Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Fiona Higgins : Jeunes mères désespérées en quête de sérénité

Jeunes mères désespérées en quête de sérénité de  Fiona Higgins  4,5/5 (24-06-2013)

 

Jeunes mères désespérées en quête de sérénité (409 pages) est paru le 7 mai 2012 aux Editions Presses de la cité.

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

En devenant mères, elles ne savaient pas ce qui les attendait. Ginie, Made, Cara, Suzie, Miranda et Pippa n'ont rien en commun si ce n'est qu'elles viennent toutes d'avoir un enfant. Plus perturbées qu'elles ne le pensaient par cet heureux événement, elles se retrouvent régulièrement après leur accouchement pour discuter et échanger sur leurs expériences de la maternité et les difficultés qu'elles rencontrent au quotidien. Chacune d'elles s'efforce à sa façon de devenir mère et se surprend à dépendre de plus en plus de l'amitié et du soutien des membres du groupe. Jusqu'au jour où l'impensable se produit, mettant les liens qui les unissent à l'épreuve et révélant des secrets capables de détruire leur vie.

 

Mon avis :

 

Jeunes mères désespérées en quête de sérénité est le genre de roman que j’aime lire lorsque j’ai un ptit coup de mou. Pas forcément une lecture rigolote, juste une lecture distrayante avec ce petit plus qui m’empoigne. Bref, le genre à me faire passer un bon moment.

 

Il réunit six femmes d’âges, de situations et de caractères différents autour d’un groupe de soutien pour jeunes mamans habitant les quartiers de Freshwater et Curl Curl en Australie (dans la banlieue nord de Sydney). On fait connaissance avec  Ginie, juriste de 39 ans,  en constante insatisfaction qui préfère confier sa petite Rose à une nurse pour reprendre vite le travail. Made est une jeune Balinaise de 22 ans, qui a quitté la pauvreté de son pays au bras d’un mari Australien beaucoup plus âgé qu’elle. Même si elle souffre d’être loin des siens et qu’elle a beaucoup de mal à s’intégrer, elle fait preuve de sagesse et d’une grande maturité. Suzie est tout l’inverse : exubérante, elle monopolise sans cesse l’attention.  Mère célibataire de 28 ans, elle a mis sa carrière de naturopathe de côté pour s’occuper de Freya, jusqu’à ce qu’elle rencontre Bill qui qui lui permet de penser à de nouveaux horizons. Miranda (33 ans) est mère d’un petit Rory et belle-mère du premier enfant de son époux veuf. Elle a beau être toujours apprêtée et calme, cette lourde charge la pèse tant qu’elle cache un profond malaise et beaucoup de tristesse. Pippa est une jeune femme discrète et réservée (un peu en marge du groupe). Mariée à son amour de lycée, elle a troquer le bonheur contre un sentiment de culpabilité lié à ses mauvaises pensées. Et enfin, Cara est l’image de la vie rêvée. Elle vit avec un homme très attentionné, ne semble manquer de rien, et est très douée pour détendre l’atmosphère et mettre à l’aise. Le retour d’un « ami » important va bouleverser son existence.

 

Découpé en six parties, l’intrigue  avance au gré des rencontres et revient dans chaque partie sur une mère en particulier. La construction est très bien menée car l’intrigue ne souffre d’aucune cassure  ni temps mort, bien que chaque chapitre se focalise sur une personnalité et une histoire différente à chaque fois. Au contraire, j’ai trouvé qu’elle  enrichissait à mesure que fait connaissance avec chacune, partageant leur vie de façon alternée.

L’histoire avance vite et, du fait de sa richesse, tient constamment en haleine. Confronté à une multitude de bouleversements, problèmes, tracas (et aussi de bonheurs !), les sentiments sont pas mal sollicités. Lancées de façon conjointe dans la maternité, elles offrent des occasions différentes d’aborder cette période délicate de la vie d’une femme et plus largement du couple. Entre stérilité, famille recomposées, mère célibataire, alcoolisme, femme déracinée, changements physique et psychologique, dépression…tout est traité avec justesse et beaucoup de réalisme. Les situations sont souvent touchantes voir bouleversantes mais parfois aussi exaspérantes. L’auteure agrémente en plus son roman d’une foule d’événements et de divers révélations et rebondissements. Inutile de vous dire que cette lecture est vraiment prenante.

 

« « Le monde a été dur pour les femmes, leur disait-elle, mais plus maintenant. Aujourd’hui, les filles, votre destin n’est plus déterminé par la biologie. Votre imagination est votre seule limite. Vous pouvez tout faire. » Seulement ces paroles sonnaient creux aux oreilles de Ginie à présent qu’elle devait laisser son bébé de quatre mois chez elle pour aller au bureau. Le travail et la famille n’étaient pas si facilement conciliables. Contrairement à ce que clamaient les discours de propagande, les femmes ne pouvaient pas tout avoir. » Page 84

 

L’écriture de Fiona Higgins est plaisante. J’avais peur de trouver un style semblable à de le chick lit (un peu trop léger) mais il n’en est rien. Elle décrit brillamment les contrastes et les contradictions de la maternité sans tomber dans la redondance, le déjà vu, ni lasser. Elle capte l’attention et maitrise la tension.  

 

« On est toutes assez différentes dans notre groupe, et sans nos enfants, one ne serait peut-être pas devenues amis, mais il faut qu’on veille les unes sur les autres. » Page 188

« _ Et bien pour ma part, déclara Pippa d’un ton solennel, vous formez à vous toutes mon village personnel. Je n’aurais jamais pu m’en sortir sans vous ces onze dernier mois. » Page 217

 

L’amitié, en plus de la maternité, est le thème dominant de ce roman. On la voit se créer, s’intensifier puis voler en éclat dans un « coup de théâtre » tragique. En effet, Fiona Higgins fait sourire autant qu’elle serre le cœur. Sans être déprimante, Jeunes mères désespérées en quête de sérénité aura été une excellente lecture pour moi. C’est un premier roman remarqué qui me donne envie de découvrir les prochaines parutions de l’auteure.

 




27/06/2013
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 244 autres membres