou Belmondo.

 

images (4).jpgHarry et Franz  d’Alexandre Najjar  (Plon)

Le plus grand acteur français de l’entre-deux-guerres, Harry Baur, a été dénoncé sous l’Occupation en tant que juif, alors qu’il ne l’était pas. Enfermé à la prison du Cherche-Midi, il est torturé par la Gestapo. Sa rencontre avec l’abbé Franz Stock va lui être salutaire. L’aumônier allemand des prisons de Paris accompagnait les prisonniers et les condamnés à mort.

Un hymne à la fraternité.

 

images (5).jpgIndu Boy de Catherine Clément (Seuil)

New Delhi, 31 octobre 1984. Indira Gandhi, 66 ans, Première ministre et figure de proue de la lutte pour l’indépendance de l’Inde, est assassinée par ses gardes sikhs. Et si elle avait préparé elle-même cet attentat ? C’est la théorie de Catherine Clément, qui retrace ici son parcours.

Sous sa plume, la grande tacticienne ressuscite les souvenirs de jeunesse de la femme d’Etat, ses rencontres et l’explication de ses choix.

 

 

images (6).jpgJ’ai un tel désir  de Françoise Cloarec (Stock)

Elle fut la muse d’Apollinaire. Pour elle, le poète a écrit Le Pont Mirabeau. La peintre Marie Laurencin a fréquenté Picasso et la bande du Bateau-Lavoir, à Montmartre, avant d’épouser un baron allemand et de partir en exil en Espagne durant la Grande Guerre. Mais son véritable amour est une femme, Nicole Groult (la mère de Benoîte), styliste et costumière de théâtre.

Une histoire d’art, d’amour et de grande liberté.

 

 

images (7).jpgConcours pour le Paradis de Clélia Renucci (Albin Michel)

Le 20 décembre 1577, le feu consume le palais des Doges, à Venise, et détruit Le Couronnement de la Vierge, la fresque de la salle du Conseil du palais. Le doge décide alors de lancer un concours pour la réalisation d’une toile destinée à remplacer la peinture incendiée.

Dans l’éblouissante Venise de la seconde moitié du XVIe siècle, le Tintoret rivalise avec Véronèse.

 



21/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 275 autres membres