Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Anne Brouillard : La grande forêt, Le pays des chintiens

La grande forêt, Le pays des chintiens d’Anne Brouillard   4,5/5  (11-09-2016)

 

La grande forêt, Le pays des chintiens (80 pages) est un grand album (20 par 30 cm) de la collection Pastel de L’école des loisirs à paraitre le 5 octobre 2016.

 

1).jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Killiok, le chien noir est inquiet. Il attend le retour de Vari Tchésou, le magicien rouge, dont il n’a pas de nouvelles depuis le printemps. D’après les oiseaux, une roulotte aurait été aperçue au fin fond de la Grande Forêt… Killiok convainc Véronica de l’accompagner pour savoir ce qu’il en est. Tous deux s’enfoncent dans la Grande Forêt et font des rencontres surprenantes : Pikkeli Mimou dans son refuge, le Chat Mystère qui va au festival de vol, Susy le cheval… et tous ces Bébés Mousse avec qui ils prendront le train ! La Chintia, dont Anne Brouillard a imaginé la carte, est divisée en 11 pays. L’histoire prend vie au travers des personnages, des lieux, et de leurs influences. Tout est possible et a l’air réel. Le premier tome met en mouvement les habitants du Pays du Lac tranquille.

 

Mon avis :

 

La Grande Forêt est un album surprenant.

Surprenant parce qu’il nous fait voyager au pays des Chintiens de telle sorte que vous avez vraiment l’impression de partir dans ces paysages (remarquablement dessinés) et de partir dans un pays véridique (carte et topographie à l’appui) mais secret, caché au fin fond d’un pays nordique (tel que la Finlande).

Surprenant, parce que vous ne savez pas si vous lisez un roman jeunesse, un album de conte illustré, une bande dessinée…mais peu importe au final, puisque l’ensemble se marie avec naturel et que la lecture devient un savoureux mélange des genres. On ne fait même plus attention aux transitions, passant de l’un à l’autre avec ravissement. On est très facilement plongé dans cette mystérieuse contrée, curieux de découvrir ce qui s’y trame, de plus en plus préoccupés par l’intrigue, et très vite attaché à ces petits êtres improbables et merveilleux.

 

7.jpg

Killiok, habitant du Pays du Lac Tranquille, inquiet de ne pas encore avoir revu son ami Vari Tchésou (le magicien rouge) va retrouver Véronica pour glaner quelques informations. Finalement, cette dernière, tout aussi soucieuse, décide de se rendre dans La Grande Foret (domaine du Grand Corbeau) où une roulotte a été aperçue…

L’expédition ne s’improvise pas. Aidés par les corbeau Kwé et Kwè, Killiok et Véronica s’organisent et prennent la direction de La montagne des Fourmis pour le début du périple, fait de rencontres (tel que Pikkeli Mimou, un participant au festival du vol ou Chat Mystere) et de découvertes (l’enlèvement des Bébés Mousse).

 5.jpg

Empreint de mystère (autant dans les illustrations que dans les texte), La grande forêt est vraiment un bel album, qui parle aussi bien aux petits qu’aux grands. L’histoire qu’il renferme est passionnante, racontée avec un souffle d’authenticité qu’elle devient presque vraie. On se croirait dans une histoire du folklore scandinave, et une forte envie de croire à toute cette magie (comme ces animaux qui parlent) autant qu’à cette belle amitié ne nous quitte plus.

 

6.jpg



01/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres