Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Marc Levy : L'horizon à l'envers

L'horizon à l'envers  de Marc Levy   4/5 (27/01/2016)

 

L'horizon à l'envers  (416 pages) est disponible à partir du 11 février 2016 aux Editions Robert Laffont-Versilio.

 

3.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Un roman sur la vie, l'amour et la mort... parce qu'après plus rien n'est pareil. 

Où se situe notre conscience ?

Est-ce qu’on peut la transférer et la sauvegarder ?

Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l’un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d’explorer l’impossible et de mettre en œuvre leur incroyable projet.

Émouvante, mystérieuse, pleine d’humour aussi… une histoire d’amour hors du temps, au dénouement inoubliable.

 

Mon avis

 

« -  Et si je revenais un jour et que je ne te trouvais pas ?

-Tu me trouveras j'en suis sûr, et si ce n'est pas moi, tu me trouveras dans le regard d'un autre, dans son cœur, dans sa jeunesse et tu l'aimeras de toutes les forces que je t'aurai données. Ce sera ton tour de m'offrir un moment d'éternité.

 Tu lui diras que nous aurons été les premiers assez fous pour avoir fait un pied de nez à la mort et tu riras de nos intelligences.

-Tu te rends compte de ce que tu dis ? Ton histoire mon Josh, c'est l'horizon à l'envers. » Page 372-373

 

 

Pour tous ceux qui attendent  avec impatience le nouveau Marc Levy, je peux  vous dire  que vous ne serez pas déçus et que vous risquez même de beaucoup l’aimer. Et ce n’est pas une fan qui parle, mais simplement une lectrice qui aime varier les plaisirs. 

 

Les premiers mots découverts sur la page Facebook de l’auteur sont peu explicites, mais en vérité ils résument très bien le roman.

Il est effectivement question de 3 jeunes gens : Luke et Josh, deux étudiants en neurosciences inséparables depuis leurs 11 ans, et Hope, une autre étudiante en première année de sciences dont Josh tombe tout de suite sous le charme. Ils vont vivre à trois une grande histoire d’amour, d’amitié, de mémoire et de sciences puisque leur  quotidien est rythmé, en grande partie, par la recherche et de grands projets scientifiques un peu fous, financés par un groupe privé particulièrement friand d’utopies et de jeunes chercheurs imaginatifs et brillants.

Alors quand la science prend le pas sur leur vie personnelle et amoureuse, il devient normal qu’elle trouve sa place également dans leur mort.

 

Bien évidement, il est ici question d’amour (impossible ? Rien n’est impossible avec Marc Levy) mais également de sciences et de beaucoup d’espoir.

J’ai eu quand même un peu peur au début car je suis une littéraire et pas du tout une scientifique. Tous les termes en rapport sont pour moi du chinois et les tentatives d’explications ont un incroyable effet soporifique. Alors quand l’auteur nous entraîne dans les recherches particulièrement pointues de ces jeunes et se plait à donner moult détails, je grince des dents… Finalement, je me suis rapidement détendue, d’abord parce que ce qu’il implique dans son intrigue est plutôt bien traduit (et relativement palpable) et que même si c’est le cœur de l’histoire  on est tellement embarqué par les personnages et ce qu’ils vivent que ce fil conducteur n’a rien d’assommant et en devient même captivant.

D’ailleurs le fait qu’il se base sur une bonne part de projets existants et véridiques, confère à l’histoire un côté proche du réel particulièrement intéressant, bien que situé dans le futur. Parce que finalement l’impossible n’est pas si loin et peut être même en cours  de réalisation…

  

L’horizon à l’envers c’est 2 principaux protagonistes (Josh et Hope) attachants, des dialogues très sympas (la répartie de Hope m’a beaucoup plu), un coté romantique bien présent mais pas mièvre du tout, un aspect tragique qui se profile doucement (et impossible à éviter, pour bien nous émouvoir comme il faut) et aussi beaucoup d’espoir (merci la science !!).

C’est un peu réducteur tout ça ? Peut être, mais ce sont pourtant les ingrédients de ce nouveau Levy et ce qui le rend si agréable à déguster. Le tout est servi avec le style qui rend l’auteur si populaire : simple, agréable, fluide et efficace.

 

Marc Levy c’est un style qui coule tout seul, qui vous fait tourner 100 pages en un rien de temps et qui vous fait du bien. Je n’ai pas eu le cœur serré comme dans d’autres romans, mais en tournant la dernière page je me suis sentie légère et avec le sourire un peu niais aux lèvres. Bien tout simplement et heureuse de cette fin qui ne pouvait pas être meilleure.

  

Si vous adorez, aimez, appréciez, ne connaissez pas encore Marc Levy, si vous voulez vous évader avec un livre simple et touchant et si vous voulez vivre une belle histoire d’amour innovante (un peu chimérique mais à laquelle on se plait  rêver), rendez-vous le 11 février. L’horizon à l’envers devrait répondre  à vos attentes et plus encore. 



28/01/2016
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres