Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Fabio M. Mitchelli : Une forêt obscure

Une forêt obscure de Fabio M. Mitchelli    3,75/5 (02-10-2016)

 

Une forêt obscure (393 pages) est sorti 15 septembre 2016 chez La bête Noire des Editions Robert Laffont.

 

2.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

« Je n'ai rien d'un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l'esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d'Anchorage. 
À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu'il torture, puis celles de son amant qu'il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin... Jusqu'à la forêt de Tongass, là ou le mensonge corrode tout, là ou les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.
Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.


Mon avis :

 

Une chose est certaine avec Une forêt obscure, c’est une lecture super addictive !

Le style est hyper fluide et l’intrigue, entre rebondissements et personnages multiples (certes un peu tous trop marqués par des tragédies passées) et détails précis inspirés de faits véridiques parfaitement intégrés à la fiction, se lit à un très bon rythme.

Fabio M. Mitchelli nous entraîne en Alaska, où une jeune fille est retrouvée aux abords de la forêt de Tongass dont le corps porte des marques de coups et d’expériences scientifiques. Le lieutenant Carrie Callan, mère célibataire de la petite Clara 8 ans, atteinte de Progéria, est chargée de l’enquête qui s’intensifie très vite lorsqu’une autre jeune fille fait son apparition dans les mêmes conditions.

A Montréal, Louise Beaulieu (belle rousse de 34 ans, flic borderline, accro au poker en ligne) gère l’enquête liée à un jeune homme  habitué aux massacres d’animaux, qui a choisi de pousser la surenchère au point de dépecer en direct son amant. Son investigation la mène jusqu’en Alaska où elle doit interroger Daniel Singleton, un tueur en série qui l’oriente  à coup d’énigmes sur la piste que suit Carrie.

 

Dès le début, les coupables sont clairement identifiés et pourtant cela n’enlève rien au suspens et au côté intriguant de l’intrigue.  Fabio Mitchelli glisse tant de mystères et entremêle si bien les différents fils narratifs que la lecture n’en est que plus palpitante et passionnante.

Si vous aimez les polars bien sombres, vous ne serez pas déçus, parce que c’est glauque, cinématographique, plus qu’inspiré de la réalité et suffisamment précis dans les descriptions et dans la psychologie des personnages. J’ai d’ailleurs trouvé que les protagonistes (et même certains personnages secondaires) avaient un passé un peu trop marqué par des drames, mais l’auteur utilise habilement tout cela pour construire et orienter sa fiction vers quelque chose de plus complexe et élaboré qu’un thriller classique. Finalement, ces petits détails qui me dérangeaient, et que je trouvais un peu exagérés au début, ne se révèlent pas de trop.

 

Ça faisait 5 ans que je n’avais pas lu l’auteur, je ne regrette pas cette nouvelle rencontre !



12/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres