Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Rachel Kushner : Le Mars Club

Le Mars Club de Rachel Kushner  4/5 (19-07-2018)

 

Le Mars Club (480 pages) sort le 22 août 2018 dans la collection La Cosmopolite des Editions Stock (traduction : Sylvie Schneiter).

 

8.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Romy Hall, 29 ans, vient d’être transférée à la prison pour femmes de Stanville, en Californie. Cette ancienne stripteaseuse doit y purger deux peines consécutives de réclusion à perpétuité, plus six ans, pour avoir tué l’homme qui la harcelait. Dans son malheur, elle se raccroche à une certitude : son fils de 7 ans, Jackson, est en sécurité avec sa mère. Jusqu’au jour où l’administration pénitentiaire lui remet un courrier qui fait tout basculer. Oscillant entre le quotidien de ces détenues, redoutables et attachantes, et la jeunesse de Romy dans le San Francisco de années 1980, Le Mars Club dresse le portrait féroce d’une société en marge de l’Amérique contemporaine.

 

Mon avis :

 

Romy Leslie Hall, détenue W314159, est transférée à la prison pour femmes de Stanville en Californie. Condamnée à deux peines de réclusion à perpétuité (plus 6 ans) pour le meurtre de Kennedy un pervers qui la persécutait depuis des mois, cette strip-teaseuse de 29 ans se console en sachant son fils de 7 ans est entre de bonnes mains, celle de sa mère (qui, acariâtre et dépressive, n’a certes pas été une mère exemplaire pour elle, mais assure aujourd’hui convenablement l’éducation et transmet toute l’affection nécessaire au petit Jackson).  Un jour elle reçoit une lettre l’informant du décès de celle-ci et, par la même occasion, la destitution de ses droits parentaux. Son monde s’écroule, elle va devoir agir et trouver des solutions afin de son petit garçon ne tombe pas dans la spirale des service sociaux…

  

Le Mars Club est une peinture du milieu judiciaire et carcérale réaliste et terrifiante. Si on retrouve là un petit coté « Orange is the new black » (par les petites touches d’humour, le ton ironique et surtout les retâtions entre les détenues) on garde tout de même constamment à l’esprit l’aspect dramatique des faits. Romy est loin d’être une mauvaise personne et, malgré son passé, on se prend tout de suite d’affection pour cette jeune femme intelligente. Et forcément sa situation a quelque chose de terriblement injuste.

 

« « Vous ne témoignerez pas », a-t-il conclu.

Les douze personnes présentes savaient donc simplement qu’une jeune femme à la moralité douteuse - une strip-teaseuse- avait tué un citoyen honorable, un ancien combattant de la guerre du Vietnam, souffrant d’une invalidité permanente à la suite d’un accident du travail. Et comme, en plus, un gamin était présent lors des faits, on avait ajouté l’accusation de mise en danger de mineur. Peu importe qu’il s’agisse de mon fils et que celui qui le mettant en danger ait été Kurt Kennedy.

L’avocat de Johnson avait tenté de me convaincre de plaider coupable. J’avais refusé. Je connaissais le système, au moins vaguement. La plupart des affaires ne faisaient pas l’objet d’un procès parce que les procureurs effrayaient les accusés, jusqu’à ce qu’ils plaident coupables, et que les avocats les poussaient à faire ce choix par intérêt personnel, pour ne pas être déboutés. Mon cas était différent. Il y avait des circonstances atténuantes. N’importe quelle personne au courant du dossier aurait compris ce qui s‘était passé, et pourquoi, mais cette personne n’était pas là, et personne ne comprenait.

A l’époque, je ne m’étais pas rendu compte que la plupart des gens plaidaient coupables pour éviter de croupir toute leur vie en prison. » Page 102

 

Rachel Kushner mêle survie, tendresse, cœur, générosité à un univers dur, affligeant et une réalité sociale cruelle (celle des baffons des banlieues américaines, des traitements judicaires à double niveaux).

 

« C’était mon premier jour de prison, et j’avais déjà fichu en l’air on passage devant la commission de probation, prévu dans trente-sept ans. » Page 127

 

Elle nous emporte dès les premières pages par sa narration dynamique (qui ne manque pas d’ironie) et nous entraîne dans un kaléïdoscope de personnages gravitant autour de Romy (Conan, Laura, Sammy, Betty, Candy…) sur lesquelles elle porte un regard bienveillant, plein de respect et dénué de jugement.

 

« Candy Pena avait poignardé une petite fille. Elle était complètement défoncée, à la meth ou au PCP, quand c’était arrivé. Devant l’autel qu’elle avait dressé ans le couloir de la mort, elle priait tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes pour l’enfant. Elle a signé le formulaire en pleurant et sammy, qui « tait une teigne, éprouvait de la compassion pour elle. Ce n’est pas parce qu’on est à l’isolement qu’on est insensible. On entend une femme pleurer, et c’est la réalité. On n’est pas dans une salle d’audience où on est bombardée questions pertinentes ou nulles, où des détails nous sont demandés de manières répétitives et pointilleuses afin de mettre en évidence des contradictions et de montrer l’intention criminelle. C’est dans le silence de la cellule qu’on est taraudé par la seule et vraie question. La seule à laquelle il est impossible de répondre. Le pourquoi et le comment. Non pas le comment au sens pratique du terme, l’autre. Le comment as-tu pu faire une chose pareille. Le comment as-tu pu. » Page 169

 

Elle revient également, par touche, sur l’enfance de Romy. A coup d’anecdotes et de souvenirs, on découvre un San Francisco des années 80 glauque, fait de négligence parentale, d’alcool, de drogue et de sexe (plus –et surtout moins- voulu) duquel il semble si difficile de s’en sortir…

 

Le Mars Club  est un roman dramatique touchant et tellement juste (on a l’impression que l’auteure a vraiment connu ces lieux et ces gens). C’est un peu l’histoire du mauvais coté du rêve américain.

 



22/08/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres